Bienvenue sur ce blog !

Le livre annoncé depuis quelques temps déjà au bas de cette page d’accueil est enfin disponible ici : TRANSMUTATION

 

CouvTransmutPetit2

 

Vous pouvez consulter la présentation du livre, déclinée sous diverses approches, en visitant la page Alchimie Transmutation, la page Livre de L’auteur, ainsi que l’article Eveil des Âmes jumelles. 

 

La fin de l’ouvrage relate les dernières recherches et spéculations, ainsi que les derniers travaux qui ont continué après les articles publiés ici.

 

_______________________

 

En guise d’introduction à ce blog, je propose ci-dessous un article qui reprend en résumé mes « aventures » avec une femelle reptilienne dont j’ai été la victime durant des millénaires. Certaines conclusions que j’ai tirées devinrent des évidences après le long et harassant travail de délivrance dont j’ai relaté les grandes lignes dans la section VITRIOL consultable à partir du menu. Il s’agit donc ici d’une synthèse inédite qui constitue une entrée en matière de ce qui est développé dans d’autres sections du blog et dont j’invite les lecteurs intéressés à prendre connaissance par la suite.

Au contraire de ce qu’ils ont tenté de faire croire, les reptiliens ne sont pas éternels. Pour se « créer » une éternité, ils se sont emparés de formes d’énergies qu’ils ont enchâssées dans des corps humains, dans des conditions de cécité et d’ignorance extrêmes, afin de détourner suffisamment d’énergie en leur faveur, histoire d’être nourris éternellement et donc de survivre sous la forme reptilienne, voire sous d’autres formes, comme la forme humaine elle-même. Pour les humains prisonniers, ils ont imaginé le cycle sans fin des réincarnations afin de manipuler les âmes humaines lors des trépas.

La scission de la forme d’énergie capturée fut un coup de maître, si l’on peut dire, l’ultime mécanisme d’emprisonnement des humains, qui par l’effet de « boucle psychologique » observable entre les âmes jumelles, empêche l’une et l’autre de sortir de la prison (voir la section âmes jumelles dans le menu où j’ai expliqué le phénomène). Cette scission a d’autre part permis l’augmentation de la production d’énergie immédiatement « consommable » sur les plans parallèles où elle est déviée notamment via les émissions lors d’activités sexuelles, via la souffrance engendrée par la scission et les émotions négatives qui en découlent.

Les formes d’énergie qui sont devenues des humains ont donc littéralement servi en tant que producteur d’énergie « libre », puisque c’est l’Esprit qui se situe au niveau quantique qui produit cette énergie sans discontinuer, ne nécessitant lui-même aucun carburant pour distribuer à profusion ce qui nourrit l’existence du corps, du mental et de l’âme, ainsi que les mécanismes qui entretiennent des plans parallèles et d’autres formes d’existence.

A partir de là, comme nous l’avons vu dans les découvertes contées sur ce blog, des systèmes de « pompes » ont encore été ajoutés au fonctionnement global de la machinerie.

Les reptiliens des origines craignaient de disparaître après la disparition de leur forme physique, ils ont donc imaginé la survie sur d’autres dimensions en vue de pouvoir se maintenir individuellement et pour ce faire il fallait qu’ils soient maintenus « branchés » à la fourniture d’énergie des humains, à savoir leur Esprit. L’âme quant à elle étant un lien entre le corps physique et l’Esprit, lorsque l’humain se désincarnait, il leur suffisait de gober l’âme pour continuer à se sustenter au même distributeur d’énergie. Le top étant bien sûr d’en gober plusieurs, car dès lors l’énergie n’était pas seulement suffisante pour se créer des « doubles » qui pouvaient se maintenir dans d’autres dimensions, mais également d’établir et de maintenir un plan d’existence élaboré selon leur invention.

Mais finalement leur attention était obsessionnellement tournée vers leur propre survie, ne se préoccupant plus que de la comptabilité de l’énergie vampirisée, il leur fallait s’incarner en humain afin de maintenir des systèmes en place qui permettaient la livraison de nombreuses âmes nécessaires à leur survie… S’étant créé des univers entiers bardés de gardiens fidèles et dévoués, car menacés… puis des humains enrôlés dans des fonctions « importantes » comme notamment les élus de la noblesse, afin d’assurer la main mise sur l’humanité, incarnée ou non, les religions firent partie du processus de l’opium du peuple, selon l’expression célèbre.

