4. Vision de Râ

Vision de Râ

 (Mer 25 Juil 2007) 

Quant à Râ, si je l’appelle ainsi, c’est parce que la première fois que je l’ai vu, c’est ce nom qui m’est venu spontanément. Dans ma séance, ce fut une fraction de seconde. J’ai été mise devant « lui » et cette fraction s’est gravée en moi comme une donnée éternelle. Depuis lors, je peux retrouver la vision de cette chose qui est réellement au-dessus de tout. La réflexion que j’ai faite au sortir de la séance c’était « mais quel amour là-dedans » ! Une des rares séances après lesquelles j’ai plané pendant plusieurs jours, tellement j’avais été remuée. 

Ce fut lors d’une visite dans une vie en Egypte que j’ai eu cette vision. Je suppose donc qu’à l’époque égyptienne je l’avais déjà reçue. J’insiste sur ces faits, car un de mes objectifs est de désacraliser ces choses dites spirituelles. Le sens du « sacré » nous plonge trop souvent dans une sorte d’état béat, dicté par l’endoctrinement à la ferveur religieuse, qui est tout sauf le chemin vers ce type de rencontre merveilleuse. Encore une fois, c’est la simplicité qui y mène, pas une croyance. Et croire que seuls des êtres exceptionnels y arrivent, je suis la preuve du contraire. Je ne suis la réincarnation de « personne » et toujours aussi anonyme qu’insignifiante pour la majorité. 

Pour la vision, ce fut celle d’une gigantesque masse d’énergie couleur de feu dont je ne percevais ni le début ni la fin. J’étais face à ce « feu ». Je me situais à une distance qui me permettait de voir la composition de ce feu… Très difficile à décrire évidemment, mais cela donnait l’impression d’une explosion permanente de chaque particule de ce « feu ». Explosion violente comme toute explosion et incroyablement puissante puisque chaque parcelle explosait sans arrêt…  Une telle vision est déjà très curieuse en soi, car une explosion dans notre monde est par définition brusque et passagère. Là, cela explosait sans arrêt. Mais le plus curieux était que la vision de ce bouillonnement d’explosion faisait l’effet d’une terrible exaltation irrépressible à exploser… Le don à l’état d’explosion… chaque parcelle était du don en explosion… ce don en explosion exaltée qu’on nomme amour.

Il est évident que les mots manquent pour exprimer le ressenti.  J’ai saisi sur le champ que Râ était tellement en état de non retenue possible de son énergie qu’il n’avait pu faire qu’une chose pour effectuer des expériences : se restreindre. Pour arriver à une expérience physique, il lui a fallu se restreindre et se restreindre, à travers des couches et des surcouches de mutilations diverses des parties qui se dégagent de lui par l’exaltation de son être. C’est pourquoi on découvre par cette vision que nous nous situons du mauvais côté de la lorgnette… à nous plaindre de nos restrictions et de nos barrières, alors que cette énergie incroyable ne peut faire autrement, si elle veut expérimenter quoi que ce soit.  La restriction la plus forte étant son exploit le plus difficile à créer, la souffrance est comme une nourriture délectable pour lui… C’est pourquoi, à un moment donné, avec l’expérience de ce que j’ai nommé « la roue », on ressent que la souffrance engouffrée par l’entonnoir et transformée en compassion constitue en soit une véritable jubilation au niveau des cellules du corps (cela après de grandes souffrances d’adaptation pour ce qui me concerne, car j’oscillais toujours entre identification aux souffrances et sensation d’augmentation énergétique). La pleine acceptation du phénomène, qui arrive tôt ou tard, ne serait-ce que par épuisement, cette acceptation produit l’état de jubilation cellulaire.  L’expérience de la roue m’est venue des années après la première vision de Râ et j’ai pu dès lors reconnaître cette même énergie dans le coeur. Plus le coeur s’ouvre, plus cette force colossale se fraye un chemin par l’ouverture. C’est pourquoi un certain dosage est nécessaire pour ne pas se brûler. Cette énergie-amour en explosion a trouvé le moyen de se donner avec douceur, sans détruire la créature.

La vision du pharaon-sarcophage qui est parti dans Râ, m’a permis de comprendre que ce feu en explosion est aussi en réalité de l’or dans un état dont je ne pourrais trouver le nom. Des mondes moins bouillonnants, mais composés d’or vivant sont situés dans les sphères qui avoisinent la Source. On peut y percevoir toutes sortes de formes, humanoïdes ou autres. Leur chair est composée de cet or, ainsi que toute « matière » qui les entoure. L’âme n’est pas comme dans notre état un habitant du corps physique, mais semble composer chaque atome de ces corps… des âmes réellement « incarnées » ou plutôt matérialisées dans cet état, sans doute un des plus proches possibles de l’état de la Source, en tant que créature. 

L’alchimie, ce serait bien le passage de notre état à nous vers cet état d’or vivant, où les cellules elles-mêmes sont animées de ce feu transmutateur. La compassion nous poussant à confronter la souffrance jusque dans ses moindres recoins, l’âme s’incarne beaucoup plus puissamment (car l’incarnation est souffrance) et atteint ainsi chaque cellule, l’éveille, la féconde… 


Articles par dates

juillet 2008
L Ma Me J V S D
    mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

maman89 |
*~~ Lili ~~* |
blogdavid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog info
| Amour de la sagesse
| Le Blog de Yann