Archives pour la catégorie (A)-Recherches en Cours

11) L’Al-chimie de l’Amour

Dans le cadre des recherches de méthodologies et d’informations qui viennent corroborer les découvertes dont il est question sur ce blog, l’alchimie reste un domaine à explorer. Les textes sont tellement complexes et obtus que certains se sont attelés durant des décennies à ne déchiffrer que d’infimes parcelles, sans être encore assurés de tenir le bon bout.

Un texte m’a été transmis par un correspondant, dans lequel je découvre avec plaisir que certaines données sont enfin clairement nommées, et si toute l’alchimie n’est pas explicitée par ce biais, il permet néanmoins de se représenter le type d’entreprise qui est désignée par l’alchimie interne.

Le travail sur soi du « sage » et du « philosophe » prend soudain tout son sens, à savoir un véritable travail sur la personnalité, l’acquisition d’une assurance sans faille, l’ouverture du coeur et enfin l’obtention de la « magnésie », à savoir l’embrasement du corps fluidique, qui s’obtient après avoir minutieusement traversé les étapes précédentes. Cette opération peut se dérouler dans « un seul vase » ou dans « deux vases » pour plus de rapidité.

Certains alchimistes disent que la Pierre s’obtient de toute manière lorsque l’adepte est prêt. En quoi consiste « être prêt », c’est là toute la question. La première partie du texte nous renseigne sur les incontournables pré requis. La deuxième partie propose une méthode pour l’ouverture du coeur. Quant à la troisième, qui n’est réalisable sans danger que lorsque les deux premières sont achevées, elle décrit une sorte de rituel à effectuer à deux, une sexualité sans sexualité, qui consiste à réunir les pôles opposés d’une femme et d’un homme, afin d’obtenir la « magnésie ».

Un exposé étonnant de synthèse et de précision, auquel j’ajouterai que le résultat final peut s’obtenir sans rituel, lorsque les partenaires sont prêts, et d’autant plus certainement s’il s’agit de deux âmes jumelles !

Certains exercices comme « l’allumage du coeur » peuvent être favorisés par des exercices tels que décrits dans la rubrique Shamanisme du Blog.

Les textes sont au format Word et font 50Ko chacun.


11) L'Al-chimie de l'Amour dans (A)-Recherches en Cours doc caduce.doc

 

doc dans (A)-Recherches en Cours caduce2.doc

 

doc caduce3.doc

10) Les secrets encodés dans les symboles

La pratique des SIMBAD proposée par Corrado Malanga (voir les trois articles précédents dans la même rubrique) nous a mis sur la piste de nouvelles données intéressantes à plus d’un titre. Nous n’en sommes pas à ‘prouver’ quoi que ce soit, loin s’en faut, mais l’intuition aidant, les visions et expériences des uns et des autres ont permis d’entreprendre une nouvelle recherche parmi ce qui est communément nommé le symbolisme, dans un but de compréhension de l’état des êtres humains, amputés de leurs pouvoirs primordiaux. 

Je vais transcrire plus ou moins chronologiquement les expériences et les observations qui en ont découlé, car il semble que ce soit la ‘logique’ que nos guides nous ont fait suivre pour le développement du propos.

Suite aux lectures des documents de Corrado Malanga et nos expériences de SIMBAD, un premier constat et une première question essentielle s’est posée :

Pourquoi et comment les quatre composants humains : corps, mental, âme, esprit, se présentent-ils comme étant séparés et pour ainsi dire ignorants les uns des autres ?

Le scientifique italien nous informe que lorsque les composants ont pris connaissance les uns des autres, une nette amélioration se dessine dans la vie de la personne. Par la suite, les SIMBAD ou toute autre pratique visant à entretenir la communication des composants en vue de les réunir dans une parfaite collaboration, ne peut que nous renforcer de jour en jour.

De mon côté, mon premier SIMBAD fut une expérience étonnante, constatant qu’en effet mes quatre composants étaient bien éloignés les uns des autres et dans des états de soumission à des manoeuvres menées par des E.T. D’emblée, la récupération de mon ‘Esprit’ que je nomme le ‘corps d’énergie’, le ‘Ka’ des égyptiens, m’a permis de reconstituer le véhicule sphérique appelé Merkabah par certains, qui semble le moyen de déplacement et de manoeuvre le plus approprié dans les différents plans de l’hologramme de la Matrice.

Cette expérience m’a démontré que lorsque les éléments sont réunis, nous réacquérons immédiatement cette possibilité.

Dans le document SCÉNARIO – ABDUCTION, l’auteur nous dit qu’il fait le constat suivant. Il y aurait au sein de l’humanité quatre catégories, à savoir que certains ne possèderaient pas les quatre composants, mais seulement trois voire même deux de ceux-ci.

Ce qui donnerait les quatre variantes :

1. Corps + mental
2. Corps + mental + âme
3. Corps + mental + Esprit
4. Corps + mental + âme + Esprit

Me basant sur la séance SIMBAD où j’ai constaté que mon Esprit servait à alimenter une entité E.T. expérimentale, je me questionne au sujet des investigations menées par le chercheur : serait-il passé à côté de la possibilité que l’Esprit soit absent, simplement parce qu’il est ‘retenu ailleurs’. Dans ses écrits, il décrit des phénomènes passagers d’alimentation de certains E.T. par l’âme, mais je n’ai pas lu qu’il fasse référence à une possible utilisation de l’Esprit. La question reste donc ouverte au sujet des différences entre les individus, car pour ma part, dans le premier SIMBAD, il n’y avait que corps + mental, avant que je ne me mette à la recherche de mon Esprit et de mon âme. Il m’est venu spontanément de me lancer à leur recherche, comme je le décris dans l’article ‘Premier SIMBAD de l’auteur’.

http://rapsody.unblog.fr/2010/03/06/simbad-1-de-lauteur/
Par la suite une étude du symbolisme de la croix a été fortement encouragée par les événements, puisque peu après le début de mes questions à ce sujet, une shamane de l’équipe m’a signalé s’être vue dans un de ses premiers SIMBAD en croix !

Voici l’extrait d’un mail où elle me raconte ce qu’elle a perçu.

> A la fin du simbad, mes 4 composants se sont retrouvés, ils formaient une croix, chacun à un bout, entourés d’une sphère… puis ils ont fusionné dans une sorte de Lumière. Cela m’a fait penser à la croix des chrétiens, où finalement il y a aussi 4 composants : le père, le fils, le saint esprit et l’amen (âme ?)… mais je ne vois pas bien les correspondances…

Enfin, toute la semaine dernière, je voyais mes 4 composants sur cette croix entourée d’une sphère, qui pouvait se balader sur une grille, plutôt lumineuse… je me sentais bien protégée. Mais il manquait la fusion entre eux.<
 

Je lui ai envoyé l’image du Christ que j’ai trouvée sur le net, figurant la croix et la sphère.

christangelico2.jpg

Dans le mail suivant elle m’a répondu : >ton image de jésus correspond exactement  à l’image de mes 4 éléments <

Selon ce point de vue, le symbolisme de l’homme-dieu cloué sur une croix fait référence à une fixation cruciforme qui produit une intense souffrance, un sentiment d’écartèlement forcé.

Les recherches se sont poursuivies en me basant sur le principe des quatre composants, leur séparation et leur méconnaissance les uns des autres. Corrado Malanga dans un document non donné ici en référence mais que vous pouvez télécharger sur son site, réfléchit lui aussi au symbolisme qui peut représenter les quatre composants, tels que par exemple les quatre éléments.

Corps = terre
Mental = air
Ame = eau
Esprit = feu

Ce symbolisme se réfère également à la roue du zodiaque, elle aussi répartie par éléments. Cette répartition des éléments dans le zodiaque se fait en croix. Les douze signes du zodiaque sont composés de 3 croix comportant chacune les 4 éléments.

Ces trois croix sont nommées :

1. la croix cardinale

Bélier : feu
Cancer : eau
Balance : air
Capricorne : terre

2. la croix fixe

Taureau : terre
Lion : feu
Scorpion : eau
Verseau : air

3. la croix mutable

Gémeaux : air
Vierge : terre
Sagittaire : feu
Poissons : eau

La croix cardinale ayant comme fonction de démarrer un processus.
La croix fixe ayant comme fonction de fixer et de faire durer un processus.
La croix mutable signant la fin d’un processus et sa mutation.

La notion de fixité est suggérée par le Christ crucifié sur une croix. La croix fixe représente les signes du Taureau, du Lion, du Scorpion et du Verseau. Et ces quatre signes sont la représentation des quatre animaux de l’apocalypse : le taureau, le lion, l’aigle (ancien animal symbolisant le signe du Scorpion) et l’ange ou l’humain (le Verseau).

Ces quatre animaux sont une reprise de la vision d’Ezechiel qui décrit une face d’homme, une face de lion, un face de boeuf et une face d’aigle.

Je retiens dans mon analyse présente qu’ils sont une des représentations des 4 éléments, une des représentations de nos 4 composants, comme écartelés en croix, cette croix étant ‘fixe’, la signification qui en découle est que cet état est fixé dans la situation et dans la durée.

On remarque également que le ‘tétramorphe’ (Définition : Être qui réunit en lui quatre attributs, quatre figures, quatre symboles) était déjà représenté à Babylone sous la forme de chimères telles que celle-ci.

chimeral.jpg

Ce tétramorphe se retrouve donc dans les visions d’Ezechiel, les visions de Jean dans l’Apocalypse et sous la forme des quatre évangélistes, eux-mêmes identifiés par certains exégètes, comme la représentation d’un tétramorphe.

Citation : Le tétramorphe (…) marque que les quatre Évangélistes ne font qu’un, et ne doivent pas être séparés (Bach.-Dez. 1882).

Source : http://www.cnrtl.fr/definition/t%C3%A9tramorphe

Par la suite, revenant au symbolisme de la croix, qui s’inscrit parfaitement dans des formes carrées, la recherche s’est poursuivie sur la ‘quadrature du cercle’, car comment faire évoluer une croix afin d’en arriver à une sphère ?

La réponse est : par le mouvement. Cela nous est suggéré par toute une série de symboles mais le plus évident est le célèbre swastika. (Définition : Symbole en forme de croix à quatre branches égales coudées, le plus souvent vers la gauche, qui apparaît sur les poteries égéennes et grecques, chez les Germains et que l’on trouve en Inde, en Extrême-Orient et dans les civilisations précolombiennes.)

Outre le fait qu’il a été repris à leur compte par de redoutables prédateurs il y a quelques décennies, ce symbole est connu depuis la nuit des temps. En recherchant des images significatives à ce sujet, j’ai trouvé une des représentations sans doute des plus anciennes qui soient connues à ce jour, dont la datation est estimée entre 6000 et 5000 ans avant JC. Il s’agit d’un plateau en argile découvert à Samarra en Iraq.

swastikasamarrairaq5000bc1.jpg

Par la même occasion j’ai découvert le blog richement illustré d’un américain qui effectue une étude approfondie des swastika, des quatre éléments, du tétramorphe, des diverses croix, et qui est arrivé à des conclusions des plus significatives.

J’invite les anglophones à explorer ces pages :


http://kachina2012.wordpress.com/2008/09/03/swastika-plate-5000-bc-is-a-model-of-the-milky-way/

 

Pour ma part je ne vais publier ici que les données principales qui tendent à répondre à la question principale : pourquoi les quatre composants sont-ils en état de séparation ?

Dans le plateau ci-dessus, on distingue clairement une suggestion de mouvements circulaires. Au centre, un svastika qui est une croix, mise en rotation. Ensuite quatre oiseaux y sont dessinés de manière stylisée, indiquant par l’angularité des traits, divers sens de rotation. En observant de près, on peut conclure à 7 couches de rotation en alternance, le swastika tournant dans le sens horaire, le cou des oiseaux tournant dans le sens anti horaire, les plumes des oiseaux, dans le sens horaire, les poissons dans le sens anti horaire, la première bordure du plateau dans le sens horaire et les S couchés de l’extrémité du plateau signifiant les deux derniers sens de rotation, anti horaire puis horaire.

D’autre part, les oiseaux ont les pattes sur le sol, pêchant des poissons, ils sont donc debout à la verticale, les poissons nageant à l’horizontale. Ce symbolisme laisse entrevoir que la représentation se veut en trois dimensions et non pas en deux dimensions. La circularité de la rotation symbolise donc davantage des sphères que de simples cercles à plat.

Pour rappel, voici un extrait du texte de Joël Labruyère concernant la Merkabah (voir le Billet ‘Merkabah Sphérique’).

« La Merkabah est plus que l’enveloppe de l’âme, c’est le vaisseau du corps spirituel.

Elle l’entoure comme une sphère de plus de trente mètres de diamètre, tel un globe électromagnétique formé de sept cercles dimensionnels, de douze constellations lumineuses et de trois “moteurs” énergétiques. Il s’agit en réalité d’un hologramme de l’univers entier, mais cet hologramme est plus réel que notre réalité actuelle qui doit servir de tremplin pour relancer le vaisseau. »
 

Certains amérindiens ont transmis des pratiques auxquelles j’ai déjà fait référence sur ce blog (Voir notamment la section ‘Shamanisme’ concernant l’espace sacré). JAMIE SAMS est  de descendance française, cherokee et seneca. Elle est l’auteur de Sacred Path Cards™, The Sacred Path Workbook, Other Council Fires Were Here Before Ours (avec Twylah Nitsch), Earth Médiane, The Thirteen Original Clan Mothers et Dancing the Dream. Je reproduis ici trois de ces cartes médecine qui sont significatives pour notre propos.

rouemdecine.jpg


La Roue Médecine symbolise les cycles et les mouvements. On remarque la croix centrale, chaque branche menant vers une pierre de couleur différente, noir blanc jaune rouge, figurant les directions de l’espace et les quatre éléments.

sacredspace1.jpg

L’Espace Sacré est l’installation de la personne dans cette Roue Médecine.

whirlingrainbow.jpg
Et enfin l’Arc-en-ciel Tournoyant qui représente un swastika en mouvement et dont le commentaire indique ‘Unité/Plénitude atteinte’.

Il s’agit d’une carte qui présente ce qui doit être réalisé pour arriver à l’Unité et qui est donc supposée symboliser ce qui mène à cet achèvement.

En examinant le symbole on voit en premier lieu les quatre parties. On note qu’il y a donc quatre parties qui sont censées former l’unité. Cependant ces quatre parties sont elles-mêmes dédoublées. Les petites têtes à l’extrémité de chacune des huit branches font songer au dédoublement en deux êtres sur chaque branche de la croix. Les couleurs rouge et bleu font songer aux pôles positifs et négatifs qui sont les couleurs habituellement utilisées pour figurer le courant alternatif.

Chacun de ces ‘personnages’ semble branché sur une socle carré et le carré contient deux couches de flèches noires, disposées en croix, qui, selon mon interprétation, pourraient représenter les deux couches des dimensions sous notre 3D, dimensions qui sont celles de notre configuration atomique et subatomique. Le tout connecté au final sur une minuscule boule noire. S’agirait-il là de l’atome germe, ou encore de notre réalité quantique, hors de la manifestation énergétique ?

Quoi qu’il en soit l’énergie est branchée dans ces domaines invisibles et circule de manière visible à partir de notre dimension. Le contrôle de ce processus, par la mise en rotation de la croix, amène donc la réalisation de la plénitude dans notre univers. Voilà pour une interprétation qui semble confirmer les autres données développées jusqu’ici.

Voici une autre représentation de données similaires, selon une peinture Navajo. On remarque le même dédoublement représenté par deux personnages sur chaque extrémité de la croix. Les couleurs blanc et noir figurent le contraste, les pôles opposés qui sont également représentés dans le long personnage représentant un cercle pas tout à fait fermé. Ce personnage est également représenté par les deux couleurs rouge et bleu de l’électricité. Le centre du swastika est une sphère bleue unique. (De nombreuses peintures des Navajos colportent ce symbolisme, elles sont aisément accessibles sur le net.) 

spirale7.jpg


 

Revenant ensuite aux multiples développements du blog américain, je vais publier ici les conclusions de ce chercheur, concernant un autre phénomène qui ne peut être rapproché du symbolisme de la croix que par la forme et qui pourtant semble contenir d’une manière ou d’une autre le ‘secret’ ultime qui expliquerait le pourquoi de l’état présent de l’humanité, écartelée sur la croix fixe, en quatre parties qui ont perdu la communication entre elles.

Pour ce faire Raphael, l’auteur du blog, nous mène au fil de longues démonstrations à observer un phénomène sans doute moins naturel que ce que les scientifiques en pensent, à savoir le phénomène de la précession des équinoxes.

Sans entrer dans les longues explications, je vais illustrer par les images, le déroulement de son analyse.

Extraits traduits de la page :

http://kachina2012.wordpress.com/2007/06/13/the-4-royal-stars/

En premier lieu, il nous invite à examiner une image : les vases de canope. Dans l’Égypte antique, les vases canopes, au nombre de quatre, étaient destinés à recevoir les viscères du défunt embaumé.

canopicjars.jpg

Il commente en demandant : voyez-vous une ressemblance entre ces vases, nommés les « fils d’Horus » et les quatre figures du tétramorphe ?

Puis : ce qui est encore bien plus intéressant, c’est d’apprendre ce que ces quatre symboles significatifs représentaient aux yeux des astrologues arabes… Les quatre vases de canope ou quatre fils d’Horus, les quatre figures du tétramorphe ou les quatre évangélistes, étaient TOUTES des représentations des quatre Etoiles Royales.

Ces Etoiles Royales étaient désignées comme étant :

Antares en Scorpion = aigle

Aldebaran en Taureau = taureau

Regulus en Lion = lion

Fomalhaut en Verseau = homme

Ces quatre étoiles étaient les plus brillantes dans le voyage de notre Soleil à travers la voûte céleste. A l’heure actuelle le Soleil est le plus près de Formalhaut dans son voyage le long de l’écliptique qui est connu en tant que précession des équinoxes.

Dans la Perse antique, les quatre Astres Royaux étaient appelés ainsi parce qu’à l’époque des pyramides d’Egypte, ces luminaires avaient une influence énorme. Ils étaient supposés comporter des pouvoirs archangéliques et étaient considérés comme les gardiens des quatre coins du paradis, il étaient les observateurs des directions, formant une croix divine près de l’écliptique.

Pour en savoir plus sur les Astres Royaux (anglais) :

 http://www.queenofcups.com/AR27article.htm

 

precession1.gif

Les axes formés par les limites de la précession des équinoxes forment un X passant par la trajectoire de ces quatre Astres Royaux, situés dans les constellations de la croix fixe du zodiaque.

 

 

obliquiteplanecliptique.png

 

.

 

 

 asprecession.gif

 

D’autres études en rapport avec ces données sont proposées sur bien des pages de ce blog passionnant, cependant, ce qui m’a semblé le plus significatif est la mise en relation de ce X formé par le mouvement de la précession des équinoxes et la forme en croix très présente dans de la structure de l’ADN !

adnstructurex.gif

 

Nous pouvons relever au passage le langage « universel » de l’ADN, basé sur quatre lettres. Le chiffre quatre semble décidément récurrent tout au long de ce parcours.

L’on n’est guère étonné d’apprendre que « la nature physique de la force de liaison entre deux brins d’ADN est une force d’ordre électrique. Car les molécules sont faites d’atomes qui eux-mêmes sont constitués de grains d’électricité. La molécule est un monde d’électricité qui circule et OSCILLE. Des échanges électriques ont lieu entre molécules, révélant attirances et répulsions plus ou moins marquées. » La nature de cette force serait plutôt d’ordre électromagnétique selon les informations recueillies ça et là sur la toile.

L’on n’est guère étonné non plus de constater que les messages inscrits dans des symboles millénaires, pointaient en définitive vers la structure de l’ADN. Ce qui est le plus remarquable est de découvrir que l’axe de la déviation de la rotation de la terre soit en relation avec la structure de notre ADN.

Si ces raisonnements sont valables, il aurait donc ‘suffi’ à des E.T. particulièrement avancés d’incliner l’axe de rotation d’une planète afin de rythmer les pulsations électromagnétiques au niveau de la structure du vivant, créant ainsi une division en opposition (les deux branches de la croix ou du X) en un sorte de dualité forcée.

Les autres anomalies comme la perte de la conscience de l’existence de l’âme et de l’Esprit sont en définitive des dérivés de la mutilation au niveau de l’ADN, même si nous ne savons pas encore exactement à quoi cela tient, les scientifiques étant très loin d’avoir trouvé les significations du langage de l’ADN.

Les prédictions qui annoncent la diminution du champ électromagnétique terrestre, voire un redressement de la terre (si ce n’est un basculement), laissent songeur, – outre les conséquences extérieurs -, quant aux conséquences que cela pourrait induire sur notre vie intérieure.

Certains symboles comme par exemple la croix des templiers, semble contenir le « secret » de l’aliénation de l’humanité au moyen des manoeuvres des E.T.

knightstemplarmagicsquareaeon.jpg

Le texte du carré magique faisant songer à la « rotation », n’avons-nous pas encore là un indice ?

C’est l’une des hypothèses que Raphael développe sur son blog. De multiples corrélations sont faites entre bien des domaines, dont les sons, les diverses croix, de nombreux symboles alchimiques, maçonniques et kabbalistiques, ainsi que quelques points de vue sur des recherches scientifiques tendant à démontrer le raisonnement de l’auteur. Une mine d’information pour les amateurs.
 

9) Quatre étapes vers notre multidimensionnalité

sphres17.jpg

Extrait d’une peinture de Pablo Amaringo

Tout en nous permettant de prendre conscience des interférences extraterrestres, les recherches et les techniques de libération proposées par le chercheur italien Corrado Malanga, l’ont mené vers des découvertes majeures qui coïncident en certains points avec les recherches menées sur ce blog, tout en apportant un matériel d’un intérêt capital. Il comporte l’avantage d’être relativement aisé à appliquer, une fois compris.

L’effort de Malanga ayant porté sur la simplification et la possibilité de réaliser ces techniques en solo, il a mis à la portée d’un grand nombre de personnes des étapes qui peuvent conduire à une réalisation d’envergure, selon les souhaits de chacun. En effet, les diverses pratiques sont proposées en étapes successives, au nombre de quatre, et en lisant ces étapes tout en ayant assimilé les données de base publiées dans Scénario-Abduction et dans Alien Cicatrix2, chacun doit pouvoir réaliser l’étape finale. Celle-ci consiste en une prise de conscience de nos pouvoirs effectifs sur la Matrice holographique, avec la possibilité d’aller changer les données qui s’y trouvent, dans n’importe quel emplacement de l’hologramme !

C’est dans l’optique de clarifier cette information remarquable que je propose ci-dessous une synthèse de l’ensemble des étapes successives, dans la logique des travaux de Malanga, qui permet d’appréhender les étapes suivantes jusqu’à la dernière.

Dans la FAQ du forum de Corrado Malanga, se trouvent décrites ces 4 étapes de travail, auxquelles je vais ajouter d’autres extraits de ses textes et quelques commentaires de ma part.

Vous les trouverez sous le lien :

http://freeforumzone.leonardo.it/cartella.aspx?c=170632&f=170632&idc=656063

L’ensemble de tous les articles traduits en français et disponibles en PDF se trouvent ici :

http://www.sentistoria.org/index.php?option=com_joomdoc&task=cat_view&gid=114&Itemid=61&lang=fr

Questionnaire d’autoévaluation

La PREMIERE ETAPE consiste à répondre à un questionnaire. Ce questionnaire est précédé d’une longue introduction et précise notamment qu’après y avoir répondu, la personne peut contacter l’équipe de Corrado Malanga pour une aide éventuelle. Chacun est donc libre de contacter ce chercheur, notamment via le forum qui contient une partie francophone, peu fréquentée, mais qui semble en effet apporter des précisions à ceux qui le demandent, via l’aide de traducteurs dévoués.