Cet opium avait le don de convaincre les défunts de s’attrouper dans leur cercle dévolu, la moutonnisation continuant, ils pouvaient sans crainte (pour les organisateurs) les envoyer se réincarner afin de continuer à entretenir la machinerie.

A l’origine cette organisation s’est déroulée à partir d’un plan concocté par quelques reptiliens, puis d’autres se sont adjoints à la démarche, diverses races reptiliennes se sont mises de la partie, ne s’entendant pas forcément entre eux et les chefs ultimes voulant rester les premiers aux commandes. Cependant certaines factions se sont immiscées à l’excès dans le pouvoir et c’est pour cette raison que les reptiliens des origines ont organisé une autre forme de prise au piège dans le piège déjà bien ficelé, afin d’assurer leur suprématie.

Les reptiliens verts étaient ceux des origines de ce plan. La reptilienne que j’ai nommée L dans les pages de la section VITRIOL était la compagne de l’initiateur du plan, une femelle qui entendait tirer profit de sa position et également aider sa race à garder sa position prédominante. Elle a débarqué dans l’univers de la Matrice des Anu dans un vaisseau aux alentours de Pluton, avec visiblement un projet déjà défini dès l’arrivée. Empruntant un cristal à l’intérieur de cette petite planète, qu’elle a programmé, elle a continué son périple en passant par Jupiter où elle a fait une halte pour peaufiner son plan, avant de continuer son chemin jusqu’à la Terre.

A l’époque il y avait des femmes sur Vénus, – cette planète se situant à une distance différente du Soleil -, quelques unes étaient parquées là pour des raisons diverses, mais ces femmes étaient notamment sélectionnées pour leur beauté. C’est là que L a commencé à « initier » certaines de ces élues afin de devenir des « prostituées sacrées »… et surtout « consacrées » par elle. Ces femmes ont été implantées par des serpents éthériques et astraux et elles allaient permettre la prolifération de ces animaux configurés en tant que vampires de l’énergie de leurs hôtes. En plus de l’implantation par ces reptiles éthériques, le cristal servait d’ordinateur à la reptilienne, il était programmé à suivre les hôtes et à leur inculquer des ordres, via les serpents qui émettaient ces ordres dans le mental des hôtes.

En ce qui concerne l’auteur de ce blog, je n’ai pas fait partie de ces femmes sélectionnées, mais les deux voyantes qui ont participé aux travaux décrits dans la section VITRIOL en ont fait partie. Elles étaient les deux initiées « favorites » de L dans son projet de prostitution. Plus tard lorsque L s’est elle aussi incarnée en humaine, elle a entretenu les initiations, notamment dans des civilisations comme l’Inde ancienne et le Japon avec ses geishas. Comme nous l’avons vu, l’une de ces favorites fut configurée comme une véritable usine à serpents, pondant des oeufs éthériques et astraux qui, au moyen de ses multiples amants de passage, se sont finalement répandus dans une grande partie de l’humanité, influençant par voie de conséquence des religions comme l’hindouisme. Et même si certaines religions postérieures ont dénoncé ces dangers (d’où on devine la nécessité de la chasteté pour les prêtres catholiques, les règles de la sexualité réprimée dans diverses cultures) les serpents se répandirent à cause de l’infidélité des hommes notamment et des prostituées qui colportaient ces « cadeaux » sans le savoir.

La seconde phase du plan de L était de se trouver un corps humain adapté à ses souhaits. Pour cela il fallait des gênes qui permettaient un peu plus de facultés que ceux de l’humain ordinaire. Elle a donc détecté les quelques exceptions qui défiaient les règlements de la prison, dont évidemment des chamanes et voyants de bon niveau qui étaient programmés tels parce qu’ils étaient sélectionnés pour manipuler le peuple. Ils provenaient donc essentiellement de la couche des élus faisant partie de la noblesse, comme les pharaons de l’ancienne Egypte configurés très différemment de l’humain ordinaire. Durant l’époque de l’Atlantide, dont la longueur est indéterminée, des castes de nobles étaient déjà bien actives, c’est dans ces temps très reculés qu’elle a commencé à se confectionner un corps d’humaine.

C’est à partir de cette période que j’ai été placée sous son emprise, notamment via une forme d’hypnose. L qui était déjà bien nourrie en énergie, en était à se déplacer sur les plans parallèles au moyen d’un double empruntant à la forme d’une méduse géante, les avantages des multiples bras de cet animal se situant dans la fonction de pompe que chacun de ces bras pouvait déployer, telles autant de tuyauteries nourrissant le coeur de la bête. Les initiations se déroulaient dans des bassins d’eau de mer, où un bras de la méduse venait se coller à l’hôte, et la méduse étant la « déesse de la mer » selon l’appellation de l’époque, il s’agissait d’un honneur, bien sûr. Quant à moi, sous l’effet de ma configuration génétique « favorisée » je fus souveraine dans une de ces contrées et dès lors très proche de L sous une forme déjà humaine. Cette forme humaine fut petit à petit améliorée et configurée pour une durée de vie particulièrement longue qui perdura jusqu’à la civilisation égyptienne, jusqu’à deux mille ans avant JC. Elle avait déjà emprunté grand nombre de mes caractéristiques génétiques durant cette vie en Atlantide, tout en se pourvoyant d’une longévité exceptionnelle.

Cette proximité du code génétique a créé un lien puissant entre elle et moi, me rendant vulnérable dans le sens où elle pouvait aisément me repérer et m’infliger de nouvelles manipulations de vies en vies. J’ai retrouvé plusieurs vies où nous étions à nouveau plus ou moins proches. Quelques unes de ces vies sont plus marquantes à cause de nouvelles tournures qu’elle entendait donner à son plan global. Vers la fin de la période de l’Atlantide, je lui ai par exemple « servi » de voyante, emmurée dans une pyramide, ne recevant nourriture que via une trappe et obligée de lui livrer des réponses à ses questions. J’étais aidée en cela par un vautour qui vivait avec moi, une espèce de grand duc avec lequel je pratiquais la télépathie et qui m’a notamment enseigné l’astrologie. J’étais entourée de livres et de manuscrits, mais je n’ai pu sortir que lorsqu’un courageux soldat est venu me délivrer après dix huit années de captivité. La reptilienne ayant déserté les lieux pour une raison que je n’ai pas retrouvée, mais selon la configuration du paysage découvert à ma sortie, il a dû se produire un bombardement peu avant ma libération.

Par la suite, vers la fin de son incarnation aussi longue (son apparence ne vieillissait guère), elle fut l’épouse de mon âme jumelle qui était pour l’occasion un pharaon. En réalité j’étais également son épouse, mais L a éjecté mon âme de mon corps afin de m’évincer. On peut deviner les conséquences, l’emprise et la vampirisation qui ont été mises à l’oeuvre. Suite à cet épisode elle s’est permise de « mourir » afin de continuer son plan différemment, notre énergie d’âmes jumelles bien logée à la source de sa machinerie de vampirisation personnelle, cela lui permettait encore plus de « magie », pouvant par la suite changer de forme physique à volonté.

En effet, dans une vie suivante de l’ancienne Egypte, elle fut prêtresse d’Isis, elle apparaissait sous la forme d’un serpent humanoïde, ayant le pouvoir d’envoûter par son simple regard, et elle pouvait se transformer en humaine à son gré. Durant les initiations de ces femmes au culte d’Isis, elle adoptait son apparence de serpent pour mieux les soumettre en les impressionnant et comme elle avait soumis ma soeur dans son culte, j’ai ourdi le plan d’aller l’assassiner par surprise. Bien sûr il ne suffisait pas de l’assassiner physiquement, il fallait effectuer l’acte sur le plan physique et « magiquement », c’est-à-dire jusqu’au niveau des dimensions inférieures dont elle avait la maîtrise pour ses transformations. Mes propres initiations de l’époque m’ayant permis un tel pouvoir, avec l’aide de guides qui suivaient les manoeuvres de ce monstre, l’opération fut une réussite. Un début de « vengeance », la libération de l’emprise de ma soeur par la même occasion, mais j’étais encore loin du compte.