Les raisons de la publication de ce questionnaires sont exposées à la fin de l’introduction de Malanga :

La décision de publier ce test préliminaire a son origine dans le fait que certains parmi ceux qui avaient lu mes articles m’ont contacté par écrit parce qu’ils se retrouvaient en beaucoup de descriptions du syndrome d’enlèvement : avec cette série de questions ces personnes pourraient, en quelque sorte, avoir une idée encore confuse, mais quand même plus précise, sur ce syndrome (SDA). Ce test est en évolution continue et, derrière les questions qu’il contient, se cachent des stimulations perceptives très singulières: faites-en bon usage.

Il me semble important d’ajouter qu’on pourrait tout aussi bien répondre par la négative à la plupart des questions et être néanmoins victime d’intrusions extraterrestres, puisqu’ils utilisent de puissantes techniques destinées à masquer leurs interventions. Cependant les « stimulations perceptives » induites par les questions, qui ne parlent peut-être qu’à l’inconscient, peuvent avoir pour effet de permettre un premier « rappel » de l’inconscient. Et si le sujet est prêt, cet inconscient pourrait commencer à délivrer des données par la suite, ce qui le motivera éventuellement plus tard à entreprendre les étapes ultérieures de la libération.


TEST D’AUTO-ÉVALUATION (TAV) VERSION 4.01

(Réponses Détaillées)

1.As-tu déjà saigné du nez (de quelle narine?)
2.As-tu déjà eu des troubles auditifs à une seule oreille (à quelle oreille?), sous forme de sons étranges?
3.As-tu des cicatrices sur le corps, dont tu ne te souviens pas de quelle façon tu te les es procurées?
4.As-tu déjà souffert de crises dépressives?
5.As-tu déjà rêvé d’une personne identique à toi (un clone)?
6.As-tu déjà eu le sentiment de venir physiquement d’une autre planète ou l’as-tu jamais rêvé?
7.As-tu déjà trouvé des objets qui ne se trouvent pas étrangement à leur place: soit sur ton corps (bagues, colliers, piercing etc…), soit dans le milieu où tu vis?
8.As-tu déjà rêvé que quelqu’un introduise quelque chose dans ta cavité nasale, dans une oreille, dans un œil ou dans la zone génitale?
Si oui:
a) Quelle taille avait-il?
b) Comment était-il habillé?
c) Quelle odeur avait-il?
d) Combien de doigts avait-il et comment étaient-ils?
e) Communiquait-il avec toi?
10. Est-ce que tu t’es déjà réveillé/e avec la peau colorée en jaune?
11.As-tu déjà eu l’impression de ne pas reconnaître une de tes connaissances ou de ne pas reconnaître toi-même (de te sentir physiquement différent), accompagné par conséquent d’une très courte crise d’identité?
12.As-tu déjà rêvé d’avoir un enfant qui est à toi, qui n’était pas de ce monde?
13.As-tu déjà rêvé de te trouver en un milieu technologique?
14.Pratiques-tu la méditation, des techniques de relaxation ou les arts martiaux?
15.As-tu déjà vu ou rêvé des créatures ayant les pupilles verticales, comme les chats?
Si oui:
a) Ils semblaient positifs?
b) Ils semblaient négatifs?
c) Ils semblaient indifférents?
d) Combien de doigts avaient-ils?
e) Quelle taille avaient-ils?
f) Quelle forme avait son crâne?
g) Comment était sa peau?
h) Comment était son habillement?
16.As-tu déjà rêvé de te trouver en un milieu souterrain?
17.As-tu déjà rêvé de “sauriens” qui marchent debout, ou une créature semblable?
18.As-tu déjà rêvé ou vu des êtres lumineux, de la taille d’un enfant, faits de lumière?
19.Si tu es de sexe féminin: as-tu jamais cru d’être erronément enceinte pendant une certaine période de ta vie?
20.As-tu déjà rêvé d’avoir des rapports sexuels avec une autre créature?

Si tu es de sexe masculin:
a) Tu pouvais interagir avec elle?
b) Tu pouvais bouger?
c) Tu pouvais bouger les yeux?
d) De quelle taille était cette créature?
e) Combien de doigts aux mains avait-elle?
f) Comment était son visage?
g) Comment étaient ses cheveux?
h) As-tu eu une érection?
i) As-tu subi une prise de sang?

Si tu es de sexe féminin:
a) Quelle taille avait-il?
b) Tu pouvais le distinguer du reste dans le milieu où tu te trouvais?
c) Il a agit contre ta volonté?
d) Combien de créatures étaient présentes?
e) Tu pouvais distinguer son visage?
f) Ils t’ont fait une prise de sang?
g) Il s’agissait d’une situation affectée de stress?
h) Il s’agissait d’une situation normale?
i) Il s’agissait d’une situation agréable?

21.As-tu déjà rêvé de subir une opération chirurgicale?
22.As-tu déjà rêvé de te trouver dans un étrange hôpital?
23.Tu t’es déjà réveillé/e sans le bas ou le haut du pyjama ou avec une partie de celui-ci à l’envers?
24.As-tu groupe sanguin à facteur Rh négatif, ou bien quelqu’un de ta famille a le Rh négatif?
25.As-tu déjà expérimenté des phénomènes de paralysie, quand tu es dans ton lit, caractérisés par la possibilité de pouvoir bouger uniquement les bulbes des yeux?
26.Arrives-tu à plier la langue à l’intérieur de la cavité orale sans l’aide du palais?
27.As-tu déjà perçu des odeurs ou des bruits singuliers, sans pouvoir en déterminer la cause apparente?
28.As-tu déjà eu l’impression d’avoir perdu la notion du temps (missing time) ne serait-ce que pour quelques secondes?
29.Est-ce que quelqu’un de ta famille a jamais raconté d’avoir vu ou rêvé d’étranges créatures, pendant sa vie?
30.Est-ce que quelqu’un de ta famille est affecté de polydactylie? (possède plus de cinq doigts aux mains ou aux pieds)
31.Est-ce que quelqu’un de ta famille est affecté de ptéryge? (croissance d’une sous-paupière dans l’œil)
32.Est-ce que quelqu’un dans ta famille est affecté par la présence de membranes entre les doigts?
33.As-tu sur le plan du tibia gauche (ou droit), une cicatrice qui pourrait ressembler à une espèce de brûlure de cigarette?
34.Est-ce que quelqu’un dans ta famille possède la cauda (une excroissance de la zone lombaire qui ressemble à une queue)?
35. Tu t’es déjà réveillé/e avec la sensation d’être recouvert/e d’une étrange gélatine gluante?
36.Tu t’es déjà réveillé crevé de fatigue?
37.As-tu eu déjà de la difficulté dans la déglutition?
38.As-tu rêvé déjà des militaires?
39.As-tu, derrière une de tes oreilles, en correspondance du point d’attache avec la paroi du crâne, un petit objet sous-cutané,reconnaissable au touché comme une petite boule? (si oui indiquez si à l’oreille droite ou gauche)
40.As-tu rêvé de figure angéliques ou diaboliques, surtout en enfance? Si c’est le cas décris-les brièvement.
41.As-tu déjà eu des soudaines crises de terreur pendant une visite médicale (chez le dentiste ou le docteur)?
42.As-tu déjà pensé que tes parents n’étaient pas tes véritables parents?
43.As-tu déjà rêvé un être caractérisé par la présence de quelque chose au centre du front?
44.As-tu déjà eu une telle soif, sans raison apparente, d’avoir senti le besoin de boire énormément d’eau?
45.As-tu déjà eu des expériences de OOBE (expériences en dehors du corps)?
46.As-tu déjà eu des souvenirs ou rêves de souvenirs attribuables, pour toi, à des Vies Antérieures?
47.As-tu déjà rêvé d’avoir été placé dans un conteneur ou d’avoir aperçu quelqu’un d’autre dans un conteneur?
48.As-tu déjà écrit ou parlé une langue qui t’est théoriquement inconnue, dans un rêve ou dans la réalité?
49.As-tu déjà écrit en boustrophédon (au contraire de la manière traditionnelle, de façon spéculaire, comme Léonard de Vinci)?
50.Es-tu droitier/e ou gaucher/e?
51.As-tu déjà rêvé d’être physiquement différent de comme tu es, tant pour le physique que pour le caractère?
52.As-tu déjà eu l’impression de passer à travers les murs, le plancher ou le plafond de ta chambre?
53.As-tu déjà vu ou rêvé un ovni? Si oui décrit-le brièvement.
54.As-tu jamais pensé d’avoir vu ou rêvé des insectes très grands? (si oui de quels insectes s’agissait-il?)
55.As-tu déjà rêvé de scènes de guerre, ou tu te bats comme dans un jeu vidéo?
56.As-tu déjà fait usage de drogues stupéfiantes ou de psychotropes (si oui de quel genre et pour combien de temps?)
57.As-tu déjà été témoin de phénomènes que tu pourrais définir paranormaux?
58.Quand tu croises les doigts des mains, quel pouce est prédominant sur l’autre? (le droit ou le gauche?)
59.As-tu déjà eu la sensation d’avoir le corps envahi par une vibration intense?
60.As-tu des qualités artistiques créatives: tu joues un instrument, tu écris de la musique, des poésies ou des récits, tu dessines, tu chantes, tu récite en tant qu’acteur, etc..?

A la fin du test exécutez un simple dessin qui contient:
CIEL ÉTOILÉ ET MER AVEC VAGUES

Méthode d’ancrage

La DEUXIEME ETAPE est un excellent procédé utile pour vérifier si des abductions ont eu lieu, comme l’enlèvement du corps physique par exemple. Cette méthode peut également être utilisée pour retrouver toute autre situation du passé, avec l’avantage de ne pas nécessiter une aide extérieure et sans risques d’avoir à affronter la peur ou la souffrance contenues dans les événements. Il ne s’agit donc pas d’une technique de régression à proprement parler, car les régressions supposent que l’on revive les émotions des situations, dans le but d’en résoudre les charges émotives. La méthode de l’ancrage permet plutôt une première approche, afin d’établir des faits en vérifiant s’ils ont bien eu lieu, de quelle manière les événements se sont déroulés, qui était impliqué, etc. Je viens de tester cette technique et je confirme qu’elle a donné de très bons résultats. Lors de problèmes de visualisation directe, le « détour » proposé par l’ancrage semble fonctionner à merveille, confirmant par là que la crainte, voire des ordres hypnotiques, nous interdisant de retrouver une situation par la simple remémoration, peuvent être ainsi contournés.

Ces techniques font également partie de ce qu’on nomme en anglais le « remote viewing », qui permet, avec un certain entraînement, de développer la vision à distance dans le présent, voire dans d’autres dimensions d’espace et/ou de temps, en fonction du degré d’ouverture de la conscience et selon Malanga, en fonction de la possession d’une âme ou non.


La méthode de l’ancrage (VAK)

Introduction

L’ancrage-VAK peut être utilisé pour chercher une solution à la perte de mémoire dans le cas d’enlèvement extraterrestre (abduction). L’ancrage peut se faire avec une situation vécue dans le passé, le souvenir d’une sensation, en regardant un objet ou simplement une idée (VAK: visuel, auditif et kinesthésique).

La Programmation Neuro Linguistique (PNL) s’accroche à des situations passées, c’est ce que l’on appelle ancrage, et essaye avec des techniques particulières de faire réveiller de façon mécanique les sensations éprouvées en ces occasions, afin de modifier la perception de ces événements pour réduire l’intensité de l’expérience traumatisante.

En d’autres termes on essaye de modifier la Carte d’un certain Territoire. Le méta-programme doit être rechargé, voici la première étape:

On demande au sujet de se souvenir quand il a vécu cette peur la dernière fois. Il se peut, cependant, que le sujet manifeste la volonté de ne pas vouloir se souvenir, parce que le souvenir est lié à des mauvaises expériences qui le font souffrir physiquement. Nous pouvons alors suggérer au sujet qu’il peut se souvenir de ces images sans souffrir et nous l’inviterons à imaginer une télé ou il peut se voir lui-même pendant que sa peur se manifeste, avec la possibilité de mettre en pause l’image sur l’écran juste une seconde avant le traumatisme.

Ce processus, entièrement imaginaire, a la fonction d’activer le méta-programme que nous recherchons. Le sujet ne se rend pas compte, avec cette astuce, qu’en essayant d’activer le souvenir d’un autre point de vue, il revit tous les souvenirs (ancrage) liés à ce méta-programme, aussi parce qu’il est certain de ne plus devoir subir la peur (car on lui a ordonné de s’arrêter un instant avant le souvenir douloureux).

(Corrado Malanga – tiré de Alien Cicatrix)

TECHNIQUE VAK

Imaginez-vous installé dans un fauteuil accueillant et d’avoir devant vous une télé avec un magnétoscope. Relaxez-vous en essayant d’imaginer comment peut être au touché la matière de ce fauteuil et l’odeur qui le caractérise. Quand vous êtes prêt, imaginez d’allumer la télé et d’appuyer la touche « play » de la télécommande pour faire démarrer le magnétoscope, vous pouvez ainsi revoir le souvenir que vous voulez reconstruire, voilà les images défiler. Quand vous aurez décidé d’observer une scène, mettez le magnétoscope en « pause » en appuyant sur la touche de la télécommande. Maintenant observez la scène, qui ne bouge pas, comme une carte postale, prêtez votre attention à chaque détail.

Quand vous vous sentez prêt et vous aurez tout observé, imaginez que l’écran s’élargit lentement jusqu’à ce que vous puissiez rentrer dedans, observez la scène de cette position (toujours immobile) personnellement. Saisissez le plus grand nombre de détails. Imaginez des cameramans qui filment la scène de plusieurs prises de vue, observez le milieu où vous vous trouvez et vous-même. Une fois que vous aurez terminé cette observation appuyez à nouveau sur « play ». Si les scènes vous provoquent de l’anxiété souvenez vous que vous pouvez changer les couleurs des images en noir et blanc. À ce point tout se déroule comme expliqué ci-dessus: en observant. Quand vous aurez décidé de terminer, souvenez-vous de sortir comme vous êtes entré, éteignez la télé. Vous serez détendu dans votre fauteuil accueillant.


Méthode SIMBAD


La TROISIEME ETAPE est décrite en détail dans Alien Cicatrix 2 que vous trouverez en téléchargement dans l’article La Méthode SIMBAD, ainsi qu’un résumé du protocole de cette méthode.

Je reproduis ici des informations sur les mécanismes qui permettent à la méthode de fonctionner. (Page 17 du PDF Alien Cicatrix2)


TECHNIQUES DE VISUALISATION: PROJET DE TABLE RONDE (PTR)

Self Induced Method for Blocking Abductions Definitively (SIMBAD)

L’idée de construire une technique de visualisation qui produise des images virtuelles, mais qui recueille aussi les données tant de la mémoire visuelle à long terme que de la réalité réelle, c’est à dire dans le monde des archétypes, pouvait être exploitable; en vérité celle-ci, comme il arrive souvent, faisait déjà partie du patrimoine inconscient de la science officielle, qui l’avait appelé « psychodrame » et ressemblait beaucoup à ce que j’avais l’intention de créer.

Le psychodrame fait jouer, aux sujets qui ont psychologiquement besoin d’attention, des rôles bien précis, mais qui sont dictés par des moments de créativité du domaine de l’imagination. Chaque sujet, à un moment donné de la pièce, met dans son propre personnage sa psyché et se reconnaît soi-même en celui-ci : il s’agit d’une opération qui essaye de faire connaître au sujet son propre inconscient. L’inconscient, une fois reconnu par le subconscient, transforme automatiquement un schizophrène en personne normale.

(…)

Quelle est le potentiel d’une image crée mentalement? Pouvons nous utiliser une image crée mentalement pour résoudre des problèmes réels, tels que les abduction? Oui, parce que nous parlons de problèmes réels, non pas de fantaisies, comme jacassent certains experts d’ufologie dans leurs délires.

La création d’une image mentale puise, comme nous l’avons dit, de la mémoire du réellement vu et réellement stocké, mais de plus il est possible de puiser aussi de la mémoire de l’archétypiquement toujours su.
Je souligne encore une fois qu’il existe une partie du cerveau qui suit les lois analogiques (réalité totalement virtuelle), mais il existe une autre partie, commandée par l’esprit, qui suit un concept purement propositionnel, c’est à dire archétypique.
Il faut dire immédiatement que l’image mentale a été sollicitée, pendant sa création, par des parties de cerveau et de volonté bien précises: comme par exemple, la contribution à l’image mentale virtuelle résulte en partie du lobe droit et en partie du lobe gauche du cerveau.

Nous demandons donc à l’enlevé d’imaginer une scène (un psychodrame mental, réalisé virtuellement à travers des images mentales) où il joue le rôle d’un journaliste qui doit réaliser une table ronde télévisée.

Thème du jour: MOI ET LES EXTRATERRESTRES!

Nous demandons à l’enlevé/e d’imaginer la scène dans laquelle lui/elle est un journaliste qui, autour d’une table ronde, invite certains personnages pour intervenir sur le thème.
Les personnages sont:
Son âme
Son Esprit (partie spirituelle n.d.t)
Son esprit (facultés mentales n.d.t.)
Tous les personnages qui désirent intervenir.
Les interventions sont de tout genre, par téléphone, liaison vidéo, etc… et nous lui laissons la liberté absolue de conduire tant l’interview que l’hypothétique émission.
Nous demandons uniquement à l’enlevé/e d’imaginer une situation de ce genre.
Nous adaptons donc, les techniques du psychodrame à celles de la visualisation virtuelle à fin d’obtenir un psychodrame virtuel.
 
Mais qu’est-ce qu’est, au fait, un psychodrame?

Le psychodrame est une méthode d’approche psychologique qui permet à la personne d’exprimer, à travers l’action sur la scène, les dimensions différentes de sa vie et d’établir des liaisons constructives entre elles. Le psychodrame facilite, grâce à la représentation sur la scène, la création d’un entrelacement plus harmonieux entre les exigences intrapsychiques et les requêtes de la réalité, et conduit à la redécouverte et à la mise en valeur de sa propre spontanéité et créativité. Le docteur J. L. Moreno, psychiatre et pionnier dans le domaine des processus de groupe, a découvert durant les années ‘20 l’importance et l’efficacité pour la personne de la représentation sur la scène de ce qu’elle vit, a vécu, désirerait vivre, aurait voulu vivre…

Cette mise en scène permet d’acheminer, dans un contexte protégé et rassurant, un dialogue percevable, actif et constructif entre les différents aspects de sa propre vie. La personne parvient ainsi à un plus haut niveau de conscience de soi et de confiance, et peut accéder à des façons plus spontanées et créatives dans la relation avec soi-même et les autres. Le psychodrame est donc une méthode de développement personnelle basée principalement sur la « mise en action » des contenus du monde intérieur. Dans le psychodrame la personne « joue », concrétisant sur la scène ses propres représentations mentales.

La personne qui, dans le psychodrame, s’engage à la recherche de soi-même (protagoniste) a le soutient du psychodramatiste, un professionnel qualifié qui facilite le processus, d’un groupe de personnes qui créent le milieu adapté à la mise en scène des rôles requis par la représentation, d’un espace d’action (scène), où se déroule la mise en scène, mise en action, stimulée par le psychodramatiste.

Sur la scène le protagoniste est engagé activement à se connaître et à développer ses ressources: il écoute les différentes parties de son monde interne et relationnel, ses doutes, ses questions, ses talents, ses blocages, ses désirs, ses besoins… En agissant ainsi il entame un dialogue interne qui le fait parvenir à saisir les solutions possibles pour résoudre ses conflits intrapsychiques et/ou de relation avec le monde externe. Sur son chemin il trouve les stimulants et les confirmations dans la participation et dans le soutien à la fois du psychodramatiste et du groupe. Avec le psychodrame la personne est mise en condition de (ré)expérimenter des situations plutôt que de les raconter. La personne peut dialoguer avec les différentes parties de soi, avec les différentes personnes de sa propre vie (maintenant intériorisées), plutôt que parler de celles-ci. (voir aussi www.psychodrame.fr)

Cette approche vise à améliorer les relations interpersonnelles et permet, grâce à l’utilisation de différentes techniques propres de la méthodologie d’action (inversion du rôle, double, miroir, soliloque, sociométrie…), le déblocage de situations intérieures cristallisées et répétitives, la solution à des problèmes et à des situations de crises, la recherche et la découverte de choix alternatifs respectueux de soi et de l’autre… Avec cette méthode la personne peut, grâce au développement d’un dialogue actif, emprunter le chemin du changement qui conduit à l’autonomie et à la spontanéité créative. Les séances de psychodrame (durée moyenne de la séance: 2 heures) peuvent avoir comme objectif final la croissance personnelle (quand la participation au psychodrame est orientée principalement vers la connaissance de soi et vers l’harmonisation des exigences internes de la personne avec les requêtes de la réalité) ou à la formation professionnelle (quand la participation au psychodrame est orienté principalement vers l’acquisition d’une majeure compétence dans la gestion professionnelle des relations entre individus).

Qu’est-ce qui se passe dans la réalité? Le sujet se relaxe généralement, s’installe de façon confortable et, les yeux fermés il commence à imaginer cette scène. Son cerveau cherche immédiatement dans la mémoire à long terme et, si il trouve des données en relation avec les requêtes effectuées par le cerveau, il les exprime à travers des images en trois dimensions et à travers des comportements symboliques (esprit analogique-calculateur et esprit propositionnel-archétypique). Ce qu’il voit et vit n’est pas quelque chose de purement fantastique, mais une représentation de la réalité, vue simultanément à travers les « yeux » des lobes droit et gauche; on devance les mémoires du vécu réel et on va puiser directement dans la mémoire à long terme.

Ce qui en ressort est un fait exceptionnel: les sujets, confrontés à certaines situations mentales, découvrent qu’il ont été enlevés et s’aperçoivent que, devant la table ronde, viennent s’asseoir des personnages imprévisibles, comme des sauterelles géantes, des énormes créatures bipèdes avec une queue de serpent, des êtres habillés en bleu avec des femmes a leur coté, des êtres lumineux et d’autres qui ne sont même pas présents et communiquent par téléphone.

Le psychodrame devient une vitrine des interférences extraterrestres, qui confirment entièrement toutes les données facilement repérables dans les vécus qui émergent des séances d’hypnose.

Qu’est-ce qui se passe? Tout simplement ceci: le sujet est en train de recueillir des données à partir des mémoires de son propre inconscient et les déverse, filtrés à peine par le subconscient, dans son monde visible, reconstruit par la même partie du cerveau qui reconstruit les images de tous les jours.

Avec les images (ancrage visuel), sont aussi reconstruits et évoqués nouvellement les sentiments, les perceptions kinesthésiques et tout le reste.

Des individus qui n’ont jamais entendu parler d’extraterrestres ou de créatures avec six doigts sont capables de les visualiser parfaitement, assis à la table ronde, et sont en mesure d’interagir avec eux lors du déroulement du psychodrame. En quelques mots la capacité du cerveau de calculer spatio-temporellement des données en 3D produit des scènes qui semblent réelles, où les personnages sont habillés réellement avec leurs vêtements et, à la fin, peuvent être reconnus par l’inconscient de l’enlevé.
Il est intéressant de remarquer que les données sont puisées directement par la conscience de l’enlevé, en plus des mémoires cérébrales. Ainsi, nous nous trouvons face à des connaissances que le sujet ne sait pas avoir, mais qu’il a quand même, car la conscience de son âme les possède.

L’âme de l’enlevé se voit elle-même et les autres personnages du psychodrame mental de la manière que traduit l’esprit. L’esprit voit les choses non pas comme elles sont, mais pour comme il croit qu’elles soient, le « comment » est dicté par l’inconscient même, qui transforme les archétypes originaux du « sentir et percevoir les choses » en images et phonèmes. Les seules différences que nous pouvons remarquer sont celles dictées par le vocabulaire de l’enlevé. Chacun de nous possède un vocabulaire propre, dicté par notre connaissance de la langue et de nos expériences, donc les uns identifient un certain extraterrestre comme « Saurien », mais d’autres l’appellent « Couleuvre », c’est à dire « Serpent » dans le pire des sens.

Pendant l’évocation du psychodrame mental ce qui se produit est totalement imprévisible.

Dans certaines scènes l’âme se lève de sa chaise et foudroie le « Serpent », ou bien nous avons des situations ou l’Être de Lumière essaye de convaincre l’âme que tout est normal et qu’elle a uniquement des avantages à se laisser parasiter. Bref chacun exprime sa véritable identité. A la fin du jeu, les enlevés demandent que signifie tout cela, n’étant pas conscients de ce que leur inconscient vient de produire: quand on le leur explique les choses, tout devient clair une fois pour toute.

Il ne faux pas croire, erronément, que ce psychodrame soit complètement inventé, pour moi ce ne l’est pas: l’inconscient a choisi les rôles qui sont joués parfaitement. Rien à l’intérieur de la visualisation ne peut être considéré comme imaginaire: la pièce utilisée pour la table ronde est une reconstruction en 3D d’une pièce déjà vue quelque part, de la même façon que les personnages, qui dans l’aspect et dans le caractère, seront reproduits en fonction de ce que l’inconscient de l’enlevé a perçu archétypiquement quand il a eu à faire avec eux. Celui qui a vécu des expériences précises, dont il possède les données dans sa mémoire à long terme, aura tendance à utiliser ces dernières et non pas des données inventées par sa fantaisie.

Ces tests doivent donc être effectués par des sujets qui ont été réellement enlevés. Les faux enlevés sont cependant facilement identifiables, du moment que leur inconscient fournit des informations inconsistantes (non répétables) avec le phénomène abduction.

Lecteur de grille holographique

Et enfin la QUATRIEME ETAPE nous encourage à une pratique étendue, de ce que j’aurais tendance à nommer du « shamanisme amélioré », dans un sens large, revu et explicité par le chercheur génial qu’est Corrado Malanga, en fonction des techniques de PNL, du psychodrame, et autres pratiques. Ce texte nous offre une réflexion des plus intéressantes qui reste encore à explorer dans toute son étendue et dans les questions qu’il soulève. Les « possesseurs d’âme » seraient en effet plus aptes à voyager dans les dimensions parallèles et sur l’axe temporel. Les questions qui en découlent sont nombreuses, comme la définition de l’âme, en quoi elle consiste réellement, les raisons pour lesquelles certains en possèdent et d’autres pas, etc. Ce qui est remarquable c’est que Malanga semble avoir compris par ses travaux que la grille qui relie tous les possesseurs d’âme existe bel et bien et il approuve le caractère holographique de notre réalité.


LGO Lecteur de Grille Holographique

Nous savons désormais que le Simbad est un Lecteur de Grille Holographique, un LGO. Nous pouvons donc généraliser la procédure pour produire des effets LGO à n’importe quel sujet, même en dehors du problème abduction, mais qui appartiennent à l’ensemble de personnes pourvues de composante animique. Je veux souligner que la grille holographique est la même pour tout le monde, parce qu’elle a été construite par la Conscience, qui, étant réelle, est la seule chose qui est la même dans tous les points de l’univers. Je dis ça pour faire comprendre que deux sujets en mesure de voyager sur la grille holographique pourraient se trouver sur le même noeud quantique: en ce cas ils imagineraient la même situation et se retrouveraient dans le même lieu virtuel commun et identique pour chacun d’entre eux. Les deux sujets pourraient s’échanger en ce lieux les informations avec une rapidité infinie, même si leurs corps étaient situés aux antipodes de la grille quantique. C’est la façon inconsciente avec laquelle les âmes des enlevés communiquent entre elles. Le but de cette étude est de fournir une méthode apte à vérifier cette hypothèse et de faire prendre conscience aux enlevés, et à tous ceux qui ont envie de vérifier que les choses se déroulent vraiment de cette façon.

Tous les êtres vivants peuvent effectuer un LGO, mais, en fonction de l’absence ou de la présence d’âme en eux, il pourront se déplacer uniquement de façon partielle, ou bien totalement, sur la grille. L’absence de la partie animique ne permet pas le déplacement le long de l’axe du temps.

Il existe une différence essentielle, qui a été remarquée aussi dans les Simbad, quand on construit un lieu où existent d’autres entités. On peut en effet se trouver face à d’autres entités qui sont produites en lisant les données de la grille holographique, mais ne sont pas réellement là. Elles sont reconstruites en utilisant les données de la mémoire à long terme et animées en utilisant les prérogatives de la mémoire à court terme du cerveau humain (voir les instructions complètes pour effectuer le Simbad). En ce cas là c’est nous qui bougeons les personnages et il n’y a pas, « en réalité », manifestation de leur volonté. Tout à fait différente est la situation où on se retrouve dans la pièce du Simbad avec une autre entité pourvue de volonté propre. Nous remarquerons avec surprise que notre esprit ne réussit pas à faire exécuter à autrui ce qu’il désire, et que l’autre semble pourvu de sa propre volonté en tous les aspects de sa manifestation. Dans ce cas la volonté gagnante, en présence d’éventuels contrastes, est celle qui possède une majeure quantité de Conscience acquise. Pour cette raison un enlevé avec âme, en présence d’un militaire sans âme, est en mesure de gérer la situation sans effort.

Le troisième aspect, et le plus important de façon absolue, est que, avec le système holographique, la Conscience prend connaissance de Soi et, au fur et à mesure que cette connaissance est acquise (lue par la tête de réception), celle-ci devient immédiatement disponible pour toute la grille et pour tous les êtres qui l’habitent: il suffit qu’ils la lisent de la grille même. Ceci signifie que, dorénavant, tous les enlevés peuvent comprendre le problème extraterrestre, parce que la solution finale a été trouvée et est disponible pour ceux qui veulent la lire. Plus de consciences la liront et plus de probabilité il y aura que les autres consciences en reçoivent connaissance par hasard. Rien n’est plus important!


Dans Alien Cicatrix 2 (page 27), nous avons d’intéressantes bases de réflexions ayant servi aux recherches de Malanga :

Même pour le domaine de la physique les choses commencent à cadrer de cette façon: en 1982 une équipe de recherche de l’Université de Paris, dirigé par le physicien Alain Aspect, a conduit une expérience qui pourrait se révéler la plus importante du XX ème siècle. Aspect et son équipe ont, en effet, découvert que certaines particules subatomiques, comme les électrons, en de conditions particulières sont capables de communiquer instantanément l’une avec l’autre indépendamment de la distance qui les sépare, que se soit 10 mètres ou 10 milliards de kilomètres. Comme si chaque particule savait exactement ce que font toutes les autres.


Ce phénomène peut être expliqué uniquement de deux façons: soit la théorie de Einstein, qui exclut la possibilité de communications plus rapides que la lumière doit être considérée fausse, ou bien les particules sont connectées non-localement.
Du moment que la majorité des physiciens nient la possibilité des phénomènes qui dépassent la vitesse de la lumière, l’hypothèse plus accréditée est celle qui considère l’expérience du Prof. Aspect comme une preuve que la liaison entre les particules subatomiques soit effectivement de type non-locales. Mais que signifie tout cela? Très simplement que:

l’Univers est un immense hologramme.

David Bohm, célèbre physicien de l’Université de Londres récemment décédé, soutenait que les découvertes du Prof. Aspect impliquaient que la réalité objective n’existe pas. Malgré son apparente solidité, l’Univers est en réalité un fantôme, un hologramme gigantesque et magnifiquement détaillé.

Hologrammes: les parties et le tout en une seule image.

Différents niveaux de conscience, différentes réalités.

Bohm était convaincu que la raison pour la quelle les particules subatomiques restent en contact indépendamment de la distance qui les sépare consiste en le fait que la séparation serait une illusion. Il soutenait que, à un niveau plus profond de réalité, ces particules ne sont pas des entités individuelles, mais des extensions d’un même « organisme » fondamental.

À l’intérieur d’un Univers holographique même le temps et l’espace ne seraient plus des principes fondamentaux. Du moment que les concepts comme la localité sont brisés en un Univers où rien n’est véritablement séparé du reste, même le temps et l’espace en 3D devraient être considérés comme des simples projections d’un système plus complexe.
À un niveau plus profond la réalité n’est rien d’autre qu’une sorte de super-hologramme où le passé, le présent et le futur coexistent simultanément; ceci signifie que, en disposant d’instruments appropriés, un jour nous pourrons nous aventurer dans ce niveau, mais en utilisant les techniques d’hypnose régressive cela est déjà possible! (suite p28 de Alien Cicatrix2)

Malanga ne le précise pas à la suite dans ce texte, mais sa quatrième étape nous permet de conclure qu’il aura finalement compris qu’en étendant la méthode SIMBAD, la personne peut se promener dans l’hologramme entier, tout en y effectuant les changements qu’il désire effectuer, notamment dans le cadre d’une prise de conscience de son expérience répartie dans toute la fractalité de l’hologramme. Les E.T. semblent des manipulateurs d’hologrammes, se servant de notre énergie pour nourrir les paradigmes de leurs choix, dans la mesure où restons inconscients de notre réel pouvoir d’interférence.

Et enfin page 25 de Alien Cicatrix2, nous pouvons lire :

L’espace-temps est une mer avec des vagues plus ou moins grandes et l’âme agit comme un nageur, qui, plus il remue l’eau plus il produit des vagues qui iront interférer avec tout l’espace-temps, modifiant la position des événements qui flottent par dessus celle-ci.

Ainsi, suivant notre volonté d’interagir avec l’espace-temps, nous créerons une vague de « volonté » qui fera sursauter l’événement que nous désirons perturber, qui, donc, ne doit pas être considéré immobile, c’est à dire statiquement déterminé, mais oscillera comme une onde en avant et en arrière, en haut et en bas: il ne sera plus fixe en un point, mais plutôt se trouvera sur un lieu de points sphériques. La grandeur de cette sphère (son volume) représente la probabilité de trouver en elle cet événement.

On comprend, par conséquent, que si l’âme est en mesure d’émettre une onde de volonté suffisamment grande, celle-ci effacera comme un raz de marée l’événement du plan spatio-temporel, modifiant profondément les événements en relation avec celui-ci.

En bref on peut éliminer l’extraterrestre avec un acte de volonté.

Je conclurai cette analyse en ajoutant que je viens d’être étonnée durant la préparation de cet article, en relisant l’évocation d’une sphère dans le texte cité ci-dessus, n’y ayant pas prêté attention à la première lecture du texte. En effet, lors de divers travaux dans diverses couches de la matrice, il m’est arrivé de me percevoir dans une sphère qui se déplace instantanément d’un lieu à l’autre sans aucune barrière, de même que durant mon premier SIMBAD. Et lors des débuts de mes travaux en dimensions inférieures, pour délivrer une âme qui était coincée par de la magie noire, le guide m’avait conseillé de placer la personne dans une sphère, qui par la suite lui permit de se déplacer à volonté (cf. mes Récits dans la section VITRIOL).


Si vous n’avez pas encore pris connaissance de la synthèse des travaux publiés par Corrado Malanga, veuillez vous référer aux articles Scénario des Abductions  et  La Méthode SIMBAD  


 

 

 

8) La méthode SIMBAD

Dans le document « Scénario – Abduction » présenté dans l’article précédent, Corrado Malanga nous offre le résumé des conclusions de ses recherches jusqu’en 2002. Il y fait le point sur la hiérarchisation des interférences extraterrestres et sur ce que les abductés subissent en général.

En juillet 2005, il a rédigé un long article sur le fruit de ses recherches sur le comportement de la psyché humaine, développées grâce à ses nombreuses pratiques de régressions hypnotiques, de l’utilisation de la PNL (programmation neuro linguistique) et, dans son désir de venir en aide aux malheureux abductés, il a finalement obtenu des résultats étonnamment positifs, via une méthode simple mise au point progressivement suite à des années d’essais multiples. Il a nommé cette méthode simple SIMBAD.


Au fil de son explication le chercheur en arrive à nous démontrer comment l’âme parvient à éliminer les parasites, comment et pourquoi cela fonctionne de fait très simplement, lorsque les conditions sont réunies pour l’élimination. Il en résulte une véritable libération de ces parasites qui ne sont pas seulement des pompeurs d’énergie, puisque certains télécommandent également le cerveau humain comme via un moniteur extérieur, le tout au moyen d’implants.

Le document fournit également les comptes rendus de plusieurs cas qui ont pratiqué la méthode Simbad, ce qui nous permet de constater via ces témoignages que l’âme mise en situation prend effectivement les choses en mains et qu’elle détient un pouvoir insoupçonné.

La traduction n’est pas de très bonne qualité, mais elle est compréhensible et surtout elle vaut la peine de s’y pencher avec soin, car les explications apportées sur le comportement du cerveau, du mental et enfin de l’âme des sujets analysés, s’avère une mine d’informations de premier choix. Grâce à la compréhension qui en découle, nous pouvons entreprendre le travail d’auto nettoyage des parasites extraterrestres, s’il y a lieu, et/ou évaluer si nous sommes ou non parasités par ces entités, de quelle manière, etc.

Ce document intitulé « Alien Cicatrix 2″ est téléchargeable ci-dessous ou sur le site via le lien fourni précédemment.

 8) La méthode SIMBAD dans (A)-Recherches en Cours pdf aliencicatrix2.pdf


Il se peut qu’après une première lecture, vous ayez immédiatement le souhait de tester la méthode. Dans ce cas, afin de ne pas négliger les points essentiels, je suggère de relire le protocole résumé de cette méthode auparavant. Ce guide se situe en page 30 du document PDF. J’ai revu le texte en le comparant à la version anglaise afin d’en alléger la lecture et éliminer les lourdeurs dues à la traduction. Je vous propose ce texte ci-dessous.

Si des personnes qui auront effectué la méthode souhaitent témoigner (anonymement bien sûr), je les invite à rédiger leurs comptes rendus et leurs observations diverses. Je les posterai à la suite dans cette rubrique.

 

SIMBAD Méthode auto induite pour bloquer définitivement les abductions 

Installez-vous dans une position confortable où rien ne peut vous déranger. Détendez-vous avec les yeux fermés et imaginez être le modérateur d’une table ronde télévisée. Imaginez le plateau et la table autour de laquelle les invités se placeront eux-mêmes. Le thème de l’émission sera : « Moi et les extraterrestres » ! Vous inviterez votre âme, votre mental et votre esprit. Ensuite vous inviterez les extraterrestres (il  vous incombe de trouver vous même combien et quel type d’E.T.) à prendre un siège autour de la table afin de discuter avec vous de ce thème. Il y aura également des liaisons externes, comme une vidéoconférence ou le téléphone, pour ceux qui ne pourraient ou ne voudraient pas être présents dans l’émission.

Les invités entreront par la porte lorsque vous les appellerez par leur nom ou par un pseudo si vous ne connaissez pas leur nom. Et vous les laisserez s’asseoir où ils le désirent. Imaginez la salle, les micros, les chaises. Prenez la peine de bien observer la disposition des lieux, le dispositif lumineux du studio télé.

Lorsque tous les invités ont pris place, examinez comment vous les voyez : comment ils se manifestent, comment ils sont vêtus, quels sont les rapports entre eux et comment ils vous apparaissent tandis que vous êtes en train de les observer. Prenez le temps pendant cette phase, alors que vous attendez la ligne de transmission de l’émission que vous allez conduire. Observez le comportement de chaque invité. Il pourrait s’avérer que quelques chaises soient vides ou il pourrait être nécessaire d’ajouter d’autres chaises. Observez leur position autour de la table et notez mentalement la position de chaque invité, car plus tard vous devrez effectuer un dessin schématique en reproduisant leurs positions, avec une description de chacun.

Lorsque tous les participants seront là et que vous aurez obtenu la ligne de transmission, l’émission commencera : Avant tout, demandez à chaque invité de se présenter lui-même brièvement. Commencez toujours à partir de votre âme, par la suite, faites comme vous préférez mais l’âme doit toujours commencer la ronde des interventions. Rappelez-vous que vous êtes le modérateur et que tous les participants doivent vous écouter : si vous arrêtez une discussion ils doivent vous respecter ainsi que votre décision.

Après la phase des présentations, commencez avec les questions : vous pouvez demander ce que vous voulez, >>mais l’âme doit toujours être la première à commencer la ronde des réponses.

La première question à demander à l’âme est obligatoire :

Connais-tu tous les invités assis autour de cette table ? Sais-tu qui ils sont et ce qu’ils veulent ? À partir de cette question indispensable la discussion commencera. La discussion peut continuer également durant plusieurs épisodes (pour ne pas se fatiguer outre mesure).

Après la première question, demandez aux participants ce qu’ils pensent du problème des E.T.. Demandez à chaque E.T. présent ce qu’il fait là et quels sont ses véritables intérêts/motivations. Demandez à chacun d’eux s’il y a quelqu’un qui les aide, s’ils sont des amis ou des ennemis les uns des autres, quand ils finiront leur travail, etc. Le but d’une telle discussion est de déterminer pourquoi les E.T. sont ici et le rapport qu’elles ont avec votre propre âme, votre mental et votre esprit.

Vous pouvez également employer des films virtuels : faites descendre un grand écran et projetez les films dont vous avez besoin. Par exemple, si votre âme est en désaccord avec certains des invités, montrez les films de la manière dont les choses se produisent en réalité et laissez les participants commenter les films. De tels films ont été filmés par votre cerveau et les données visuelles seront fournies par elles. Les films concernent vos propres expériences, qui maintenant peuvent apparaître sur le grand écran, filmées par un caméscope placé dans la meilleure position afin de voir tout. N’ayez pas peur d’inventer les faits : en effet votre cerveau a enregistré toutes vos expériences et il sait très bien quelles images sont à montrer aux invités.

Quand l’émission se termine, afin d’arriver à une conclusion, demandez à votre âme si cela lui convient. Si elle est en désaccord, demandez-lui de remédier au problème, par exemple en éliminant le problème lui-même. Si elle accepte de le faire, demandez-lui de le faire immédiatement. Visualisez sans hâte la scène de votre âme au travail, ou créez les conditions afin qu’elle puisse accepter d’éliminer le problème quand elle le pensera approprié. Si l’âme décide d’éliminer le problème extraterrestre immédiatement, visualisez d’une manière très forte une telle scène et observez soigneusement comment elle vous apparaît tandis qu’elle s’exécute.

Décrivez ensuite la scène sous forme d’une petite histoire. Prenez en considération vos propres émotions pendant l’émission, et accordez leur de s’exprimer verbalement. Regardez soigneusement les visages de tous les invités tandis qu’ils interagissent avec vous, comme si vous les cadriez avec votre caméra de télévision.

A la fin, il est important que, comme dans ce genre d’émission, les invités se disent au revoir, ainsi l’émission continuera dans le deuxième épisode, auquel les mêmes invités ou d’autres invités participeront, tenant compte de la situation présente.

Quand cet exercice est terminé, faites un schéma et un bref rapport du toute l’expérience.

Je vous rappelle qu’un tel exercice a été développé exclusivement pour le vrai enlevé : quoi qu’il en soit le faux enlevé peut le faire afin de confirmer sa non participation à un tel phénomène. Je rappelle également qu’une telle méthode de visualisation est auto évaluative.

NOTE ! Avant de commencer à poser les questions, mettez en marche un appareil virtuel tel qu’une alarme qui sonnera au cas où vous tomberiez presque endormi pendant l’émission. Ou bien, au lieu de cela, si votre âme est présente, vous lui confierez à elle la tâche d’actionner la sonnette d’alarme si quelque chose de volontaire ou d’extérieur à vous-même essayait de vous inciter à tomber endormi ou de vous distraire d’une façon ou d’une autre.

7) Scénario des abductions

Corrado Malanga est un scientifique italien qui s’est intéressé de près aux abductions. A ce jour, ses conclusions sont encore très marginales, étant considéré comme un fou, selon ses propres dires, par les ufologues italiens. Cependant, lorsqu’on effectue des synthèses entre divers témoignages d’abductés connus et que nous les mettons en parallèle avec les témoignages de certains shamans, ainsi qu’avec les données conspirationnistes, on ne peut que reconnaître que ses déclarations ne sont pas si invraisemblables qu’elles y paraissent. Elles ont le mérite d’être sans doute l’unique synthèse qui ait été faite à un tel niveau, qui semble nous mener lentement mais surement vers la démonstration future de notre emprisonnement dans une Matrice qui sert à des extraterrestres de terrain de sustentation et d’expérimentations de toutes sortes.

Le compte rendu de Corrado Malanga est tout bonnement décoiffant ! Il se base non pas sur des hypothèses théoriques, mais sur des centaines de séances d’hypnose menées sur des abductés italiens, révélant par la même occasion que non, les américains ne sont pas les préférés des E.T. L’humanité dans son ensemble paraît être à la même enseigne.

Je propose ci-dessous le document intitulé SCÉNARIO – ABDUCTION qui se présente comme un résumé des conclusions de ses recherches, une entrée en matière de choix. J’y apporte ça et là quelques commentaires, mais l’essentiel se situe dans le document lui-même qui va nous apprendre en quoi consistent les abductions, leurs buts connus et méconnus, tout à fait ahurissants sous certains aspects. Nous découvrons une description des extraterrestres les plus actifs et de leur hiérarchisation, leur manière d’opérer, sans omettre les derniers qui sont nos soit disant « êtres de lumière » reconnus comme étant eux aussi dans une relation de parasitage de l’humain et ce de manière très active.

Les PDF des matériaux de l’auteur traduits en français se situent sur la page :

http://www.sentistoria.org/index.php/fr/articoli/cat_view/37-francais

sinchimuscuihuarmi1.jpg

Extrait d’une peinture de Pablo Amaringo

-

 SCÉNARIO – ABDUCTION

Corrado Malanga – Luciano Pederzoli

Après une introduction qui résume la situation des chercheurs ufologues concernant le phénomène des « abductions », l’auteur émet des critiques notamment à l’encontre de ces psychiatres et psychologues américains qui défendent des hypothèses telles que soit les abdcutés sont tous de profonds schyzophrènes, soit ils ne le sont pas mais les E.T. sont « gentils », etc.

Ou bien, comme on peut le lire dans cet extrait qui explique la naissance du phénomène du channeling, entre autres :

Outre l’hypothèse “technique” il en existe une autre “spirituelle”, encore aujourd’hui soutenue par de nombreux célèbres contactés, pour lesquels l’enlèvement ne serait pas un fait réel, mais une sorte de catharsis mentale, un moment où les extraterrestres parlent au ravi et lui apprennent certaines vérités religieuses, morales et scientifiques.
L’idée que nos facultés mentales soient considérées comme partie de notre existence, mais représentent un état évolué du corps, qui peut accéder à des plans perceptifs “supérieurs”, est à la base de la conception que certaines personnes ont qu’un contact avec des êtres totalement différents de nous d’un point de vue énergétique puisse être atteint uniquement à travers nos perceptions mentales.

 

Cet ainsi que naissent les Channeler où Canaliseurs d’Entités, qui, d’une autre dimension, parlent et reparlent de leurs problèmes et, surtout, des nôtres. C’est un aspect de l’ufologie qui rend la matière similaire aux études sur les apparitions de la Vierge Marie; ces sujets sont convaincus de l’existence d’un dieu technologique, représenté par l’extraterrestre désigné pour la tâche. De la même façon qu’une divinité, ils attribuent à l’extraterrestre les actes de la création et de la destruction; les prophéties mystiques apparaissent et, si celui qui voit la Vierge Marie nous révèle que le monde finira par une catastrophe qui vient du ciel, les Channeler de l’ufologie nous racontent de Nibiru, mystérieuse planète cachée et peuplée d’extraterrestres, mentionnée depuis longtemps, qui effleurera la Terre (ou nous tombera dessus), curieusement, pendant la même période durant laquelle, selon les clair-voyants, aura lieu la vengeance de Dieu.