Après cet épisode je ne l’ai plus revue dans un corps transformiste, il semble donc qu’au passage j’aie détruit des mécanismes qui nous vampirisaient mon âme jumelle et moi. On pourrait se dire qu’elle aurait pu se brancher sur d’autres couples d’âmes jumelles, mais le nôtre était exceptionnel dans la mesure où, dès l’Egypte ancienne, nous avions entrepris les initiations alchimiques menant vers l’embrasement, une manoeuvre nécessaire pour opérer un semblant de fusion entre âmes jumelles, une sorte de pis aller qui, bien que tout à fait extraordinaire au niveau de la production d’énergie, ne constitue pas encore la véritable fusion. Il n’empêche que ceux qui réalisaient ce procédé étaient rarissimes et la plupart étaient extrêmement prudents et sur leurs gardes, ils étaient également capables de se défendre lors de l’intrusion d’un reptilien dans les parages.

L avait donc réussi un coup important avec moi, via l’ADN et le branchement sur nos corps d’énergie embrasés, mais désormais elle n’a plus connu l’occasion de renouveler son exploit ni avec moi ni avec d’autres.

Par contre elle a poursuivi le chemin de la prostitution plus ou moins « sacrée » mais de moins en moins apparemment, puisque je l’ai retrouvée au moyen âge, dans un village perdu au fin fond de la France profonde. Elle était la prostituée principale du village, maîtresse de celui qui fut son fils plus tard, lui-même étant le seigneur de la contrée durant cette époque passée. Pendant cette vie particulièrement marquante, mon âme jumelle et moi étions des frères jumeaux, voulant passer inaperçus à ceux qui cherchaient les âmes jumelles, nous étions à nouveau des alchimistes, nés dans la petite noblesse et bien entendu le seigneur de la contrée fut jaloux à partir du moment où il apprit nos dons particuliers. La prostituée était particulièrement attirante car elle réussit encore à séduire mon frère, d’où, l’ADN recueilli et les manoeuvres de magie noire ont permis de puiser encore quelque élixir à notre entente fraternelle. Le seigneur et elle étaient de connivence pour les rituels auxquels d’autres participaient également, et ils nous dénoncèrent à l’Inquisition. L’un de nous fut brûlé sur le bûcher pendant que l’autre devait assister au spectacle. C’est ainsi que mon âme jumelle qui était officiellement le condamné au bûché fut brûlé physiquement, mais son âme emprunta mon corps, suite à notre accord à ce sujet. Nous pouvions en effet changer nos âmes d’un corps à l’autre à volonté.

C’est donc lui, dans mon corps, qui fut emmené dans les caves du château, torturé et utilisé en tant que victime de ces mages noirs, la reptilienne plus prudente se cachant sous son aspect de simple prostituée, elle utilisait en réalité son fils pour continuer ses objectifs.

Dès le début de l’opération  de libération effectuée dans la vie actuelle, que je raconte dans la section VITRIOL, j’ai été guidée par un gémissement jusqu’aux caves de ce château, existant toujours sur le plan astral, et j’ai délivré mon âme jumelle qui m’appelait depuis ce temps afin que je le retrouve, comme ce fut convenu entre nous. Il fallait que les conditions soient remplies et elles l’étaient enfin, après tant et tant de siècles de souffrances.

L était toujours nourrie par le gigantesque échafaudage de pompes via les prostituées formées au fil des âges et les serpents qui se reproduisaient sans cesse, lorsque je l’ai rencontrée durant la vie présente. Ma toute première impression en voyant cette femme pleine de charisme était que je la connaissais comme si je venais de la quitter la veille. Une voyante à laquelle j’ai rapidement posé la question sur les raisons de mon impression de connaître L m’a déclaré que j’avais cette impression parce que je me reconnaissais en elle ! Je fus très étonnée et je n’ai évidemment rien compris à cette déclaration, jusqu’au jour, plus de dix ans après, où mes yeux se sont ouverts.