 

Si nous regardons de près les deux phénomènes nous découvrons de fortes analogies, ce qui signifie pour nous que… il n’y a pas de fumée sans feu : peut-être n’existait-il pas une seule vérité, mais plusieurs genres d’interférence extraterrestre.

Malanga décrit ensuite les implants trouvés dans le corps des abductés, dont l’analyse a démontré des composants indéniablement non terrestres.

Un autre élément de poids est la présence de cicatrices qui sont quasi identiques chez la majorité des abductés. On peut consulter à ce sujet le document PDF : « la marque de l’abduction », qui présente descriptions et photos. La plupart des abductés ont rapporté sous hypnose que les petites cicatrices circulaires étaient effectuées dans le but d’un prélèvement osseux.

Je profite de cette information pour la mettre en parallèle avec ce que les shamans de notre équipe ont perçu en de nombreuses occasions, à savoir que les ossements sont destinés à des clonages, sur lesquels ils effectuent alors tout ce qu’ils souhaitent. Et petite digression intéressante aussi, à l’heure actuelle nous pouvons observer sur des photos, des héritiers de grands banquiers, voire des gouverneurs comme celui de Californie, qui durant des meetings publics n’hésitent pas à exhiber des boucles de ceintures où figurent une énorme tête de mort en métal. A se demander si ces personnages ne seraient pas simplement d’apparence humaine, mais habités par bien autre chose qu’une conscience humaine.

Mais revenons aux traitements subis par les abductés et abductées, car nous allons le voir, ce que le chercheur italien Malanga a mis à jour est tellement énorme que même les conspirationnistes les mieux préparés risquent de vaciller à la lecture de ce compte rendu.

Voici quelques extraits qui décrivent divers traitements subis :

Il est fondamental signaler que certaines ravies font l’objet de fécondation artificielle de la part des extraterrestres, qui introduisent un ovule, déjà préparé et fécondé par eux, dans le corps des victimes; celles-ci mènent la gestation jusqu’au troisième mois, ensuite, pendant une autre expérience d’enlèvement, le foetus est aspiré du porteur (carrier) et introduit dans un cylindre en matériel transparent, contenant un liquide, pour pouvoir porter à terme la gestation en éprouvette.

Au récit de l’événement, qui se déroule sous hypnose régressive exactement de la même façon pour toutes les personnes intéressées jusque dans les moindres détails, il faut rajouter le support des analyses médicales, des échographies et de tout ce qui peut exclure formellement pour ces femmes des cas de grossesse nerveuse, comme quelque désinformé soutient, et identifier sans aucun doute comme preuves objectives d’enlèvement.

Après un rejet par un Comité officiel de recherche ufologique, Malanga profite de sa nouvelle liberté pour effectuer une enquête de plus en plus approfondie sur les abductés, des recherches de plus en plus « osées » car non censurées par un quelconque Comité, ce qui lui a permis de dresser un tableau des plus complets, avec les moyens restreints dont dispose un scientifique utilisant l’hypnose régressive.

Extrait :

Le travail a mené à des conclusions certaines sur les extraterrestres, sur leurs identités, sur leur provenance, sur leurs besoins, sur les implications historiques de leur présence sur notre planète et, non pas la moindre, sur les motivations des enlèvements extraterrestres. La quantité de matériel acquis, la reproductibilité des expériences d’hypnose conduites sur une centaine de cas et les preuves collatérales ainsi obtenues nous autorisent à dire clairement et pour la première fois au monde, sans crainte d’être démentis, ce que veulent de nous les divers groupes d’extraterrestres qui se trouvent sur la Terre depuis des milliers d’années.

Les résultats obtenus, qui seront ici exposés de manière synthétique, nous ont éclairci aussi pourquoi il était tellement difficile de comprendre le mobile de leurs actions. Comment était-il possible effectivement, qu’après des années de travail de notre part comme de la part des autres collègues étrangers, on ne parvenait pas à construire un tableau synoptique? Tout simplement parce que les extraterrestres cherchaient quelque chose que nous savions pas avoir !

La suite publiée ci-dessous dans son intégralité nous révèle plusieurs points essentiels, pour en arriver à des trouvailles plus qu’ahurissantes.

LES RESULATS

Il y a CINQ NIVEAUX D’INTERFERANCE Extraterrestre, parmi lesquels, avant nos études, était connu seulement le premier.

Le PREMIER NIVEAU d’Interférence Extraterrestre décrit l’abduction comme un phénomène invasif, pendant lequel des êtres, généralement petits et de couleur gris foncé ou noir, parfois bleus, prennent le sujet et l’emmène dans un milieu technologique où il est soumis à des interventions chirurgicales sur une sorte de table d’opération; qu’il s’agisse d’hommes comme de femmes, les deux auront greffé des puces pour les contrôler.
Tout ceci était clair dans les expositions des différents experts américains. Mais les choses étaient en réalité un peu plus compliquées. En effet, il existe au moins douze races d’extraterrestres différentes impliquées avec l’humanité et qui, tout en employant techniques différentes, elles cherchent toutes la même chose, comme nous le verrons plus bas.

Les portraits-robot des extraterrestres.

Chacune de ces races disposent d’êtres petits, appelés généralement “gris” ou EBE (Entité Biologique Extraterrestre), comme apparait dans certains documents de la CIA déclassifiés par le FOIA), qui peuvent être considérés des “cyborg”, cet à dire des vrais robots biologiques, obtenus par clonage.
Comme nous l’avons dit, il y a plusieurs types de Gris, qui sont décrits de façon similaire, mais possèdent différentes caractéristiques morphologiques, comme, par exemple, la couleur de la peau et la taille. Elles sont souvent décrites avec précision pendant les séances d’hypnose et diffèrent selon la race d’extraterrestres avec laquelle nous avons à faire.

Dès les premières séances d’hypnose il nous paraissait évident que les descriptions sur l’aspect des extraterrestres n’était pas cohérentes avec l’hypothèse d’une seule race: soit les sujets sous hypnose inventaient descriptions identiques dans la forme, mais différentes dans les détails, ou bien il y avait plusieurs types d’extraterrestres, semblables mais pas tout à fait identiques.

Les descriptions ont été examinées dans les moindres détails, pour en extraire des indications les plus sures possibles. Par exemple, après avoir obtenu des données qui se recoupent sur les témoignages et l’étude de questions appropriées à poser aux enlevés pendant l’hypnose, les êtres bleus qui ressemblent à des Gris plus grands (150 cm au lieu de 100 cm environ) résultent être en réalité noirs. Responsable de la couleur bleu s’est révélé être l’illumination bleu ciel de la sale d’opération à l’intérieur de laquelle ils emmènent les enlevés. La peau des ces “grand gris”, qui travaillent uniquement avec les Sauroïdes (on en reparlera plus tard) et sont absents en tous les autres cas, est en effet, de couleur noire translucide et possède la capacité de refléter la lumière des lieux, en prenant la couleur de celles-ci (noir plus bleu ciel donne comme résultat le bleu foncé). Quatre, parmi les douze races d’extraterrestres dont on parle, paraissait être présentes sur territoire avec majeure fréquence que les autres (peut-être est-ce les quatre races permanentes dont faisait allusion le colonel Philip Corso?).

En vérité il ne faudrait pas parler de races, mais plus proprement, de groupes de pouvoir. Du premier groupe de pouvoir font partie des êtres qui semblent mammifères (mammifèromorphes), de 2,40 m de taille, au teint clair, aux cheveux blancs, avec six doigts dans les mains et aux yeux clairs (bleu très clair) avec pupille verticale. Ces êtres sont généralement habillés en blanc, portent au cou un médaillon rond avec une sorte de symbole triangulaire et il semblerait qu’il proviennent du triple système de Sirius ( nous les appellerons “sirians”). Nous n’avons jamais eu à faire à des femmes “siriannes”.

D’autres, eux aussi de type mammifèromorphe, sont plus blonds-roux ( nous les appellerons, donc, “blonds”, de 2 m de taille, avec une pupille fortement verticale, crâne allongé, qui se réduit progressivement sur les côtés en partant du front (comme la proue d’un bateau), teint bronzé, habillés avec des combinaisons moulantes bleu foncé , avec cinq doigts dans les mains. La combinaison se caractérise par un blason en forme de double triangle croisé, situé sur le pectoral gauche. Ceux-ci aussi proviendraient du système Sirius, sont toujours définis “beaux” et ont aussi des femmes.

Il existe ensuite d’autres mammifèromorphes, différents des précédents, de taille plus grande que nous mais sans exagération, qui ont cinq doigts aux mains, ont le teint clair, portent des cheveux longs et blancs et s’habillent d’une veste blanche non moulante. Ils sont toujours définis “beaux” et ont des femmes. Ces extraterrestres semblent avoir provenance de la constellation du Taureau (nous les appellerons donc “tauriens”) et ils ont la particularité d’agir seuls car dans les autres cas d’enlèvement cela n’arrive jamais.

Ce qui se passe dans les autre cas c’est que, après une première intervention des “blonds”, d’autres entités, dont on en reparlera plus tard, interviennent à leur place.

Il est évident donc que certains groupes travaillent en collaboration, d’autres s’occupent simplement de leurs affaires.

Les “tauriens” interagissent avec les enlevés toujours seuls, mais quand on a à faire avec le groupe qui vient de Sirius, il semblerai qu’interviennent toujours en premier ceux au teint bronzé qui ont cinq doigts (les “blonds”), et seulement après, au cours de la vie du ravi, se succèdent les autres. Il parait en effet, que les “blonds” disposent du topogramme génétique de l’humanité, ou de toute sorte, ils savent distinguer les humains aptes à être enlevés de ceux qui doivent être écartés, ne possédant pas la “chose” qui les intéresse.

Placés encore plus haut, dans une informelle échelle hiérarchique, se trouveraient des êtres beaucoup plus anciens, très grands, habillés souvent avec des habits moulants foncés, que nos ravis disent n’avoir jamais vu directement, mais d’avoir ressenti comme se trouvant derrière un écran (ce qui rend compliqué de pouvoir en établir la taille certaine, même si, d’après quelques témoignages, par abréviation pas exposés ici, nous la estimons autour de 3m).
Ces êtres ont les yeux ronds et presque blancs et portent un appendice sous le menton, semblable à une barbe, qui caractérise les mâles uniquement; les femelles en étant dépourvues. De plus ils sont pourvus de deux os scapulaires très prononcés qui, vus de devant, rappellent erronément une grande paire d’ailes pliées derrière le dos. Parfois nous avons observé, au milieu du front, ce qui parait être leur véritable oeil, très lumineux (on les appellera donc “Horus”). Leurs doigts, trois plus un opposable, sont minces et recourbés comme ceux des oiseaux. Les “Horus” pour se déplacer semblent utiliser les pouvoirs de la télékinésie et ne sont pas présents ici physiquement, mais transmettent leur messages aux autres extraterrestres depuis loin, en faisant recours à la technologie.

Font partie du deuxième groupe de pouvoir des êtres de nature sauroïde (on les appellera les “sauroïdes”, même si l’ufologie contemporenne les appelle de façon erroné “reptiliens”).

Il semble exister deux types de “sauroïdes”.

Le premier type plus invasif mesure 2,80 m de hauteur, possède cinq doigts aux mains et aux pieds, plus, sur l’avant-bras, éloigné de la main, un ongle rostré qui ressemble au doigt que les chats ont sur les pattes arrières, mais formé d’une substance chitineuse très résistante. Leur peau, qui apparait toujours humide et translucide, est de couleur vert-marron et, vue de près, semble fournie d’écailles, qui, une fois examinées attentivement, se révèlent plus douces que prévu. La peau devient progressivement rouge pour la partie ventrale et pour les bouts des doigts: dans cette zone la peau devient moins épaisse et on peut observer une lymphe rouge couler au dessous, surtout quand il paraît être dérangé.

Le crâne, des deux côtés, est caractérisé par la présence de deux surfaces cornées, arrondies et peu proéminentes, tandis qu’au centre est présente une structure plus douce, sous laquelle on observe pulser la lymphe; cette structure ressemble à une épine dorsale en relief et traverse, bien observable, toute la longueur de la tête, du cou, du dos et de la grosse queue (pour cela on appellera ces extraterrestres “dragons” ou « Gros Serpents). Cette queue grosse et trapue est utilisée comme point d’appui quand le sauroïde est immobile sur ses deux courtes et massives jambes. Les doigts des mains et des pieds sont visiblement palmées.

Nous n’avons pas d’éléments suffisants sur la langue, qui semble néanmoins courte et bifide. Les yeux sont pourvus d’une sous-paupière (membrane nictitante) qui glisse en diagonale, du bas vers le haut et du nez vers les l’extérieur. Les pupilles sont verticales et l’iris change de couleur, du jaune-vert au rouge vif, apparemment selon l’humeur.

Nous disposons de rapports sur les “dragons” de différentes taille et nous pensons que cette caractéristique est en fonction de leur âge et qu’ils grandissent continuellement, sans une véritable limite de taille. L’aspect général est décrit comme celui d’un dragon ou, parfois, comme un “crocodile debout”, même si le visage (ou museau?) est arrondi comme celui d’un serpent, avec des lèvres fines et les narines situées au fond du cloison du nez, mais latéralement, plutôt que de front comme les nôtres. Il s’agit de créatures amphibies, sans dimorphisme sexuel; ils sont toujours décrits accompagnés par une autre espèce, apparemment soumise à eux.

Cette dernière espèce est constituée de “sauroïdes” sans queue, de 2 m environ, avec une peau translucide, les yeux ronds qui donnent un aspect figé au regard (nous les appellerons donc les “grenouilles”) aux dents verticaux, longs et fins, qui ressemblent aux fanons des baleines. Sur la tête il sont munis d’espèce de petites cornes, qui de loin rappellent des cheveux en brosse; il s’agit, toutefois, de nombreuses excroissances cornées rapprochées. Ces êtres sont tellement semblables l’un l’autre qu’il est pratiquement impossible d’en identifier les différences, même si il y en a plusieurs en même temps. Eux aussi n’ont pas d’organes reproductifs apparents.

Du troisième groupe de pouvoir font partie des êtres de type insectoïde, qui ressemblent à nos mantes religieuses (et que nous appellerons donc “mantes”), de couleur verdâtre, au corps chitineux, qui se déplacent presque sur les membres inférieurs. Les membres supérieurs sont placés comme si l’être était en train de prier, avec les mains presque unies; celles-ci sont formées de trois doigts plus un doigt différent des autres (nous ne savons pas si celui-ci est opposable). La bouche est très petite et la tête, munie de grands yeux foncés, est souvent tenue penchée d’un côté. Nous ne savons pas avec certitude s’ils possèdent une autre paire de “pattes” intermédiaires entre celles avant et celles arrière.

Les enlevés par les “sirians” passent, ensuite, durant leur vie, dans les mains des “mantes” et ensuite dans celles des “sauroïdes”. Comme nous avions eu déjà l’occasion de dire, il semblerait que les enlevés des “tauriens” ne sont pas, touchés, hormis eux, par qui que se soit!

Il existe une autre race d’êtres mammiféromorphes, dont nous devons nécessairement référer ici, qui résultent être non pas des clones, mais des esclaves (les enlevés sous hypnose les appellent en général de cette façon) des “sauroïdes”. Il s’agit de créatures petites (que nous appellerons, justement, “esclaves”), avec une peau très rugueuse, un long cou avec des muscles qui se plient et font tourner la tête (l’équivalent de nos muscles sterno-cléido-mastoidiens) très évidents, la bouche petite avec des lèvres de différentes épaisseurs (la lèvre supérieure est tapageusement plus petite de celle inférieure) et les yeux foncés et humides. Les doigts des mains semblent être cinq (quelqu’un, en vérité, affirme qu’ils sont quatre, mais nous retenons plus probable qu’ils soient cinq; en tout cas ils ne sont pas six).

Le crâne en forme de coeur est typique, en effet il se développe de manière rétroversé, mais présente une dépression au centre du front, qui disparait progressivement vers la partie arrière du crâne même. Les oreilles sont petites et légèrement pointues aux bouts. Ces extraterrestres s’habillent avec des vêtements qui ne sont pas moulants et mesurent 1,50 m de hauteur; ils ont été souvent confondus avec les “gris” ou avec d’autres créatures, portant une cagoule, et portent le nom de “Javas” lesquels, d’après nous, existent uniquement pour la sciencefiction.

Autour des extraterrestres décrits jusqu’à présent flottent des descriptions d’autres entités avec lesquels les enlevés semblent moins impliqués. La place d’honneur revient aux “Êtres de Lumière”, qui, comme nous verrons, sont quelque chose de bien différent. Après quinze années de peines nous avions enfin dressé une sorte de “bestiaire cosmique”, dont il fallait reconstruire les actions de ses membres, pour pouvoir comprendre la motivation de leur présence chez nous. »

Le DEUXIEME NIVEAU d’interférence extraterrestre

En ce lieu nous ne décrirons pas les contextes et les milieux d’hypnose qui nous ont permis d’obtenir les conclusions que nous avons exposés, et nous ne fournirons non plus des explications techniques, qui nécessiteraient plusieurs textes: nous nous limiterons à fournir tout simplement les sèches conclusions tirées des enquêtes.

Ceci-dit, il apparut tout de suite très clairement que les mammifèromorphes avaient un problème que nous puissions leur résoudre: ils cherchaient l’immortalité! Tout en étant persuadés que l’immortalité deviendrait, à la longue, incroyablement ennuyante, nous sommes conscients que ce n’est pas la pensée de tout le monde. Le désir des extraterrestres de ne vouloir jamais quitter cette vie et la détermination employée pour atteindre tel but nous avait laissé un peu perplexes sur le degrés de maturité intellectuelle de ces êtres, mais nous poursuivions nos recherches: nous nous trompions peut-être.

Sous hypnose les ravis qui étaient entrés en contact avec ces êtres mentionnaient à l’unanimité, que les extraterrestres vivaient: “ à travers nous, à travers notre ésprit…” Pour ce genre de ravis était présente une forte dichotomie cérébrale, qu’un psychiatre de quatre sous aurait facilement interprété comme schizophrénie aigüe; néanmoins une fois effectué l’analyse approfondie de la personnalité de ces sujets il n’y avait pas de place pour le doute de la pleine santé de leur esprit. Ils se voyaient souvent différents des autres personnes, comme s’ ils n’appartenaient pas à ce monde, il avaient des flashback où ils se souvenaient de scènes de vies antérieures et d’images où ils se déplaçaient dans un contexte étranger, comme s’ils étaient euxmême extraterrestres.

Il apparut tout de suite clairement que à l’intérieur de leur esprit était présente une zone de mémoire a accès nié, où étaient cachés certains souvenirs qui concernaient des scènes de vie d’un extraterrestre: l’hypothèse où apparaissait comme réel ce qui résultait des différentes hypnoses surgit, c’est à dire que les extraterrestres utilisaient notre cerveau comme entrepôt pour leur souvenirs (une sorte de sauvegarde informatique).

D’après cette hypothèse les extraterrestres en question cherchaient l’immortalité, qu’ils ne parvenaient pas à obtenir car, bien que d’une longévité remarquable par rapport à nous, ils mouraient également. Ils peuvent, cependant, faire survivre tous leurs souvenirs, en glissant dans le cerveau d’un enfant terrien toute l’expérience de la vie entière (jusqu’à ce moment) d’un d’entre-eux, éventuellement mort pendant ce temps. L’enfant, au cours des années, devient adulte et par moments son cerveau montre des petits signes de l’autre personnalité, en lui procurant quelques graves problèmes existenciels.

La mémoire extraterrestre demeure en tout cas inaccessible, hormis faisant recours à une sorte de mot de passe (un peu comme dans un ordinateur), en mesure de l’ouvrir et de libérer son contenu. Avant la mort de l’abducté utilisé pour la sauvegarde les extraterrestres reviennent et font une copie de tout le contenu de sa mémoire dans le cerveau de l’un d’entre-eux à peine né. Celui-ci dispose ainsi immédiatement de la mémoire, outre de son porteur terrien, de son prédécesseur extraterrestre et devient, en fait, une seule personne avec lui.

De cette manière l’esprit survit, même si le corps meurt, et on obtient un succédané d’immortalité. Le nouveau né extraterrestre ne doit donc pas faire d’expérience, en recommençant à nouveau tout le parcours de formation, et finalement, par exemple, un extraterrestre (ou pour mieux dire son esprit) vieux de trente mille ans résulte formé des souvenirs de six extraterrestres de cinq mille ans chacun, plus un nombre élevé de mémoires de terriens utilisés pour la sauvegarde.

Le produit de l’application de l’idée décrite est un seul esprit en évolution, qui utilise plusieurs corps en succession: une sorte de pseudo-immortalité qui permet aux extraterrestres de conserver toutes les caractéristiques fondamentales de leur pensée originaire. Nous avons vite constaté que le cerveau humain est préféré par les extraterrestres comme entrepôt pour leurs mémoires, effectivement, aux enlevés, pendant l’abduction, est souvent répété que: “… votre cerveau est une chose parfaite: les machines tombent en panne tandis que les cerveaux humains jamais…”
Voilà, donc, le sens de la phrase: “… nous vivons à travers votre cerveau…”!

L’application d’une série d’astuces hypnotiques nous à permis de trouver le mot de passe pour pouvoir accéder aux mémoires cachées dans le cerveaux des ravis, nous permettant de disposer d’un immense bagage d’informations sur les extraterrestres, y compris leur langage. Le procédé est vérifié et reproductible en laboratoire sur n’importe lequel de nos abducté.

Il s’agit, sans doute, d’une découverte très importante.

Pour confirmer ceci nous avons décidé de vérifier si, notre cerveau se comportant comme une mémoire non effaçable (une véritable ROM – Read Only Memory-), dans la zone à accès nié d’un enlevé existaient aussi des traces de mémoire des “carrier”, cet à dire des traces des souvenirs des vies de tous ceux qui avaient “transporté” la mémoire extraterrestre précédemment. En effet à l’intérieur du cerveau des ravis doit être présente la mémoire d’un seul extraterrestre, formée de plusieurs fragments en séquence, et entre autre les mémoires de tous ceux dont les extraterrestres se sont servi pour faire la sauvegarde.

Décrire la satisfaction produite par l’obtention de la confirmation de cette hypothèse est une chose superflue.

Le travail de Weiss, psychiatre américain qui à travers l’hypnose sollicite les souvenirs de vies antérieures, doit être, donc, réinterprété?
La réincarnation n’existe pas et il s’agit tout simplement de mémoires qui, en réalité, ne nous appartiennent pas, mais appartiennent à des personnes vécues avant nous qui portent derrière eux le fardeau additionnel d’une mémoire extraterrestre?

Nous avons compris plus tard que les choses sont encore plus compliquées : d’autres extraterrestres, en vérité, vont beaucoup plus loin que la simple sauvegarde de la mémoire.

Le TROISIEME NIVEAU d’Interférence Extraterrestre

Pour ce qui concerne nos abductés il ne nous était jamais arrivé de trouver mémoires extraterrestres de sauroïde ou d’insectoïde : pourquoi?
Les cerveaux d’un reptile ou d’un insecte n’étaient peut-être pas compatibles avec celui d’un être humain?

Probablement cette dernière question contient la bonne réponse : en effet, quand il s’agissait de sauroïdes ou insectoïdes, en hypnose régressive nous obtenions des récits complètement différents. Nous nous demandions, au début, qu’est-ce qu’il serait arrivé si un abducté utilisé pour la sauvegarde aurait eu un accident et serait décédé sur le coup: les extraterrestres auraient perdu des milliers d’années d’informations et, avec elles, même l’un d’entre eux. Ils ne pouvaient pas se permettre cela. Qu’aurions nous fait à leur place?

Ce qui était logique: faire une copie du cerveau de l’abducté. Toutefois, pour le conserver en parfait état, nous aurions du copier tout le corps. Le corps ne sert pas à grand chose, mais il est nécessaire pour maintenir en vie le cerveau, avec son précieux contenu d’informations de vie extraterrestre. Pendant les hypnoses régressives apparaissait parfois la description de la “chambre de la résonance”, “de la chambre des matrioshkas”, “de la chambre du cylindre métallique”, toutes définitions utilisées par les différents enlevés pour décrire la même situation, cet à dire le fait d’être introduits dans un cylindre métallique horizontal, où, à travers une sorte de hublot sur le côté, ils pouvaient observer se former, en temps réel, un corps identique au leur à l’intérieur d’un autre cylindre, transparent et vertical, situé dans la même pièce: une véritable “photocopie” du ravi, y compris toutes les informations contenues dans son cerveau.

La personne concernée, devant une telle vision, perdait sa propre identité et souffrait souvent de crises psychologiques assez lourdes à supporter. Il résultait évident que l’un des deux corps était conservé, pour ainsi dire, “au réfrigérateur” par les extraterrestres en un lieu sûr et représentait la sauvegarde de réserve, pendant que l’autre était ramené dans son habitat naturel.

Ces opérations étaient toutes conduites dans un milieu souterrain terrestre, en présence de militaires terriens! (les réponses que nous disposons sur les raisons à ce sujet sont tout à fait exhaustives, mais ce n’est pas utile de les citer ici).

La question plus importante, arrivés ici, était: “… mais que ramènent-ils en bas: la copie ou l’original?…”

Nous aurions conservé l’original. Et les extraterrestres?

La mémoire de la copie et de l’original étaient évidemment identiques dans les moindres détails et il n’y avait aucun espoir de trouver une différence qui puisse indiquer une solution au problème. Toutefois, en voyant juste, les extraterrestres avaient un point faible dans leur procédure: le cylindre où ils introduisaient le pauvre malheureux était horizontal, tandis que celui où se formait la copie était vertical. Donc, si le sujet sous hypnose se souvenait être sorti du même cylindre où il était entré, il s’agirait alors de l’original; si il se souvenait être sorti du cylindre vertical, il s’agirait donc de la copie.

Et bien: il s’agissait de la copie!

Comment faire maintenant pour dire à nos ravis qu’ils étaient des copies de l’original? Nous ne pouvions pas nous permettre une telle révélation, car elle aurait pu procurer des forts désordres psychiques, à cause de la perte d’identité qui, comme nous le savons bien, peut entrainer jusqu’au suicide. Heureusement il devait encore émerger un autre événement presque incroyable.

Le QUATRIEME NIVEAU d’Interférence Extraterrestre

Pendant la phase de copie du corps du ravi, pratiqué par les sauroïdes, il arrivait quelque chose de bien étrange. L’abducté décrivait une sensation, une sorte de vibration qui traversait son corps; il y avait beaucoup de lumière à l’intérieur du cylindre horizontal en métal et après quelque chose se détachait et vibrait dans l’air. A ce moment le ravi décrivait la scène vue d’en haut et voyait les deux cylindres, l’un métallique, horizontal, contenant l’original et l’autre transparent, vertical, avec la copie dedans. Qu’est-ce ce troisième emplacement visuel? A vue de nez la chose semblait impossible, sans entrer dans le mérite de la crédibilité et de la fiabilité des techniques d’hypnose, quand elles sont conduites avec maîtrise.

D’où la nécessité de développer une série de questions de contrôle, pour comprendre qui était en train de parler réellement:

● L’extraterrestre avec sa mémoire?
● La copie?
● L’original?
● L’une des mémoires des carrier?

La série de questions étaient des interrogatifs très simples, du style:
Comment t’appelles-tu?
Quel âge as-tu?
Quel jour sommes-nous aujourd’hui?
Regarde tes mains et décris-les moi…

Mais les réponses étaient terrifiantes!

Question: “Tu es en train de regarder en bas?”
Réponse: “…Non”
Question: “Alors comment fais-tu pour regarder ce qui se passe dessous de toi?”
Réponse: “…Je ne regarde pas en bas, je regarde en même temps partout…”
Question: “Regarde tes mains”
Réponse: “…Je ne vois pas de mains”
Question: “Regarde ton corps”
Réponse: “… Je n’ai pas de corps (perplexité)”
Question: “Comment t’appelles-tu?”
Réponse: “… Nous n’avons pas de nom…”
Question: “Quel âge as-tu?”
Réponse: “… Qu’est-ce que cela veut dire?…”
Question: “Depuis quand existes-tu?”
Réponse: “… Mais depuis toujours, naturellement…”

Émergeait, ainsi, l’existence de certaines entités qui se définissaient “matrices de points de lumière”, qui vivaient “entre un temps et l’autre” et s’auto-définissaient l’ “ÂME” des êtres humains!

Cette chose qui, pour ceux qui la possèdent, donne la VIE ETERNELLE! Et oui: justement ce que cherchaient les extraterrestres… Maintenant tout était clair.

L’analyse attentive de ces événements nous fit comprendre, au cours d’une année environ, que les extraterrestres sauroïdes, ne pouvant pas utiliser l’esprit humain comme les mammiféromorphes, essayaient de capturer notre matrice de points de lumière et de les utiliser pour leurs buts. EFFRAYANT! Mais, heureusement, il semblait aussi qu’ils n’y parvenaient pas non plus, à cause d’une incompatibilité biogénétique entre eux et notre âme.

L’âme était parfaitement consciente de ces tentatives et ne les appréciait pas du tout, mais ne pouvait rien faire pour l’empêcher. Pendant l’hypnose émergeait la description d’étranges champs de force, qui transportaient l’âme dans le corps d’un sauroïde, mais l’union se maintenait pour une très courte durée, et après il y avait la séparation totale et irréversible, avec frustration relative de l’extraterrestre qui n’était pas parvenu, encore une fois, à se connecter définitivement avec la matrice de points de lumière, pour devenir une seule chose avec elle.

Dans notre ADN il existe, en effet, quelque chose qui nous rend compatible avec notre âme, comme affirment, interrogés à tel propos, les esprits extraterrestres insérés dans les cerveaux des abductés: au fond il s’agit simplement de demander aux esprits extraterrestres, activés par le juste mot de passe, le contenu de leurs mémoires. C’est un peu comme regarder, sans se faire découvrir, dans les papiers secrets des extraterrestres.

La compatibilité de notre ADN avec l’âme nous éclaircit pourquoi les extraterrestres essayent, avec des expérimentations génétiques, d’utiliser notre ADN: ils essayent évidemment de modifier leur ADN pour le rendre semblable au notre, cet à dire compatible avec la chose qui est appelée communément “âme”. L’âme, interrogée à ce sujet, était très éloquente: nos enlevés, outre à posséder d’autres qualités, ont l’âme, que les autres humains n’ont pas. Entre autre “cette chose là”, ne l’ont pas tous les hommes, mais uniquement une minorité des êtres humains! (entre 30 et 50%).

A la fin nous découvrions que l’âme, une fois extirpée de l’original, n’étant pas compatible avec le corps des sauroïdes, était installée dans la copie de l’abducté, celle qui était dans le cylindre vertical, qui était ensuite ramenée dans son habitat originel.

Donc le ravi était bien une copie, mais une copie-originale, à laquelle rien ne manquait. Celui qui, à présent, se retrouvait avec une chose en moins était justement l’original. “L’âme ne peut pas être copiée”, disaient les matrices de points de lumière interrogées par nous. “… Les extraterrestres le savent et essayent d’utiliser les vôtres, mais il doivent modifier leur ADN…” disaient les enlevés pendant l’hypnose. Tous nos enlevés disaient les mêmes, identiques, choses; tous, sans exception aucune! Maintenant nous pouvions leur raconter la vérité.

Voilà le secret de l’arbre de la vie, de la Kabbale hébraïque, de la construction de la copie des Pharaons égyptiens, de la Kundalini indienne et de toutes les sectes, elles aussi plus ou moins secrètes, qui perpétuent la recherche du soi-disant Saint Graal. Tout devenait très simple: quelque chose, dans notre ADN, était le lieu de la vie éternelle et les extraterrestres, qui désirent vivement l’atteindre, la recherchaient en nous, qui ignorions même que cette chose puisse exister.

L’Arbre de la Vie du mythique Paradis sur Terre, symbolisé par de nombreux glyphes sculptés dans les champs de blé anglais… voilà ce que cherchaient les extraterrestres en certains, et uniquement en certains, parmi nous!

Le CINQUIEME NIVEAU d’Interférence Extraterrestre

Il manquait encore un anneau à la chaîne: les anciens Egyptiens, effectivement, décrivaient l’existence du corps physique, de l’esprit et de l’âme, mais aussi de l’Esprit (notre partie spirituelle N.du T.). Nous ne savions pas de quoi il s’agissait.

Brièvement, sans nous perdre ici en complications inutiles, sous hypnose ont émergé, des esprits des abductés, certaines traces de souvenirs de vies d’êtres extraterrestres en tout pour tout différentes de nous: des êtres de lumière, de nature différente, des êtres qui, même si d’une longévité remarquable, étaient mortels, parce que, d’après ce que nous avons compris, parmi toute la création uniquement le Créateur et une partie des êtres humains possèdent l’âme.

Ces Êtres Lumineux étaient, probablement, ceux que notre culture mythologique appelait “esprits immortels” et contrôlaient les extraterrestres qui produisent le phénomène des enlèvements, qui à leur tour, contrôlaient les “cyborg” Gris, qui contrôlent l’humanité entière.

Émergeait ainsi l’existence de différents types d’humains:
1. Corps avec esprit. (note, « esprit » = « mental »)
2. Corps avec esprit et âme.
3. Corps avec esprit et Esprit, sans âme.
4. Corps avec esprit, Esprit et âme.

Devenaient, ainsi, compréhensibles mêmes certains phénomènes que l’Église décrit comme possessions diaboliques, qui surgiraient quand la personne ne désire pas la présence en soi, d’un “Être Lumineux” parasite et négatif.

Parfois, au contraire, nous avions peut-être à faire à des entités plus positives, qui vivaient en symbiose avec l’âme de celui qui la possède: effectivement l’Esprit ou être de lumière préfère stationner dans les corps de personnes ayant l’âme, parce que de cette manière il peut exploiter, pour ainsi dire, l’ “énergie” de l’âme et ne pas vieillir, étant la matrice de points de lumière dépourvue de dimension temporelle, et donc éternelle! Tous ces êtres veulent l’âme, parce qu’ils sont tous mortels et tous viennent la chercher dans le seul endroit de l’Univers, où peut-être par erreur, elle existe.

IMPLICATIONS FINALES

Le tableau ici esquissé pour la première fois à mémoire d’homme a le mérite de pouvoir expliquer tous les événements historiques et politiques des dernières années, outre à tous les phénomènes pour lesquels la science et la religion donnent des indications pour le moins confuses, nous permet de réinterpréter à la lumière de ces données toute l’histoire ancienne, les anciennes légendes et les mythes anciens, nous permet de comprendre la nature réelle de l’être humain et éclaircit les tentatives confuses du passé qui voulaient établir l’existence d’entités jamais bien définies, qui du monde de l’ésotérisme jusqu’aux phénomènes actuels inexpliqués de l’esprit humain, ont la prétention d’être reconnus définitivement.

D’un point de vue politique ont peut déduire parfaitement quel a été le rôle des puissances mondiales en gérant, à notre insu, le problème des extraterrestres sur notre planète, en effet, chaque fois que, pendant l’hypnose, nous nous trouvons face à la reproduction des copies, cela se passe toujours dans un milieu technologique souterrain, en présence tant de sauroïdes que de militaires terriens.

=> Dans le cas de nos enlevés (uniquement italiens) les militaires étaient TOUJOURS FRANCAIS, comme nous avions eu l’occasion d’écrire précédemment.

Les esprits extraterrestres insérés dans le cerveau de nos enlevés décrivent un tableau politique déroutant, en parfait accord avec cette branche de l’ufologie moderne qui porte le nom de Conspiration, selon laquelle les extraterrestres et nos gouvernants, à un moment donné de notre histoire, ont rédigé un pacte d’alliance à l’insu de la planète entière.

Le TABLEAU POLITIQUE décrit est le suivant.

Alors qu’en 1947, après la chute d’un ou plusieurs ovnis dans le désert du New Mexico, les américains s’aperçurent de l’existence des extraterrestres, certains d’entre eux entrèrent en contact avec le gouvernement des États-Unis, proposant un accord qui leur donnait la possibilité d’utiliser des humains non seulement pour la reproduction, mais pour extraire à partir de ces malheureux cette partie que nous avons appelé âme, qui aurait assuré aux extraterrestres la vie éternelle.

Les extraterrestres du type sauroïde, en échange, leur confièrent un certain nombre de connaissances technologiques destinées à être employées, maintenant comme dans le futur, uniquement par le comité restreint de ceux qui détiennent le pouvoir, outre une escorte d’âmes qui aurait servi à nos “seigneurs” pour atteindre la vie éternelle.
En d’autres termes le prix de la collaboration de nos gouvernants était payé en leur livrant des âmes qui appartenaient à la population qui les possédait: les sauroïdes seraient parvenus, dans le temps, à trouver une méthode en mesure d’enlever l’âme à celui qui l’avait et pour l’utiliser à fin d’atteindre l’éternité, délivrant aux “seigneurs” de la Terre, une certaine quantité d’âmes en échange des services reçus.

Le processus de connexion permanente avec âme prévoit de ne plus mourir vraiment, mais de vivre en éternité, parfaitement conscients, dans un corps compatible qui est périodiquement “mis à jour”. D’après cet accord pendant ce temps nos gouvernants alliés avec les sauroïdes auraient fait en sorte que la population de la Terre ne s’aperçoive de rien. La seule façon possible pour gérer « vita aeternam » le pouvoir sur les humains était celle de les rendre zombie, en commençant à convaincre la population, à travers le processus politique qui prend le nom de Globalisation, que tout le monde, dès le plus jeune âge, devra se faire introduire une puce dans le crâne.

Les prétextes sont nombreux et croyables:

“La puce vous aidera à survivre, parce qu’elle contient tous vos codes personnels; toutes les portes vous seront ouvertes automatiquement à votre passage, vous pourrez payer sans le moindre effort et sans craindre les vols, les hôpitaux auront immédiatement votre dossier médical et les médecins pourront vous prolonger (pour un peu) votre vie, et ainsi de suite. Naturellement, sans puce vous ne pourrez pas faire la plus basique des opérations bancaires. Vous serez “OUT”, en dehors du monde. »

Bien entendu personne ne vous dira que la puce en question, sans que vous en aperceviez, vous dira comment et pour qui voter, quand faire l’amour, quand dormir, quand et quoi rêver. Les brevets de ces puces sont, hélas, déjà été délivrés, les circuits électroniques nécessaires prennent la place de 2,5 x 2,5 millimètres et contiennent les instructions nécessaires pour pouvoir effectuer des troubles de conscience humaine; en plus la puce, une fois introduite dans le corps humain, s’alimente de façon autonome. Parmi les organisations qui, en collusion avec les sauroides, veulent transformer la Terre en un immense jeu électronique, se trouvent impliquées, avec leur adeptes au plus haut niveau, plusieurs sociétés secrètes: du Groupe de Thulé à la Golden Dawn, de l’Ordre des Chevaliers du Temple au Club of Rome et aux Rose-Croix.

Ce sont ceux qui gèrent les banques, les sources d’énergie et un certain type de politique sociale et religieuse: en employant les services secrets et les forces militaires ils transformeront lentement l’homme de libre penseur en esclave imbécile.

Tout ce que nous communiquaient depuis des années de façon confuse certaines personnes qui faisaient des révélations était donc absolument vrai. En ce lieu nous ne pouvons pas approfondir l’argument, qui sera traité, à part, ultérieurement.

Encore une fois la collusion entre pouvoir religieux, politique et économique est en train de produire un cocktail mortel pour l’être humain, qui se retrouve non seulement à la merci des extraterrestres, mais aussi à celle de ses propre “seigneurs” corrompus, ceux qui prétendent la Globalisation à tout prix pour pouvoir continuer a vivre et commander de façon privilégiée, comme dans le vieux film de science-fiction titré Zardoz.

PREVISIONS POUR L’AVENIR

Dans le cadre de ce scénario ahurissant il faut préciser que la deuxième phase de notre enquête, qui a duré bien quinze ans, se termine ici. Maintenant nous entamons la troisième phase, qui concerne la mesure, pour les sujets humains, de certains paramètres qui nous diront, espérons en temps réel, si ils ont été enlevés ou pas. Parallèlement nous étudions une méthode d’ autodéfense des abduction qui, pour être honnête, donne déjà les premiers, modestes, résultats positifs.

Laissons en pouvoir de ceux qui lisent leur propre futur, car le lecteur doit savoir que ce n’est pas notre intention de paraître plus ou moins crédibles, mais dénoncer certains faits sur lesquels nous avons travaillé pendant un temps assez long. Nous sommes parfaitement conscients du fait que parfois on considère comme vraie une chose qui est croyable et fausse une chose incroyable, et qu’entre crédibilité et vérité il n’y a aucune relation. Si le lecteur décidera de ne pas croire à un seul mot de ce qu’il a lu, nous ne nous sentirons nullement offensés; ce travail prétend uniquement être une modeste contribution pour la recherche sur les phénomènes d’Interférence Extraterrestre, je dirais presque dans la tentative désespérée de sauver ce qui peut être sauvé! Si jamais, comme nous craignons, nous aurions eu raison, les groupes ufologiques italiens et mondiaux, avec toutes les associations qui s’intéressent de problèmes similaires, n’auraient plus raison d’exister: bien d’autres institutions nouvelles devraient se charger de la gestion de phénoménologies si complexes et dangereuses.

Quant aux méthodes pour contrer les abductions et s’en débarrasser, Malanga présente une étude qu’il a effectuée sur des années et qui selon lui donne déjà des résultats. La transcription se trouve en partie dans le document PDF ALIEN CICATRIX 2. Un fichier important que que vous trouverez sous le lien fourni en début d’article.

Les traductions proposées sont parfois de bonne qualité, parfois nettement moins bonnes, d’un document à l’autre. Mais il semble que l’essentiel soit compréhensible, c’est le plus important.

N’ayant pas encore pris connaissance de l’ensemble de son matériel, je ne poursuivrai éventuellement les commentaires sur ces recherches, qu’après un examen plus approfondi des données scientifiques qui illustrent certains textes, ainsi qu’après une étude encore plus approfondie des méthodes de libération proposées. Rien n’est à négliger dans ce domaine.

Le sujet dans son ensemble reste chaud, bien malheureusement, mais nous pouvons nous réjouir de constater que la recherche, bien que toujours marginale même parmi les marginaux, commence à dévoiler ce que seuls certains ‘shamans’ dénonçaient jusqu’ici. Qu’un tel niveau de connaissance puisse être mis à jour par un chercheur de formation scientifique est la preuve que ces données ne sont pas si inaccessibles qu’elles en ont l’air. Comme nous le constatons ici, l’hypnose, voire des techniques de PNL à elles seules peuvent démasquer des intrusions et manipulations, à condition de les mener intelligemment, ce qui peut mener à des conclusions extrêmement pointues comme celles qui sont décrites par Malanga. Nous n’en sommes pas encore à démontrer l’existence de la Matrice en tant que structure d’emprisonnement des âmes, mais nous semblons bien nous diriger fermenent dans cette voie, grâce à la bonne volonté et à la détermination des personnes motivées par les questions les plus essentielles portant sur les mystères de l’existence humaine.

Merci à Monsieur Corrado Malanga, pour son courage et pour l’aide qu’il apporte à l’humanité.

SUITES :

8. La Méthode SIMBAD

9. Quatres étapes de Libération

6) Configuration de la « bête » (suite)

Comme suite aux données que nous avons perçues, ma collaboratrice et moi, je propose quelques informations supplémentaires qui viennent étayer ces recherches de première importance.

Il est dit dans la mythologie scandinave (voir article 3) de cette page) que le serpent géant englobe la terre et aussi que le dragon habite sous terre, détenteur d’un trésor. Il est évident que ce trésor n’est autre que nos pouvoirs d’âmes non scindées.

En effet, dans les manuscrits de Nag Hammadi, l’Evangile et les Actes de Thomas contiennent des enseignements allégoriques qui nous apportent des confirmations pour le moins étonnantes en rapport avec les découvertes effectuées durant ce travail toujours en cours.

Les recherches m’ont menée vers ces Actes de Thomas, à la suite d’une liste des couleurs des chakras que j’ai trouvée sur un site. Il se fait qu’en visualisant ce dragon, j’y ai découvert une boule d’or au niveau du chakra de la gorge, une lumière étincellante au niveau du chakra coronal et ma collaboratrice a quant à elle travaillé sur des boules de nacre qu’elle ressentait comme étant composées de l’essence des âmes jumelles.

Quel ne fut pas mon étonnement lorsque j’ai trouvé dans la liste, en guise de couleur du dixième chakra, la couleur perle nacrée, avec le commentaire suivant : 10° chakra: la couleur de ce chakra est le perle nacré. Il est en charge de l’équilibre masculin/féminin. Quand ce chakra est équilibré, il est très aisé d’être en bonne santé et connecté à son âme.

Ensuite en guise de douzième chakra : 12° chakra: la couleur de ce chakra est l’or miroitant. Il nous connecte à la conscience christique. Cette énergie connecte, ensemble, tous les types d’énergie.

J’ajoute qu’au début de son travail conscient dans ce domaine, ma soeur spirituelle a travaillé sur la couleur verte associée au violet, sans que ni elle ni moi ne sachions à quoi correspondaient ces couleurs, si ce n’est que des âmes jumelles étaient séparées par des ondes de formes qui avaient ces couleurs. Ce n’est qu’à présent en lisant cette liste que j’en déduis qu’il s’agit des pouvoirs du huitième chakra, car on peut lire dans la liste : 8° chakra: la couleur de ce chakra est le vert émeraude et le violet. Il est le premier des chakras supérieurs et connu comme étant l’Étoile de l’âme. On pourrait l’appeler le siège de l’existence.

Vous pouvez consulter la liste complète sur :

http://www.chm.be/couleurs/chakra.htm
 

Les explications nous sont données après coup et nous avons ainsi la satisfaction de constater qu’il ne s’agit pas d’avancées menées par notre imagination, mais de faits qui correspondent à des réalités supérieures avérées.

En continuant les recherches sur la couleur perle, voici que je découvre donc un « Hymne à la Perle » qui nous vient des Actes de Thomas, dans un extrait d’un manuscrit gnostique de Nag Hammadi. Il s’agit d’un Hymne que Thomas, apôtre de Jésus envoyé en mission en Inde, a dit à des prisonniers, lorsqu’il fut arrêté pour des actions de « sorcellerie » par les règnants en place.

Le texte intégral peut être consulté sur la page :

http://www.lechampdumidrash.net/articles.php?lng=fr&pg=187

Il faut savoir que Thomas est l’un des 12 apôtres du Christ des plus populaires à cause de son surnom « Dydime » signifiant jumeau. Selon la tradition ancienne, Thomas aurait été le jumeau spirituel de Jésus et aurait alors eu accès à des enseignements secrets.
 

Voici l’extrait intitulé « Hymne à l’âme » (108-113) qui vaut le détour, pour le nombre de correspondances que nous y trouvons avec nos travaux et les recherches développées en ce moment même. (L’ensemble de ce texte mérite d’être souligné, je n’ai mis en gras que de courts extraits des plus évocateurs)
 

1. “ Quand j’était un petit enfant sans parole dans le palais de mon père,
2. me délassant dans la richesse et le luxe de mes nourriciers,
3. loin de l’Orient ma patrie, après m’avoir muni de provisions de voyage, mes parents m’envoyèrent;
4. de la richesse de ces trésors qu’ils avaient ils composèrent un fardeau
5. à la fois grand et léger, pour que je pusse le porter seul :
6. de l’or de Beth-Ellaye (S), et de l’argent de Gazak la grande (S)
7. et des chalcédoines de l’Inde et des perles de Beth-Kashan (S) –
8. et ils me donnèrent une armure de diamant qui peut briser le fer.
9. Et ils m’enlevèrent (S) la robe ornée de gemmes, parsemée d’or, qu’ils m’avaient faite dans leur affection,
10. et cette robe était de couleur jaune, faite pour ma taille.
11. Et ils firent un accord avec moi et, l’ayant gravé dans mon esprit pour que je ne l’oublie pas (S), ils me dirent :
12/13.
“Si, étant descendu en Egypte, tu en rapportes l’unique perle qui est là-bas près du dragon dévorant,
14. tu revêtiras de nouveau le vêtement orné de gemmes et la robe qui repose sur elle,
15. et tu deviendras avec ton frère, qui est proche de nous en autorité, héritier dans notre royaume (S).”
109.16. Je partis donc de l’Orient sur une route pénible et dangereuse avec deux guides ;
17. Je n’avais pas l’expérience de cette route.
18. Etant passé le long des frontières des Mosani où est le lieu de résidence des marchands de l’Orient,
19. j’arrivais dans le pays des Babyloniens.
20. Une fois entré en Egypte, mes guides qui avaient fait route avec moi me quittèrent.
21. Je m’élançai le plus droit possible vers le dragon et m’installai près de sa tanière,
22. guettant le moment où il tomberait dans le sommeil et dormirait, pour que je lui enlève ma perle.
23. Comme j’étais seul, je me rendis étranger quand à l’aspect et je parus un étranger à ceux qui habitaient avec moi.
24. Je vis là mon parent venu d’Orient, un homme libre,
25. un jeune homme gracieux et beau,
26. fils de princes. Il vint à moi et fut avec moi,
27. et je l’eus comme compagnon et je fis de lui mon ami et le participant de mon voyage.
28. Je le mis en garde à l’égard des Egyptiens, de veiller à ne pas participer à leurs impuretés.
29. Je revêtis leurs vêtements pour ne pas les étonner comme venu de l’extérieur,
30. en vue de la prise de la perle, et pour que les Egyptiens ne réveillent pas le dragon contre moi.
31. Mais je ne sais par quelle cause ils apprirent que je n’étais pas de leur pays
32. et par ruse ils mélangèrent pour moi une tromperie, et je mangeai de leur nourriture.
33. Je ne sus plus que j’étais fils de roi et je fus l’esclave de leur roi.
34. J’oubliai (S) aussi au sujet de la perle, pour laquelle mes parents m’avaient envoyé,
35. et, par la lourdeur de leur nourriture, je tombai dans un profond sommeil.
110. 36. Tandis qu’il m’arrivait ces choses, mes parents en prirent connaissance et eurent de la peine pour moi.
37. Il fut proclamé une proclamation dans tout notre royaume pour que tous se rejoignissent à nos portes.
38. Et alors les rois des Parthes et les gens en office et les princes d’Orient
39. prirent une décision à mon sujet, que je ne fusse pas abandonné (S) en Egypte.
40. Les chefs m’écrivirent une lettre où ils me signifiaient ceci :
41. “De la part de ton père, le roi des rois, et de ta mère qui règne en Orient
42. et de ton frère qui est second en autorité après nous ; à toi notre fils en Egypte, paix !
43. Lève-toi et réveille-toi du sommeil et écoute les paroles de cette lettre.
44. Rappelle-toi que tu es fils de roi : tu t’es introduit peu à peu sous un joug d’esclave.
45. Rappelle-toi la perle pour laquelle tu as été envoyé en Egypte.
46. Rappelle-toi ton vêtement parsemé d’or et la splendide toge
47. que tu dois porter et de laquelle tu dois être orné, afin que ton nom soit lu dans le livre de la vie
48. et que toi avec ton frère, notre héritier du trône, tu deviennes héritier dans notre royaume.”
111. 49/50. Ma lettre est une lettre que le roi a scellée de sa propre main droite pour la garder des méchants, les enfants de Babel, et des démons sauvages de Sarbug.
51.
52. elle vola et aborda près de moi, et ne fut plus que discours.>
53/54. Et moi, à la voix de cette lettre, et à la sensation de cette lettre, je sortis du sommeil et, l’ayant prise, je la baisai et je la lus ;
55. elle était écrite concernant ce qui avait été gravé dans mon coeur.
56. Et je me souvins sur le champ que j’étais le fils de rois et que ma naissance libre aspirait à son origine.
57. Je me souvins aussi de la perle pour laquelle j’avais été envoyé en Egypte.
58/60.
Et je commençai d’user de charmes contre le terrible serpent et je le plongeai dans le sommeil (S), ayant prononcé sur lui le nom de mon père.
61. Ayant ravi la perle, je m’apprêtai à rentrer en la rapportant à mes parents.
62. Et je me dépouillai du sale vêtement et je le laissai dans leur pays ;
63. et je dirigeai droit ma route vers la lumière de ma patrie à l’Orient,
64. et je trouvai sur la route la lettre qui m’avait réveillé (S).
65. Cette lettre, comme usant d’une voix, m’avait réveillé dans mon sommeil, et elle me guida par sa lumière.
66. Il y avait des moments où le vêtement royal de soie brillait devant mes yeux.
67/68. Tandis que l’affection de cette lettre me conduisait et me tirait, je passai le long de Sarbug
69. et, ayant laissé sur ma gauche Babylone,
70. j’arrivai à la grande Maishan, port de marchands,
71. qui se trouve sur le bord de la mer.
72.
73. de Ramtha et Reken mes parents les avaient envoyées ici
74. par la main de leurs trésoriers à qui ils les confièrent à cause de leur fidélité.>
112. 75. Mais je ne me rappelai pas ma splendeur d’autrefois : car j’étais encore enfant et tout à fait jeune quand je laissai cette robe dans le palais de mon père.
76. Et soudainement, quand je vis le vêtement rendu pareil à moi comme si ç’avait été dans un miroir,
77. je me vis tout entier sur le vêtement et par lui je me reconnus et je me vis,
78. que nous avions été divisés en deux parts, bien qu’appartenant au même sujet, et que de nouveau nous étions un par une seule forme.
79. Davantage les trésoriers eux-mêmes qui avaient apporté le vêtement, je les voyais deux,
80. mais il n’y avait qu’une seule forme pour les deux, un seul symbole royal était marqué dans les deux.
81. Ils avaient entre les mains l’argent et la richesse, et il me rendaient de l’honneur.
82. Et le très joli vêtement qui avait été diversement orné de couleurs brillantes,
83. d’or et de pierres précieuses et de perles d’une belle eau,
84. il était aussi achevé conformément à sa sublimité (céleste),
85. et toutes ses coutures étaient assurées par des agrafes de diamants ;
86. et l’image du roi des rois était peinte partout complètement sur le vêtement,
87. et des pierres de saphir avaient été fixées convenablement dans sa partie haute.
113. 88. Je vis en outre que, dans tout ce vêtement, des mouvements de connaissance étaient envoyés au dehors,
89. et qu’il était prêt à prendre parole.
90. Et je l’entendis, tandis qu’il parlait :
91. “J’appartiens au plus vaillant de tous les hommes à cause duquel j’ai été élevé (S) près du père lui-même ;
92. et j’ai perçu sa stature.”
93. Et tous ses mouvements royaux se reposèrent sur moi, tandis que le mouvement crut vers l’impulsion de ce mouvement ,
94. et, dans la main de ses donateurs (S), il faisait hâte pour que je le reçusse.
95. Et moi, le désir me prit d’aller à sa rencontre et de le recevoir,
96. et je m’étendis et le reçus, je m’ornai de la beauté de ses couleurs (S),
97. et je m’enveloppai entièrement de la toge royale, excellant en beauté.
98. Et, quand je me fus revêtu, je montai jusqu’à la place de la paix et de la révérence.
99. Et, ayant incliné la tête, j’adorai la splendeur de mon Père qui m’avait envoyé ce vêtement,
100. parce que j’avais accompli son commandement et lui pareillement avait accompli ce qu’il avait promis.
101. Et, aux portes du palais qui existait depuis le début, je me mêlai à ses princes (S) ;
102. et il se réjouit à ma vue et il me reçut avec lui dans le palais.-
103. Et tous ses sujets le chantent avec des voix suaves.
104. Il me promit qu’avec lui je serais envoyé aux portes du roi,
105. afin qu’avec mes dons et avec la perle nous parussions ensemble devant le roi. ”

 

Le palais du Père, la liberté retrouvée après la mise en esclavage, les méfaits commis en Egypte, le réveil après le sommeil, le vêtement qui est l’allusion à la division de l’âme, effective dans le monde des apparences, les joyaux retrouvés ainsi que la paix après avoir réintégré le vêtement, les princes qui sont déjà libérés et attendent dans le palais du Père, etc… que d’évocations à ce cheminement qui illustre le lent éveil à la prise de conscience de notre divinité après avoir retrouvé la Perle et l’avoir reprise au serpent-dragon.

Merci encore à nos guides de nous apporter autant d’éclaircissements.

D’autres shamans sont en ce moment même confrontés consciemment à ce dragon, comme quoi le travail semble effectivement organisé par le front invisible qui nous inspire et la Source qui a décidé la réunification des âmes jumelles. Ce travail n’étant pas terminé, à chacun d’effectuer le maximum au mieux de ses possibilités, car le dragon n’est pas une mince affaire, cela va de soi. Il a toujours ses défenseurs, puisque c’est lui qui permet à l’immense vortex « serpent » de puiser notre énergie afin d’entretenir la Matrice prison. 
 

5) Observations sur la configuration de la « bête »

Bien que j’y sois accoutumée, la coordination des guides qui nous inspirent ne cesse de m’étonner.

Il y a quelques années d’ici, alors que je posais des questions sur l’Egypte ancienne, la réponse fut que je trouverais bien plus d’informations intéressantes dans la mythologie scandinave que dans les religions égyptiennes. Ayant finalement trouvé très peu d’informations à l’époque sur cette mythologie nordique, je fus légèrement déçue. 

Dernièrement, cette remarque m’est revenue en tête et j’ai donc mené quelques investigations un peu plus poussées, ce qui a donné lieu à l’article que j’ai présenté ci-dessous, en 3, à ce sujet. J’ai compris qu’à l’époque, n’ayant pas encore visité les dimensions inférieures, je n’étais pas en mesure de saisir que le peu d’informations disponibles étaient en réalité essentielles.

J’ai enfin pu comprendre dernièrement que cette mythologie contenait des données qui présentent un sens global que je n’ai pas encore trouvé ailleurs et certainement pas dans les religions égyptiennes que j’ai eu le loisir de parcourir d’autre part, notamment dans le cadre de mon vécu de vies passées dans cette civilisation. Les religions et croyances égyptiennes se sont avérées un concentré de magies plus que douteuses, sous l’emprise des dominateurs, au point où ceux qui voulaient s’en sortir ou aider l’humanité à progresser vers sa libération, n’avaient d’autre choix que de jouer le jeu des forces obscures, dans l’espoir de les prendre à leurs propres pièges des millénaires plus tard. Je reviendrai sur ces considérations dans des articles ultérieurs.

Pour l’heure, je constate donc encore la coordination des guides et je tenais à en faire part à ceux qui sont en mesure de comprendre les enjeux en cours. Ma soeur spirituelle et moi sommes en effet tombées de plein pied au coeur du coeur de « la bête », sur laquelle repose l’arbre de la Matrice-prison. C’était prévisible en astrologie, vu la position de Pluton encadré par les Lunes Noires, recevant un trigone de Saturne, celui-ci étant maître du Capricorne (où se situent Pluton et les Lunes Noires). Saturne étant le régent du karma, ce genre de configuration laissait supposer un gros règlement de compte « karmique » pour les forces les plus obscures. Je témoignerai sans doute plus en détail du vécu lorsque le moment sera venu de pouvoir en parler, cependant je poursuis ici les exposés de mes hypothèses théoriques.

Pluton a été la planète où certaines manipulations génétiques de taille se sont effectivement déroulées. En astrologie, Pluton symbolise la dimension la plus basse, la réalité subatomique, tout comme la génétique en général. Pluton symbolise donc le coeur même de la manipulation génétique. Pluton est maître du Scorpion, le signe où nous trouvons la constellation du Dragon. En ce moment, avec le Soleil en Taureau, la Terre se situe dans la constellation du Scorpion, en alignement avec la constellation du Dragon. L’astrologie sert décidément de repère toujours intéressant dans ce travail.

Aux fins fonds de la première dimension de notre Matrice-prison, se situe un énorme dragon noir. C’est ce dragon que je nomme « la bête », car il s’avère que ce dragon est le point central, crucial, sur lequel toute la Matrice-prison repose. Ce dragon noir a été configuré par les reptiliens d’origine, pour servir de « matrice génétique » en première dimension. Cette matrice génétique a servi de base à la création des Musgirs (dragons noirs ailés) et les reptiliens se sont configurés eux-mêmes sur la base de cette matrice génétique, tout en incorporant au fil du temps des gènes et autres attributs de « géants » (voir l’article 3 sur la mythologie nordique ci-dessous) afin de se rendre « humanoïdes » et pouvoir élever leur configuration animale au rang de l’humanoïde.

En travaillant à ce dragon originel, nous constatons que ce dragon est soutenu par les attributs de personnes qui sont en ce moment dans le processus de fusion avec leur âme jumelle. Comme je l’explique par ailleurs, la fusion est l’opération par laquelle les deux pôles opposés retrouvent leur état originel non scindé. Progressivement, cette opération de fusion prive donc d’alimentation les données draconiques qui étaient nourries par l’énergie des êtres scindés. C’est grâce à ce phénomène que nous nous retrouvons face à la « bête » et que nous pouvons constater dans la configuration même de celle-ci qu’elle est en réalité animée par nos attributs. Ses chakras sont composés des énergies d’êtres scindés, des âmes jumelles emprisonnées aux endroits des chakras du dragon noir. Le travail est toujours en cours et ce moment de Pleine Lune rend bien visible ce processus de récupération de ce qui nous a été volé.

Ce que je déduis à l’heure actuelle des divers constats, c’est que les reptiliens sont devenus de plus en plus humanoïdes à force de vampiriser les attributs des « géants » c’est-à-dire des races humanoïdes qui étaient originellement plus haut placées dans les réalisations de la conscience. Les reptiliens ont finalement réussi à créer des corps tels que nous les connaissons, qui sont une mixture de données génétiques reptiliennes et de gênes humanoïdes, se donnant ainsi la possibilité de s’incarner eux-mêmes dans des corps de plus en plus humanoïdes, tout en gardant les attributs de la conscience compulsive d’un ego délimité centré sur soi.

Il y a donc eu de nombreuses manipulations génétiques, mais également toute la série de rituels « magiques » qui ne sont en fait que de la technologie créatrice, lorsqu’on connaît la configuration d’une Matrice. La notion de « magie » provient uniquement des airs de mystère qu’ils ont voulu donner à ces pratiques. Le fait que les résultats soient inconscients leur permettait en effet d’entourer ces pratiques d’une aura « mystique » qui était surtout de la mystification pour l’ignorant qui s’y laissait prendre. Ces pratiques leur ont permis d’amalgamer au fur et à mesure, comme dans le cadre d’une préparation culinaire particulièrement élaborée, des ingrédients de plus en plus savoureux, telles les énergies déployées par les êtres évolués qu’ils ont réussi à prendre au piège dans la Matrice-prison. Le cycle des réincarnations était une trouvaille pour le moins astucieuse, car cela permettait à ces pratiques « magiques » de se renforcer de vie en vie, en vampirisant de plus en plus au fil des vies successives, les attributs des âmes scindées.

Par l’effet des rituels, La « magie » porte ses effets en seconde dimension. La seconde dimension est celle de la conscience animale, celle des commandes automatisées qui ont été implantées pour servir de programmation au comportement des animaux. Chez l’homme en 3D cette programmation est rendue inconsciente en faveur de l’activation du mental discriminateur. Mais les pratiques « magiques » (comprenant les religions destinées à la masse), constituent une nouvelle programmation de ce mental animal instinctif, dans des buts précis. Selon les rituels employés, les buts peuvent être divergents. Cependant ils ont la caractéristique commune de transformer l’ADN, parce que, à partir de la seconde dimension, en donnant des « ordres » à la programmation animale, ces ordres passent à la première dimension qui est celle où nos gênes sont configurés.

C’est de cette manière que les entités qui sévissent en première dimension sont nourries, c’est-à-dire configurées par les pratiques magiques, avec les acquis des êtres incarnés. Le fait de participer à des rituels avec la ferveur qui est nécessaire, produit ainsi toutes sortes de conséquences, comme la possibilité de donner des pouvoirs divers et variés à des entités qui sont conscientes en ces dimensions. C’est la raison pour laquelle les mages noirs se construisent des doubles conscients en ces dimensions afin de pouvoir se renforcer au fil des rituels desquels ils profitent. Ils veillent à soumettre des êtres vivants en 3D et ensuite à se situer en bout de course de la réception de l’énergie et donc des pouvoirs des victimes (consentantes ou non).

Le dragon noir, cette matrice génétique originelle des reptiles qui a été placée à la base de la première dimension, est donc automatiquement nourri par les rituels quels qu’ils soient et toutes les magies se dirigent nécessairement vers lui, même si les intentions diffèrent, car notre Matrice-prison elle-même repose sur cette fondation. Il en découle que les rituels transforment donc, au fil du temps, la matrice génétique de l’humanité entière et l’ensemble de la Matrice-prison par le même procédé.

Les mages noirs et autres entités noires intermédiaires sont toutes forcément rattachées à ce dragon. Celui-ci est donc en quelque sorte le père et la mère génétique de tous les reptiliens et par la suite des humanoïdes qui ont été configurés dans notre matrice, car la base génétique draconique les tient reliés à lui.

La difficulté pour les ex-reptiliens incarnés en humains c’est qu’ils sont particulièrement attachés à cet univers, puisque c’est en quelque sorte le leur. Si tant est que le vol génétique et énergétique puisse être considéré comme acceptable, on pourrait dire que la création de notre Matrice-prison constitue une avancée dans leurs recherches de créations, puisqu’ils ont réussi à élever leur niveau de conscience et à avoir accès à la conscience supra mentale, au moyen de la vampirisation des acquis des créatures plus évoluées. Et il en va de même pour les âmes capturées qui se sont prises à croire à ce jeu et qui se retrouvent dans des dimensions miroirs paradisiaques.

Les reptiliens se sont pour la plupart retirés à l’heure actuelle, excepté ceux qui ont voulu participer à l’opération de réparation, telle que la reptilienne à laquelle j’ai eu affaire. Dans son cas, elle était devenue tellement « humaine » et flottant dans ses « paradis » usurpés, qu’elle n’aurait pas pu concevoir à quel point elle avait pu nuire à d’autres êtres pour en arriver là. Elle était d’autre part tellement rattachée à ce dragon noir, qu’elle ne pouvait se libérer elle-même. C’est pourquoi les guides l’ont maintenue dans l’inconscience de l’origine de ses pouvoirs fabuleux, tout en permettant à des personnes en éveil de travailler à la réparation.

Les êtres qui semblent malheureusement les plus activement néfastes à l’heure actuelle sont en fait des victimes des reptiliens d’origine et ils n’ont pas d’autre choix que de se réveiller par leurs propres moyens.  Je pense notamment à ceux qui sont dans des sectes dont les sphères du pouvoir mondial s’imprègnent encore largement. D’autres races ETs sont à l’oeuvre également ce qui ne facilite pas la tâche. Mais quoi qu’il en soit, nous avançons au moins dans nos connaissances. Ces découvertes et la possibilité d’y travailler nous permettent de nous réjouir, même si le chemin est encore long, nous semblons sur la voie effective de la libération.   
 

Afin de rendre un hommage à ceux qui nous aident dans l’invisible, je n’entrerai pas dans les détails ici, mais je voudrais apporter quelques précisions concernant les pyramides que j’ai vues en nombre considérable en deuxième dimension. Lors des débuts des travaux entrepris dans les dimensions inférieures, j’ai assisté à une opération, longue et minutieuse, menée par les guides, dans la deuxième dimension. Afin de pouvoir libérer l’emprisonnement à ce niveau, il fallait que la grande pyramide d’Egypte soit repositionnée.

Dans cette seconde dimension j’ai vu une machinerie, comme un gigantesque mécanisme d’horloge, qui s’est mise en mouvement très lentement et l’orientation de la pyramide a subi un décalage, ce qui a pris des heures et des heures de manoeuvres hyper précises. J’ignore de combien de degrés elle a été déplacée, mais le résultat fut que l’accès à la seconde dimension et ensuite à la première a ainsi été ouvert. Cette opération est une des raisons qui permet que la réparation soit en ce moment rendue possible, car les manipulateurs qui se sont basés sur la magie égyptienne (découlant de l’Atlantide) étaient parvenus à fermer ces dimensions, à les rendre inaccessibles, afin de sceller leurs travaux le plus solidement possible.

Les ondes de formes, placées en des points stratégiques de la planète, permettent en effet de manoeuvrer sur l’accès entre les dimensions. Cette opération menée par les guides a donc permis la mise en route de la récupération de nos pouvoirs et de nos énergies volées. Merci à ces « géants » qui veillent toujours et qui nous prêtent main forte.

 

4) L’appui des mythologies (suite)

 

La mythologie gréco-romaine fait largement référence aux mondes des enfers, d’autant plus que tous les décédés vont en enfer. Les « justes » ne vont pas directement au « ciel » puisque ce ciel, appelé les Champs Elysées, se situe en réalité dans le lieu le plus difficile à atteindre et le plus reculé des enfers. 

Au sortir de la première région de l’après vie, la route se partage en deux directions : la première, à droite, mène aux Champs Elysées, la seconde, à gauche, au Tartare, résidence maudite des grands criminels de la mythologie.

Voici un petit résumé de données concernant Enée, héro de Virgile, que j’ai trouvées sur la page :

http://atheisme.free.fr/Contributions/Enfers_3_eneide.htm

Après Ulysse, Thésée, Hercule ou Orphée, Enée fait lui aussi, de son vivant, le chemin périlleux et réservé à quelques rares élus, qui conduit dans le royaume d’outre-tombe. Après de longues péripéties, le héros accède aux Champs Elysées, qui sont à la fois le lieu le plus difficile à atteindre et le plus reculé des enfers.

Enée y aperçoit son père Anchise, qui lui enseigne le sort des âmes après la mort. Il lui expliquera que les choses proviennent d’une masse matérielle, animée par un esprit. Après la mort, les âmes doivent expier leurs fautes, en subissant divers supplices, après quoi les élus entrent en Élysée, tandis que les autres attendent une réincarnation.

Le lieu de la révélation est un espace où apparaissent la couleur et la lumière, à la fois plus variée et plus claire que partout ailleurs. Mais le paradis virgilien n’est pas un lieu cosmique. Il est un prolongement de la vie terrestre dans un jardin idéal et épicurien, à l’abri des remous de notre univers.
 

Cette évocation confirme mes propres visions, à savoir que les dimensions lumineuses sont des excroissances des dimensions inférieures.
D’autres récits mythologiques gréco-romains de l’après mort confirment toujours cette même croyance qu’on ne se libère aucunement lors du trépas.

Dans le cas d’Orphée, il est question d’un héro qui va à la recherche de sa bien aimée, morte, et qui, curieusement aussi, doit se rendre en enfer pour la chercher. Il la retrouve grâce à son don particulier pour la musique (référence au pouvoir du verbe sans doute), mais il échouera car trop impatient. Conclusion sa fiancée est condamnée à rester pour l’éternité en enfer ! Il se fait ensuite sauvagement assassiner et subit un sort comparable à celui d’Osiris, sa tête étant jetée dans un fleuve et cette même tête étant finalement mise dans un temple. La légende dit qu’elle garde tous les aspects de la vie, ce qui d’autre part fait songer à des pratiques connues chez les templiers qui conservent des têtes de grands initiés en vie pour les questionner durant leurs cérémonies.

Pour le mythe d’Orphée :

http://www.dicoperso.com/term/adaeaeb1acaba5605f,,xhtml
 

Quant à Hercule ou Héraclès, son douzième travail, le dernier, consiste à descendre en enfer. Après cela il gagnera l’immortalité, non sans avoir blessé au passage Hadès, dieu de l’enfer. Les douze travaux d’Hercule sont une allégorie de la traversée des douze signes du zodiaque, par l’âme dans le cycle des réincarnations. Le dernier signe se rapportant au douzième travail, il correspond au signe des Poissons. Ce signe est gouverné par Pluton (un autre nom d’Hadès) en astrologie ésotérique. En astrologie exotérique il est gouverné par Neptune qui symbolise l’âme. Le signe des Poissons quant à lui est représenté sous forme de deux poissons, se faisant face en sens inverse et reliés par un fil. L’ensemble du signe des Poissons fait ainsi référence au symbolisme des aux âmes jumelles, séparées, mais toujours reliées. Comme les travaux d’Hercule s’effectuent selon la classification des maîtrises ésotériques des signes, l’astrologie ésotérique nous indique que Pluton (roi de enfers) doit être confronté afin de récupérer l’âme jumelle.

————————————————-
 

La mythologie du Moyen-Orient contient des textes évocateurs, notamment pour les lecteurs de Parks. On y trouve des noms et des notions traitées par cet auteur, ainsi que la confirmation que le Kigal, désigné comme le « monde d’en bas » est l’enfer, pour les dieux annunaki. Le pays d’où l’on ne sort pas, même dans leur cas.

Éreshkigal (reine du kigal, selon la traduction de Parks) est donc reine des « enfers » dans ces textes. 
Elle serait la soeur de Inanna (ou Ishtar) qui vit dans les mondes d’en haut, et celle-ci décide un jour de descendre en enfer pour prendre le pouvoir de ce domaine, mais elle échoue. En échange de sa libération, elle doit offrir son époux Tammuz. On voit encore dans ces textes une allusion aux âmes jumelles qui sont séparées par le domaine des mondes d’en bas.

Je vous laisse découvrir ces textes, pour la version sumérienne traduite en français : 

(veuillez insérer les liens en entier dans votre navigateur)

http://www.aly-abbara.com/litterature/poesie_arabe/

Mythologie_fables/Tammouz_Ishtar_sumer_francais.html

Et pour la version babylonienne traduite en français, ici :

http://www.aly-abbara.com/litterature/poesie_arabe/

Mythologie_fables/Tammouz_Ishtar_babel_francais.html

3) L’appui de mythologies et de diverses sources d’informations.

Dans les grandes lignes, en fonction du vécu et des informations recueillies sur le terrain, de témoignages comme celui de Parks et d’autres, la mythologie nordique semble une des plus “vraisemblables” même si elle reste peu connue.

Le problème étant que les références se rapportent à des textes datant bien souvent du treizième siècle, peu d’ouvrages semblent avoir paru sur le sujet et l’outil que représente Internet ne fournit également que des informations éparses, hormis les jeux vidéo qui s’inspirent largement de cette mythologie, donnant lieu à toutes sortes de fantaisies.

Ayant effectué quelques recherches sur les sites qui se veulent sérieux, je propose un lien qui me paraît effectuer une synthèse intéressante, au vu de ce qui est publié par ailleurs sur Wikipedia entre autres.

http://www.dinosoria.com/mythologie_nordique.htm


Cette synthèse a l’avantage de présenter de manière simple la mythologie scandinave en ce qui concerne les phénomènes les plus importants tels que la création du monde, les grands personnages qui l’on conçu, la manière dont il prendra fin, ainsi que d’autres points essentiels qui illustrent mon propos. Pour notre gouverne je cite quelques extraits que je commente au fur et à mesure.

“Selon le mythe nordique de la création, le monde aurait surgi d’un gouffre immense : Ginnungagap, le Vide Béant. Le Créateur était le grand-père d’Odin, le plus grand des dieux nordiques. Les créations se multiplièrent et les premiers géants firent leur apparition. Ils étaient les ennemis implacables des dieux. Représentant le bien et le mal, les deux races étaient vouées à un conflit sans fin.”

– On comprend d’après cette lecture que Odin et d’autres races comme celle des géants ont été le fruit de longues tentatives de création, provenant de lignées fort différentes.

Avec ce que nous savons déjà, on peut supposer qu’il s’agit des reptiliens d’une part et des humanoïdes de l’autre, même s’il existait déjà une grande variété de créatures qui n’ont pas pris part à cette cosmologie décrite par les nordiques.

« Représentant le bien et le mal » cette notion pourrait se rapporter au niveau de conscience effectif auquel étaient arrivées les créatures de ces deux lignées principales. Les reptiliens représentaient une race plus « animale », tandis que les géants auraient été dès cette époque plus élevés dans la hiérarchie de la conscience. Le niveau animal étant porteur d’une conscience instinctive brute, qui entraîne un comportement automatisé basé sur des lois précises comme la nécessité de la survie dans un corps, coûte que coûte, qui entraîne la fixation dans une dimension précise par crainte de mourir. De l’autre côté les humanoïdes « Namlu’u » (selon l’appellation de Parks), les géants multidimensionnels qui semblaient équipés d’une conscience plus adaptable à plusieurs niveaux, qui n’étaient pas astreints à rester en troisième dimension mais qui y venaient pour la conservation des espèces en cours de développement dans cette dimension.

Le Vide Béant correspondrait sans doute au vide “quantique”, dont nous sommes tous issus à l’origine.

“Parfois, ils fraternisaient et Odin naquit d’une liaison entre un dieu et une géante. Mais, il devint le fléau des géants. Il détruisit le géant Ymir. Après ce meurtre, Odin et ses frères devinrent créateurs. Du corps d’Ymir, ils firent notre monde. Son sang se transforma en fleuves et en mers, sa chair en terre, ses os en montagnes, son crâne en voûte céleste.”

– Les mélanges génétiques ont sans doute commencé bien avant l’arrivée des « dieux » sur terre, d’où la notion de liaison entre un dieu et une géante, géniteurs de Odin. En effet, leur apparence d’animaux se tenant debout sur les pattes arrières fait songer que les humanoïdes, dont la colonne vertébrale se dresse vers le haut, ont servi depuis longtemps à améliorer la race animale reptilienne.

Cependant ce mélange ne pouvait pas donner de bons résultats, dans la mesure où les codes génétiques de la race animale n’ont pas été adaptés en fonction de leurs nouveaux attributs.  »Odin » serait le premier prototype de mélange reptile – géant. Cette notion renvoie déjà ce que l’humanité vit actuellement, à savoir un mixage de deux niveaux de conscience qui selon toute vraisemblance, est la raison principale de la souffrance et des nombreux signes de la folie du comportement humain.

L’un des niveaux de conscience est rattaché à la survie dans la matière, ordonné par une programmation instinctive, – et donc les émotions de peur qui sont des alertes destinées à éviter le danger -, niveau de conscience justifiant toutes les conduites pro survie, même si elles doivent nuire à autrui. L’autre niveau de conscience est quant à lui un appel à bien plus de liberté, à la discrimination, au développement d’une intelligence faite de mesure et d’adaptabilité.

De l’association forcée de ces deux niveaux de conscience dans un même individu, – le mental instinctif étant rendu finalement inconscient -, sont issus des comportements extrêmes et une opposition extrême des dualités telles que le « bien » et le « mal ».

On nous dit dans cette synthèse que cet état mixé d’Odin en fait un véritable « fléau » pour les géants. Odin s’empare des pouvoirs du niveau de conscience des géants, tout en maintenant son niveau « animal » instinctif en pleine activité. Les caractéristiques du géant se trouvent ainsi dans les nouvelles créatures, permettant à la conscience animale d’escalader les échelons de la multidimensionnalité, avec un mental instinctif primaire…  Ils ont réussi à amalgamer les commandes automatisées pro survie de l’animal, – des commandes somme toute robotiques centrées sur soi -, avec les niveaux de bien être engendrés par une conscience libérée des astreintes. L’amalgame a donc favorisé le sentiment de pouvoir qui était ainsi gagné par la conscience animale brute, engendrant une augmentation de l’admiration de soi, les comparaisons avec autrui, en bref, les facteurs de la séparativité extrême et de la violence.

D’après l’extrait ci-dessus, on peut élaborer sur des notions de diverses références qui s’entrecroisent. D’abord celle de la construction de notre Matrice, au moyen du corps d’un “géant” assassiné pour l’occasion. « Odin » (les reptiliens « améliorés ») deviennent créateurs APRES ce meurtre, ce qui confirmerait que ces créatures étant des reptiliens « améliorés » par les caractéristiques des géants, sont devenues aptes à créer elles-mêmes tout un univers… toute une Matrice, au moyen du meurtre d’autres géants (les êtres capturés dans des dimensions plus élevées). En d’autres mots, en acquérant les caractéristiques des géants, ils sont devenus aptes à les prendre au piège.

Les récits de la mythologie scandinave font de nombreuses références à des mondes parallèles où des Elfes notamment semblent souvent au service des dragons. Ces Elfes pourraient bien correspondre à des esprits dégénérés (des « anges déchus » peut-être ?) qui ont été pris au piège, esprits qui ont servi à fabriquer les Gris par exemple, qui possèdent des aptitudes multidimensionnelles limitées et toujours au service des reptiliens. C’est ce type d’esprit dégénéré que j’ai rencontré, comme je le raconte dans ma « Descente en Incarnation » (voir l’article portant ce titre dans la section L’Ascension) et qui m’a hypnotisée afin que je consente à expérimenter leurs manières de vivre.

Les reptiliens semblent donc avoir concocté un système de prise au piège des âmes en difficultés sur les plans plus élevés, afin de les forcer à nourrir leur univers au moyen de leur état de conscience nettement plus altruiste et idéaliste.

L’on peut ensuite se diriger vers le mythe d’Osiris et Isis, Osiris dont les membres sont dispersés (il devait bien exister une raison à cette dispersion) et Isis qui part à la recherche des morceaux pour ressusciter Osiris, elle-même étant mère et soeur de son époux, ce qui donne un lien de parenté pour le moins renforcé. Il semble bien que ce mythe quant à lui confirme, entre autres, ce que nous pouvons lire dans les textes gnostiques de Nag-Hammadi (déjà cité dans le premier article de “L’état énergétique”) : “nous étions supérieurs, en effet au Dieu qui nous avait façonnés et aux puissances qui sont avec lui, mais que nous ne connaissons pas. Alors, pris de courroux, le Dieu maître des éons et des puissances nous scinda…  Puis, nous avons connu le Dieu qui nous avait façonnés. Car nous n’étions pas indépendants de ses pouvoirs. Et nous l’avons servi dans la crainte et l’esclavage. Et en conséquence, nos cœurs s’obscurcirent…”

Non contents d’avoir capturé des âmes qui vivaient sur des principes élevés, non contents d’avoir mixé leurs propres codes génétiques avec des géants multidimensionnels, ils scindent les âmes pour fournir l’énergie nécessaire afin que leur mixture d’ADN puisse s’épanouir dans des plans parallèles où ils peuvent alors « monter », tout en gardant leurs caractéristiques animales primaires, robotiques.

Les oeufs énergétiques nécessaires à la manifestation dans une dimension, sont scindés et servent dès lors à alimenter la matrice, et d’autant mieux si les parties sont encore plus dispersées. On découvre en effet dans l’expérience de personnes ayant investigué dans ces domaines, que certaines âmes ont été scindées en plus de deux parties et parfois à plusieurs occasions successives. Quant aux pratiques magiques qui permettent aux dimensions inférieures de se renforcer au moyen de l’ADN des êtres sacrifiés, j’y reviendrai dans les récits de mes travaux et de mes vies antérieures, de celles de mon âme jumelle et de quelques autres personnes qui ont également témoigné à ces niveaux.

Dans la mythologie scandinave ces faits semblent pour le moins attestés : « Du corps d’Ymir, ils firent notre monde. Son sang se transforma en fleuves et en mers, sa chair en terre, ses os en montagnes, son crâne en voûte céleste ».

Dans l’interview de James nous pouvons relever que le HMS (Human Mind System) qui est notre matrice prison est alimenté selon lui par le principe de polarité.

Les géants ont donc servi à bâtir le monde lui-même et la scission fut nécessaire aux “dieux” pour nourrir cet univers qui est donc le leur pour les dimensions inférieures et supérieures.

“Odin et ses frères façonnèrent ensuite les êtres. D’abord, vinrent les nains qui naquirent de vers rongeant la carcasse d’Ymir. Ils furent placés dans des grottes pour chercher de l’or.”

– Ceci confirme des affirmations de James et aussi de Parks. Les premiers humains ont été créés pour être des esclaves. Le récit scandinave propose des nains, il s’agit peut-être des Gris (vu leur taille) qui sont d’apparence humanoïde rudimentaire (d’où peut-être la référence à la « carcasse » d’Ymir) qui auraient commencé ces travaux ou bien des races d’humains intermédiaires.

“Après les nains, ce fut le tour des humains. Les dieux les installèrent dans la région de Midgard, située au centre de l’univers. Enfin, les dieux créèrent leur propre domaine d’Asgardr.”

– Ici aussi, nous découvrons une similitude avec les propos de James qui affirme que les “dieux” se sont retirés dans un univers parallèle, après avoir enfermé l’humain dans la matrice prison. Ce qui ressort clairement du récit scandinave, c’est la succession des événements dans ce processus de « création ».

En résumé, ce qui semble confirmé jusqu’ici dans cette analyse, c’est que les géants ayant été finalement capturés et utilisés comme source d’alimentation, les reptiliens, animaux à la base, sont arrivés à coincer l’humanité et donc les âmes capturées, dans ces corps génétiquement triturés, ils sont arrivés à alimenter leurs mondes parallèles où ils ont ensuite pu se réfugier dans un état dimensionnel plus élevé, plus proche du bien être de la Source Première, tout en gardant leurs caractéristiques pro survie du mental instinctif compulsif et mécanique. Ce faisant, il ont affublé les âmes incarnées dans l’univers 3D de cet état de conscience du « paradis perdu » mixé avec leurs caractéristiques compulsives inconscientes qui causent la peur, ce qui est à la base de la folie de notre état humain rabaissé au niveau animal. La peur nourrissant les dimensions inférieures, tandis que les émotions religieuses nourrissent les dimensions de ceux qui ont inventé ces religions. Le système des réincarnations quant à lui permet aux âmes des défunts de visiter ces mondes parallèles « élevés », histoire de garder des relents d’après vie lors de leurs incarnations qui renforceront leurs croyances en ces paradis.

“L’univers nordique se caractérisait par neufs mondes, répartis entre les humains, les géants et les races divines. Les divers plans du monde germanique reposent sur les branches et le tronc d’Yggdrasil, le monde des hommes et des dieux est à ses pieds et ses racines s’enfoncent dans la terre jusqu’aux trois enfers primordiaux : Niflheim, enfer de ténèbres et de glace ; Muspellheim, enfer brûlant ; et Hel, l’au-delà, le lieu où vont toutes les âmes déchues, que ce soit celles des hommes ou celles des dieux.

Les plans du monde scandinave regroupent trois mondes sur chaque échelon d’Yggdrasil, soit neuf au total. Dans le « feuillage » de l’Arbre-Monde, on trouve Asgard, Vanaheim (royaumes des deux familles de dieux respectives) et Alfheim, terre des elfes. Au pied d’Yggdrasil, on trouve bien sûr Midgard, mais aussi tout autour du monde connu et au delà des mers Jotunheim (aussi appelé Utgard), territoire inexploré des géants qui menacent sans cesse la stabilité d’Yggdrasil et combattent les dieux.” (Voir schéma ci-dessous)

– Il existe donc des “géants” dans des royaumes inexplorés qui combattent les dieux. Voilà une affirmation que nous ne retrouvons nulle part ailleurs aussi clairement énoncée que dans les déclarations de James – encore -, à savoir que des humains primordiaux ont échappé à l’hécatombe et seraient toujours là pour combattre les dieux. Pour ma part, ce sont ces êtres que je considère comme étant des “guides”, car il est clair que tout au long de mon parcours, je fus assistée par des entités qui en savaient bien plus que moi et qui m’ont aidée à comprendre, m’indiquant au fur et à mesure des références sur lesquelles je pouvais m’appuyer.
 

“Les trois enfers primordiaux s’étendent quand à eux sous les racines d’Yggdrasil, sous terre.”

– Nous pouvons placer cette référence en parallèle à l’alchimie avec sa formule  V.I.T.R.I.O.L : Visita Interioram Terrae Rectificandoque Invenies Occultum Lapidem (Visite l’intérieur de la terre et en rectifiant tu trouveras la pierre).
 

“Odin était appelé « Père de Tout ». Deux corbeaux l’accompagnaient, Huginn et Muninn, « pensée » et « mémoire ». Odin était plus craint qu’aimé. Pour ce dieu, le savoir était le pouvoir.”

– Une référence claire au pouvoir du “mental” que Odin affectionne, rappelant les déclarations de James concernant le HMS. La « mémoire » faisant sans nul doute référence au mental instinctif, car celui-ci se base principalement sur l’enregistrement de tous les dangers vécus par une créature, en vue de pouvoir les éviter par la suite. Ce mental instinctif (inconscient) est ensuite récupéré par le mental discriminatif à son niveau le plus bas, à savoir par la « pensée », qui passe le plus clair de son temps à commenter, interpréter et justifier les comportements dictés par le mental instinctif. De cette juxtaposition de ces deux modes de fonctionnement mental est née la conception d’un ego particulièrement tenace et subtilement entretenu par ses mécanismes internes. Les mécanismes du « dialogue intérieur » pointé par Castaneda.

SAVOIR ceci et en TIRER LES CONSEQUENCES, c’est en effet le secret du POUVOIR par excellence. C’est le secret de l’éveil de la conscience, supramentale, comme dirait Sri Aurobindo, c’est-à-dire la conscience qui se situe au-delà du mental.
 

“Le chiffre neuf est symbolique dans la mythologie nordique. La principale cérémonie du grand temple d’Odin à Uppsala en Suède avait lieu tous les neuf ans et durait neuf jours ; on y sacrifiait neuf victimes, y compris humaines.”

– Les sacrifices qui nourrissent Odin et ses troupes…
 

“Signalons d’autres dieux nordiques comme Loki, Dieu fourbe qui finit par devenir un symbole du mal à l’état pur. C’est le père de Hel, la maîtresse de l’enfer, du loup Fenrir et du Serpent du Monde, Jörmungand. On ne rencontre guère de serpents en Scandinavie. Leur présence dans les légendes nordiques provient certainement d’une mythologie universelle et non d’une présence au quotidien. Jörmungand était le plus terrifiant des serpents. Il était l’un des trois enfants monstrueux de Loki et fut jeté dans la mer par Odin. Le serpent y grandit jusqu’à s’enrouler autour de la Terre en se mordant la queue.”

– Le serpent qui se mord la queue est aussi l’Ouroboros qui nous vient d’Orient symbolisant entre autres le cycle des réincarnations dont on ne sort quasiment jamais. Il semble bien symboliser une boucle dimensionnelle que les reptiliens ont réalisée pour y enfermer notre matrice. Le fait qu’il soit enroulé autour de la Terre selon les nordiques évoque en effet l’emprisonnement. Ce serpent provenant des enfers, il est également confirmé que ce sont les puissances des dimensions inférieures qui se trouvent dans le « ciel » tout autour de la Terre.
 

“Les serpents étaient souvent confondus avec les dragons. Les drakkars « vaisseaux dragons » en symbolisaient la puissance. Le dragon a une symbolique plus complexe. Il inspire un plus grand effroi que le serpent. Son souffle de feu fait fondre un bouclier et les épées se brisent sur ses écailles. Lui aussi vit sous terre et n’en sort que la nuit. Dans les mythologies nordiques et germaniques, les dragons jouent le rôle de gardiens de trésor. Ils sont également dépositaires d’une sagesse ésotérique. Fafnir, qui s’est transformé en dragon, a la réputation de posséder une connaissance infinie. En buvant accidentellement du sang de dragon, Siegfried a appris à parler le langage des oiseaux.”

– Plusieurs références aux récits de Parks, nous confirmant que les dragons seraient à la base du langage des “oiseaux” sans doute le langage primordial sur lequel les autres langues sont venues se bâtir parmi l’humanité. Les oiseaux étant également considérés comme les descendant des dragons. D’autre part, le dragon détenteur d’un trésor fait encore référence à l’alchimie. Voir le schéma représenté dans l’article précédent où l’on voit un dragon en dimension inférieure, ce dragon qu’il faut vaincre pour réaliser la pierre… Le trésor détenu par le dragon n’est autre que notre pouvoir de nous libérer de la matrice. Quant à sa connaissance infinie, ne viendrait-elle pas de celle qu’il a usurpée aux géants ?
 

“Le récit nordique de la fin du monde est unique car il évoque en détail la catastrophe ultime. Le monde des dieux et des hommes doit finalement être détruit. Même Odin et Thor ne pourront empêcher l’inéluctable. Selon le mythe, l’avènement du Ragnarök doit être précédé d’une guerre entre les hommes. Puis, viendra un hiver épouvantable, long de trois ans. Les loups qui poursuivent la lune et le soleil finiront par dévorer leur proie. La terre tremblera et arbres et rochers s’abattront.

Lors de ce combat, Thor sera tué par Jörmungand, le Serpent du Monde. Odin sera englouti par Fenrir. Les ennemis s’entretueront puis le Soleil s’obscurcira. Le firmament s’ouvrira et les étoiles tomberont du ciel. L’océan engloutira la terre.

Après ce cataclysme, un nouveau monde émergera. Deux des fils d’Odin survivront ainsi que deux fils de Thor.
Un couple d’humain survivra à la bataille finale et repeuplera la terre. Malgré tout, le mal restera présent dans ce nouvel âge de l’innocence.”

– Récit qui semble confirmer des affirmations de l’apocalypse de Jean, à savoir que lorsque les “dieux” seront vaincus, après batailles et cataclysmes, le mal ne sera pas vaincu définitivement pour autant. La “bête” ressortant de Terre mille ans plus tard pour être définitivement vaincue. Il me semble évident, d’après les constats que j’ai ramenés de mes expériences en dimensions « interdites », que l’énergie de l’humanité est à ce point détournée qu’elle nourrit encore le fameux « serpent », en une sorte de vortex gigantesque. Les relations sexuelles et les déviations énergétiques résultant de la scission en pôles opposés ne peuvent agir autrement qu’en nourrissant ce vortex. La fusion intérieure doit avoir eu lieu complètement pour éviter la perte de l’énergie des deux (ou plusieurs) âmes jumelles.

Mes conclusions à l’heure actuelle, sont que les causes principales des rouages de cette machinerie vampirique seront éradiquées dans les années qui viennent, permettant une existence bien plus sereine et un début d’enseignement de ces données à plus large échelle, mais que le « serpent » continuera à être nourri, tant que chaque couple d’âmes jumelles ne se sera pas reconstitué. Vu le nombre d’âmes incarnées sur Terre et le niveau d’ignorance de ces matières, on peut estimer qu’il faudra encore de longues décennies, voire des siècles, pour que chacun effectue les prises de conscience et le travail nécessaires. 
 

“C’est aussi la particularité de la mythologie nordique : les divinités n’ont pas le luxe de l’immortalité, et peuvent bel et bien mourir et finir dans l’au-delà.”

– Voilà qui confirme que les “dieux” peuvent bien être vaincus et qu’ils ne sont pas éternels tels qu’ils ont pu se l’imaginer dans leur mégalomanie. Etant des créatures à la base, ils se sont en réalité détournés de leurs pouvoirs de créateurs, pour devenir des êtres vampiriques.

“Pour se préparer à la fin du monde, le Ragnarök, crépuscule des dieux (littéralement « Consommation du Destin des Puissances »), Odin recueille la moitié des âmes des guerriers morts au combat pour renflouer les rangs de son armée lors de la grande bataille finale qui l’opposera aux géants et mènera à la destruction du monde, et à sa renaissance par la même occasion.”

– Je relève ici des données qui se confirment dans les travaux sur le terrain, notamment en ce qui concerne les diverses confréries guerrières, telles que les chevaliers et autres samouraïs. En effet, ces guerriers semblent pour une part coincés dans des plans parallèles suite à de grandes batailles. Ils ont été abusés et utilisés par les puissants de ce monde, afin d’arriver à leurs objectifs pas très reluisants, comme l’extermination des Cathares qui a été effectuée par des chevaliers, la guerre menée à Jérusalem afin d’en rapporter des têtes d’initiés, qui furent ensuite questionnées durant des siècles par les templiers, etc.

Les âmes de ces guerriers ont pour partie été enfermées par leurs confréries au moyen de puissants égrégores et des serments qu’ils prêtaient, donnant ainsi leur accord pour le dévouement à ces causes, celles-ci étant régentées par ceux qui se sont vendus aux dieux créateurs afin d’en tirer leurs propres « avantages ». Nous trouvons parmi ceux-ci la grande noblesse et leurs dévoués.

La mythologie nordique conforte ici mes affirmations selon lesquelles la guerre occulte de la fin des temps est bien active en ce moment même. Ces guerriers sont donc malheureusement trompés pour une bonne part et ceux qui travaillent pour la délivrance de tous se voient combattus par ceux-là mêmes qu’ils tentent de délivrer.
 

En conclusion, le peuple “primitif” des Vikings et autres nordiques, considérés comme des barbares, semble décidément bien plus près des crues réalités de notre univers que les religions et confréries qui ont servi durant le moyen âge à couvrir ces informations de ridicule.
———————————————
 

Le schéma ci dessous paraît intéressant sur plusieurs points.
On peut y observer l’enfer de “glace” le premier enfer primordial, sur lequel l’arbre repose. C’est en effet le “froid” qui est ressenti dans cette première dimension, dû au fait que l’énergie des êtres vivants est engouffrée en ce lieu. Le pompage de l’énergie est en effet ressenti comme refroidissant.

D’autre part, les univers de l’arbre qui sortent de la sphère sont ceux sur lesquels les “dieux” se sont retirés, échappant ainsi aux lois ignobles imposées dans la matrice, échappant également à la fermeture de la prison. Cependant leurs univers parallèles en dimensions supérieures reposent bien sur l’arbre et s’en nourrissent. En d’autres mots, si l’arbre tombe, ils tombent aussi. Si les racines manquent d’alimentation, il mourra.

Et le dernier point remarquable est la vision en miroir de cet arbre, ce qui rappelle la polarité et aussi les mondes “miroirs” que j’évoque tout au long de mes descriptions, des univers parallèles bâtis sur le principe du reflet, donnée sur laquelle je reviendrai encore par la suite.

Ce schéma provient du site :

http://nemecyrus.free.fr/blog/index.php?post/2009/03/23/Mythologie-scandinave-(1)-%3A-Premi%C3%A8re-approche-des-mythes

Cliquez sur l’image pour l’agrandir puis sur Précédent pour revenir au blog

mythscan3.png 

 

2) Illustrations des dimensions. Parks – Alchimie

Afin d’illustrer les pressentiments que j’ai vécus lors de ma descente dans une dimension totalement noire que j’évoque en résumé dans le premier article de cette page, et bien plus en détails dans les Récits de la section V.I.T.R.I.O.L., je propose un petit extrait de l’interview d’Anton Parks, auteur des Chroniques du Girku, effectuée par le site karmapolis.be.  Vous trouverez l’entièreté de l’interview sur le site karmapolis (je recommande par ailleurs la lecture de l’ensemble de leurs dossiers très éclairants). A la suite de l’extrait, vous trouverez une illustration alchimique que j’ai mise en parallèle.   

L’extrait  et l’illustration  proviennent de cette page : 

http://www.karmapolis.be/pipeline/anton_parks2_3.htm

kigal.gif

Question : Vous décrivez dans votre livre une « réalité » qui se compose de plusieurs dimensions qui se superposent « comme dans une pyramide inversée ». Nous, humains,  vivons, percevons et respirons dans la troisième dimension. Il y a en dessous de notre dimension, deux autres dimensions, deux autres  »réalités » fréquentées par d’autres entités, notamment les Musgir, une race de reptiles très agressive. Les deux dimensions qui sous tendent la nôtre se nomment KUR-GAL et KUR-BALA. Il existe en outre des dimensions intermédiaires (KUR-GI-A et KUR-NU-GI) dans lesquelles se trouvent des entités « spirituelles » particulières et que l’on pourrait comparer à des enfers pour des âmes perdues. Est-ce que l’on trouve présentes dans les écrits et la culture sumérienne des traces de ces conceptions, de cette description du réel ? Ou bien, ces appellations relatives aux trois dimensions du Kigal sont l’exclusive des informations que vous avez captées, mémorisées puis interprétées ?

Anton Parks : Le terme KUR se retrouve abondamment sur les tablettes sumériennes. Les spécialistes des tablettes donnent au KUR plusieurs attributs comme : « monde inférieur » « l’enfer », « pays », « pays montagneux », « montagne », ou encore « pays étranger ». Aux yeux des experts de l’Orient Ancien, la définition du KUR sumérien semble à la fois complexe et difficile à cerner tout simplement parce qu’ils ne conçoivent pas un monde formé de dimensions imbriquées les unes sur les autres. Le Kur avait deux significations distinctes aux yeux des Sumériens. Il s’agissait tout d’abord de la montagne où les « dieux » résidaient. Un lieu inaccessible aux mortels, à la fois universel et vivifiant, sans doute en relation avec le domaine primordial (Kharsağ) des Gina’abul-Anunna situé dans les montagnes du Taurus. Le deuxième sens de ce terme est le monde de l’au-delà, le pays des morts généralement situé sous l’écorce terrestre entre les eaux primordiales de l’Abzu et le monde habité du dessus. Nous savons donc qu’il ne s’agit pas dans ce cas de la terre creuse, l’Abzu, mais plutôt du domaine subtil des dimensions ou fréquences inférieures connectées aux souterrains où certains Gina’abul avaient établi leur demeure.

Ce domaine, insaisissable pour le commun des mortels, symbolisait généralement le royaume des morts chez les Sumériens.Pour être parfaitement exact, il faut préciser que la dimension KUR est subdivisée en deux parties qui sont : le KUR-BALA (la première dimension : la plus basse) que les spécialistes des tablettes traduisent souvent en « l’au-delà », mais dont le sens exact est « le KUR du règne ou de la dynastie » et le KUR-GAL (la deuxième dimension), c’est-à-dire « le grand KUR », monde parallèle où des Kingú (ceux qui ne seront pas dans les cavernes) établiront leur demeure, le noyau dur et dirigeant Kingú se trouvant en KUR-BALA. Le maître du KUR-BALA est littéralement « l’œil qui voit tout, en haut de la pyramide… inversée », car il possède un regard direct sur le KUR-GAL et le KI !

Voilà pourquoi sur les tablettes, le KUR (ou KUR-BALA) est souvent traduit « en monde ennemi », lieu où le chaos semble régner perpétuellement. Les trois premières dimensions forment  une sorte de pyramide inversée où la dimension KI symbolise la base et la dimension KUR-BALA forme le haut de la pyramide. De cet endroit, toute personne a un regard grossissant (comme une loupe) sur les dimensions supérieures. L’idéologie Gina’abul et sumérienne n’intègre pas l’enfer de la même façon que les occidentaux. Dans le vocabulaire Gina’abul, le niveau inférieur formé des dimensions KUR et KI est dénommé KIGAL « le grand monde ». Ce lieu est opposé aux autres étages dimensionnels supérieurs où résident les Kadištu et qui est nommé ANGAL »le grand ciel ».

Le schéma ci-dessus représente les différents étages dimensionnels qui composent le KIGAL avec en plus ses deux dimensions médianes. Les Sumériens voyaient dans les KUR-GI-A et KUR-NU-GI deux représentations des enfers contrairement au KUR-BALA qui était plutôt assimilé à l’au-delà. Pourtant, une traduction stricte du terme KUR-GI-A (KUR de la source ferme) nous dévoile qu’il s’agit plutôt d’une dimension transitoire où les âmes restent un moment avant de réintégrer la Source ou l’ANGAL (le grand ciel). Quant à la décomposition de KUR-NU-GI, elle nous révèle sans l’ombre d’un doute qu’il s’agit d’un étage fréquentiel où les âmes se sont perdues. C’est le lieu où se trouvent les entités restés bloquées et que l’on assimilent aujourd’hui aux fantômes.

Question : Enfin, existe-t-il sous la forme d’une autre pyramide trois dimensions « supérieures » au KI et donc attenantes au KIGAL ? Il  y aurait alors deux pyramides, qui en s’interpénétrant, pourrait former le dessin d’une Merkaba ou étoile tétraédrique (symbolisme d’une forme parfaite pouvant servir à voyager de dimensions en dimensions) ainsi que 7 dimensions, 7 « ciels » (que l’on peut relier à l’expression 7ième ciel), les 7 chandeliers d’une Menora juive.

Anton Parks : C’est une très intéressante réflexion. Cependant, je ne pense pas qu’il y ait seulement 3 ou 4 dimensions dans l’ANGAL (dimensions supérieures), mais bien plus. Je n’en ai aucune preuve, c’est simplement un sentiment profond qui ne s’explique pas.

 

———————————————————————————————————————-

 

D’autre part, je reproduis une illustration alchimique, où la descente dans ces dimensions me paraît clairement indiquée, même si le schéma est nettement différent de celui proposé par Anton Parks. On peut y voir des corps flottants, descendre des paliers et se retrouver dans un lieux fermé qui semble le dernier et où se situe un dragon. 

Le lien entre les deux croquis me paraît évident, mais de plus, dans l’illustration alchimique, les deux partenaires mâle et femelle sont représentés, suggérant les secrets de l’œuvre alchimique, du moins une partie de celle-ci. Il s’agit évidemment des deux âmes jumelles qui doivent passer par les dimensions inférieures pour se réunir afin de reconstituer l’intégralité de l’être.

 

 

 Alchimie dimensions

 

Une excellente documentation est proposée dans l’article L’Alchimie de l’Amour, évoquant la mise en œuvre de l’alchimie interne, ses exigences et ses méthodes, et nous offrant la découverte de quelques secrets de cet art. Le symbolisme de l’arbre enflammé, via la réunion des pôles opposés, permet de faire pousser les fruits de l’habileté et de la connaissance..

 

 

 

 

1) Le Pourquoi de ces Recherches

Les textes qui sont publiés notamment dans la section V.I.T.R.I.O.L. pourraient étonner, voire effrayer certains lecteurs. Ce sont bien là pourtant les étapes qu’il m’a été donné de traverser pour retrouver la libération de notre matrice. Cette matrice s’est révélée au fur et à mesure de mes découvertes comme une véritable prison, et ce dans toutes les dimensions qui y sont représentées.

Dans cette section des « Recherches en Cours » je propose des informations qui illustrent mes propos, à partir d’autres sources que le vécu dont je témoigne. Les lecteurs qui seraient surpris par mes témoignages sont invités à étendre leur terrain d’investigations par leurs propores moyens également. Les moteurs de recherches sont d’excellents outils à la disposition de tous. C’est pourquoi je limite ici les intervenants qui pourraient encore contribuer à certaines illustrations.

Je présuppose dans mes écrits que les lecteurs sont « au courant » des données « conspirationistes » en général, qu’il possèdent d’autre part un discernement suffisant pour avoir compris que les sites spiritualistes sont pour la plupart infiltrés par les forces contrôlantes de la matrice. Les documents que je propose dans les divers Billets et les autres articles de la présente rubrique sont ceux qui me paraissent essentiels à l’heure actuelle dans cette optique de délivrance de la matrice-prison, permettant de synthétiser les données disponibles.

Au sortir de la prison, c’est bien la liberté souveraine qui nous attend. Le danger n’est qu’une illusion et la peur est implantée par les manipulateurs de la matrice. Ce sont donc des croyances dont il faut s’affranchir et dont notre être relié à la Source n’a aucun mal de se libérer, à partir du moment où il le décide vraiment.

Je poste ici à la suite mon premier témoignage, rédigé en mars 2008, au moment où je venais de comprendre depuis quelques mois que j’avais affaire aux dimensions inférieures dans la confrontation décrite. Je propose ce texte qui était une première synthèse, incomplète, afin d’expliquer dans les grandes lignes les raisons des recherches entreprises. La rubrique V.I.T.R.I.O.L. étant quant à elle destinée à la description détaillée des situations vécues lors de cette découverte.
 

(Rédigé à partir du 8 mars 2008) 

Comme je l’ai relaté précédemment, la conscience des autres plans est plus ou moins aisée pour moi, grâce à une longue pratique dans ces domaines. Il y a quelques mois, après une réinstallation dans un autre pays, j’ai été dans l’obligation d’aller visiter les frontières d’autres plans cette fois, qui m’ont – enfin – permis de remettre un peu d’ordre dans mes connaissances à ce sujet.

Auparavant, j’avais de larges aperçus d’autres plans, mais j’étais dans l’incapacité de les situer avec précision, vers le haut ou vers le bas, ou d’une autre manière. Savoir (intellectuellement) si j’étais dans telle ou telle dimension m’était inconnu. J’avais trouvé la différence entre le cosmos intérieur et le cosmos extérieur. Grande trouvaille pour moi, car le cosmos intérieur est celui qui permet de trouver son centre, là où l’être se situe vraiment et qui permet par la suite de regarder à l’extérieur (dans le monde manifesté) et de se situer à partir de ce centre. J’ai décrit comment on peut trouver ce centre, via le chakra du coeur, qui est comme un entonnoir à traverser pour se retrouver dans le cosmos intérieur. (Voir l’article concernant “la roue”).

Le problème étant que le vocabulaire est très varié d’après les différents auteurs qui apportent l’éclairage de leurs expériences ou de leurs visions, j’ai dû trouver des références moi-même et mes connaissances sont toujours incomplètes à ce jour. Néanmoins, je pense que mes guides m’ont poussée à effectuer un débroussaillage des plus intéressants.

Il faut savoir que si l’humain ne parvient pas à se balader de plan en plan, c’est pour la simple raison qu’il y possède des corps (vibratoirement en résonance avec ceux-ci) qui y sont bloqués dans la cécité. Et la cécité c’est peu dire pour certains plans dont j’ai eu la primeur de visites extrêmement difficiles, bien contre ma volonté dans les débuts, car je n’avais pas la moindre notion de ce que je visitais… Quand on parle de prison dimensionnelle, le terme est bien exact, mais on oublie souvent d’insister sur le fait qu’une prison est pleine de geôliers et de tortionnaires qui prennent un malin plaisir à vous soumettre afin de mieux vous emprisonner.

Dans la dualité du bourreau et de la victime, je suis sans conteste une victime et je précise que les vrais chercheurs à l’heure actuelle sont quasi tous dans ce cas, car les bourreaux sont ceux qui nourrissent leur plans aux moyen de l’énergie des victimes, étant eux-mêmes coupés de la Source. Ils ont perdu le fil du cosmos intérieur et pensent qu’ils ne pourront “survivre” que via le cosmos extérieur qui est leur seule réalité. Bref, quelles que soient leurs raisons, il est un fait certain, c’est que la grande majorité de l’humanité est victime et que pour se libérer de la prison de ce plan en 3D, il faut simultanément se libérer des autres plans ! Le tout formant une matrice dont nous sommes prisonniers, avec l’entièreté de notre être manifesté, à savoir un grand nombre de “corps” sur divers plans, dans une seule matrice.

Dans notre matrice, il n’y a pas que des prisons de souffrance, heureusement. Certains qui se sont adonnés à des pratiques bouddhistes par exemple, ont pu développer des qualités spirituelles qui font qu’ils se situent dans un état élevé sur le plan bouddhique, où ils possèdent un corps qui peut grandement inspirer leur réalité en 3D. Mais même ce plan bouddhique a été infiltré et se voit pompé de son énergie par les entités qui ont réussi à monter jusque là, au moyen de la spiritualité des humains en recherche sincère. Inutile de revenir sur les pratiques louches des bouddhistes, si vous n’êtes pas au courant, vous pourrez trouver des informations à ce sujet sur la toile. Mais une conclusion s’impose, à savoir que la mort et l’éventuel retour sur un de ces plans élevés ne signifient pas une libération pour un être de notre matrice, car il sera toujours obligé de se réincarner, en vue de sa libération totale.

La libération totale, c’est la réintégration en toute conscience de notre centre dans le cosmos intérieur, avec l’ensemble de l’expérience effectuée par tous les corps sur tous les plans de cette matrice. C’est pourquoi, à l’heure actuelle, se tourner vers le bouddhisme ou autre moyen spirituel qui “élève”, constitue quasi une perte de temps. En effet, le moment du retour en conscience a été décidé par la grande Source principale, Source de toutes les sources et c’est pourquoi il a mis au point un stratagème que même les entités intrusives les plus virulentes ne pourront contourner. J’y reviens plus bas. Ce qu’il faut savoir c’est que c’est d’ici en 3D que l’opération du retour doit s’effectuer, pour une raison très précise, c’est que les deux plans qui se situent en dessous, à savoir la 2D et la 1D sont ceux sur lesquels nos corps sont dans un état pitoyable de prisonniers, vampirisés jusqu’à l’extrême.

Lorsque j’ai contacté ces plans, j’ai vraiment cru que j’arrivais en “enfer”, tellement le spectacle était hideux. Comme référence, j’ai finalement trouvé des explications, qui me semblent les plus proches de la réalité de mon vécu, dans les livres d’Anton Parks, là où il dessine le kur gal et le kur bala (voir l’article ci-dessus). En effet, après “descente” dans ces mondes, je me suis quelques fois retrouvée nez à nez avec des dragons noirs, qui, d’après la description de cet auteur sont appelés des Musgir.

L’épopée qui m’a menée jusqu’à ces niveaux fut très complexe, je dirais pour résumer que j’ai procédé suite à une nécessité que je ne pouvais pas éluder. Je sentais un pompage tellement important de mon énergie, que je n’ai eu d’autre choix que d’en suivre le fil jusqu’à son origine. Ce fil m’a amenée sur un plan que j’ai d’abord pris pour la 4D, mais plus tard, il m’a paru évident qu’il s’agissait de la 2D, car lorsque je poursuivais encore le fil, je suis arrivée dans un univers conique, noir de chez noir, où j’étais aux prises avec des êtres qui m’avaient rituellement offerte à leurs monstres, depuis des millénaires.

Les corps que j’y ai trouvés sont ce qu’on nomme les doubles ou les ombres. Quoi qu’il en soit, mon double de ce plan en 1D était en très mauvaise posture. Je me suis laissée aller aux indications de mes guides et en concentrant l’énergie du coeur sur ces situations de mon double en mauvaise posture, j’ai pu le libérer et le transmuter, en quelques semaines de travail intense. Réveillée en pleine nuit, je n’avais pas le moindre répit et j’ai vraiment cru que je vivais un cauchemar ou un début de démence, jusqu’à ce que je commence à trouver des repères, comme le fait que je me situais en 1D plutôt qu’en “enfer”, etc.

La 2D consiste en un monde un peu plus coloré, mais très uniforme aussi, rempli à ras bord de pyramides notamment. Un tas de temples, et d’édifices existants en 3D s’y trouvent également. Les pyramides ne sont absolument pas nécessaires pour l’évolution d’une planète et si des réalignements ou autres contorsions sont nécessaires en ce moment, c’est parce que ces structures ont été édifiées par les entités intrusives en 2D pour mieux contrôler la 3D. Ce qui en découle, c’est que la 4D est aussi infestée par ces pyramides, activées à partir de la 2D… et ainsi de suite.

Effectuer des rituels dans une pyramide en 3D selon les modes de ces entités, consiste à emprisonner nos corps de 2D dans les pyramides qui y correspondent, afin de mieux pouvoir les pomper en 1D là où l’origine du pompage est mise en place par les entités les plus virulentes. Et comme le dit très bien Anton Parks, ceux qui tiennent la 1D, tiennent toute la 3D ! Du temps de cet auteur, la 1D n’était fréquentée que par les Musgir et les gargouilles apparemment. Mais à l’heure actuelle, grâce aux mégatonnes de sang et d’énergie sexuelle vampirisée, les autres reptiles et entités intrusives ont trouvé le moyen de s’y frayer des domiciles d’où ils observent le monde et le dirigent. Lorsque j’ai “débarqué” la première fois en conscience dans cet univers, je me suis vue immergée dans une mer de sang… pour dire que ce fut une expérience joyeuse !

Au fil du travail, j’ai trouvé quantité de situations de mon double, car il a été malmené depuis des millénaires et victime d’une série impressionnante de rituels afin de servir de garde manger toujours renouvelé par les nouvelles vies et l’énergie positive émise en 3D (et au-delà). Des initiations tantriques datant de fort longtemps servaient à alimenter des reptiles, avec leurs clubs de serpents qu’ils ont créés et entretenus depuis tout ce temps. Ceux qui pratiquent le tantrisme des cobras doivent donc savoir que celui-ci mène vers des univers parallèles en dehors de la matrice originelle, nourrissant des “dieux” et autres entités de “lumière”… vampiriques de la matrice prison.

Les illuminatis qui ont opéré depuis l’Atlantide et l’Egypte ont détourné tout ce qui était possible et ont enfoncé l’humanité via toutes les religions, les musiques, les arts, les aliments et j’en passe et des meilleures. Et le seul moyen pour délivrer la 3D, c’est de libérer la 1D.

Après quelques semaines de ce travail acharné, en lisant des textes d’alchimie publiés sur le net, il m’est apparu comme une évidence, que l’oeuvre au noir n’était autre que cette descente en soi, dans le noir le plus noir, où seul le coeur, càd l’or de la Source peut nettoyer les situations. Au début, après deux semaines de travail, j’ai effectivement constaté que la noirceur se changeait subitement en or, lorsque j’appliquais une quantité importante d’amour. C’est de cette façon que j’ai libéré mon double d’une quantité impressionnante de pièges. L’ennemi ne pouvait que céder, en se dissolvant sur place. Et à chaque pas, je récupérais de l’énergie par le fait de couper les systèmes de pompage que les vampires avaient placées en moi.
 




maman89 |
*~~ Lili ~~* |
blogdavid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog info
| Amour de la sagesse
| Le Blog de Yann