Elle était tellement pleine de charisme et pourvue de dons exceptionnels de « nettoyage » de la magie noire, qu’elle laissait tout le monde pantois. Son aura mesurait plusieurs dizaines de mètres selon des voyants, mais elle avait la particularité, bien étrange avec un tel pouvoir, de ne pas être voyante elle-même. Elle devait donc s’adjoindre des voyants pour effectuer ses travaux. Elle avait rencontré son second époux sur le tard et il s’avéra que c’était un médium exceptionnel… et c’est par ce biais que les guides ont entrepris une manoeuvre d’une rare ingéniosité : la propulser dans la croyance en sa « maîtrise » et pour ainsi dire son état d’Avatar et sauveur de l’humanité… ce qu’elle a « accepté avec humilité »… suite à quoi elle a obéi au doigt et à l’oeil aux conseils que les guides faisaient passer via son mari.

J’ai débarqué là alors que leur « boutique » tournait depuis quelques années, pas beaucoup de clients mais quelques voyants de qualité, dont notamment les deux jeunes favorites de L depuis de nombreuses vies. Ces voyantes devinrent mes amies au fil du temps et L les affectionnait toujours particulièrement, bien que ne réussissant pas à les convaincre de se trouver des petits amis, elles n’ont de fait rencontré des compagnons que quelques mois avant que je quitte moi même ce groupe. Durant la dizaine d’années où j’ai travaillé avec L, à la demande des guides elle s’est dévouée pour m’aider à effectuer mes séances de régressions ainsi que mes voyages divers et variés sur d’autres plans, mais à l’époque je n’ai pas deviné que les personnages entrevus en tant qu’ennemis, comme par exemple la prêtresse serpent, étaient parfois cette femme qui se dévouait pour m’aider. La majorité de ces évènements ne me furent entièrement dévoilés que lorsque j’ai définitivement coupé les ponts avec elle, et pour cause, car au début de ces découvertes je suis passée par de tels états de colère qu’il m’a fallu bien du courage pour me retenir d’aller l’agresser là où elle vivait.

Le tour de force des guides qui ont concocté cette manoeuvre fut remarquable il faut le reconnaître. J’ai non seulement pu effectuer des séances sous la supervision et la protection d’un être particulièrement pourvu en énergie… dont la mienne détournée… et en même temps je faisais connaissance avec mon pire ennemi, qui se pourvoyait d’un énorme charisme tant elle était gavée d’une énergie colossale qui la faisait littéralement déborder et planer dans le bien être. Oui on n’est pas vampire pour rien… Elle aurait eu intérêt à se préoccuper de son absence de don de voyance, mais les guides l’ont convaincue qu’il fallait qu’il en soit ainsi afin de rester indétectable lors de ses travaux de nettoyages. 

Quoi qu’il en soit, ce qui m’a fait prendre le chemin de la séparation fut un phénomène dont au début je n’ai pas compris les tenants et aboutissants : je venais de rencontrer mon âme jumelle. Personne dans le groupe n’avait eu vent de ces données. De mon côté il m’a fallu presque un an pour comprendre et mettre des mots sur le vécu tout à fait étonnant qui me tombait dessus, l’embrasement ayant repris dès les premières semaines de notre rencontre, ainsi que la « digestion ». Je ne pouvais pas expliquer le phénomène, mais L, contre toute attente, a commencé à montrer un visage que personne ne lui connaissait. L’existence des âmes jumelles semblait la mettre hors d’elle, dans une colère qu’elle ne pouvait réprimer. Les deux voyantes ayant également rencontré leurs âmes jumelles après moi, cela faisait beaucoup d’un coup, mais pourquoi cela mettait-il L dans un tel état, elles s’étonnèrent tout comme moi. La reptilienne sentait inconsciemment que son pouvoir allait en prendre pour son grade, c’est ce que j’ai compris par la suite.

Tout à coup, le masque qu’elle colportait, empli de charisme et de détachement, était en train de s’effriter, il n’était plus entretenu par cette surabondance d’énergie, les couples d’âmes jumelles exploités jusque là reprenant petit à petit leur part d’énergie. Comme les deux voyantes et moi étions en quelque sorte les piliers de l’alimentation de son pouvoir, de son énergie débordante, elle se dégonflait comme un ballon de baudruche.

Trois années après la rencontre avec mon âme jumelle, retrouvant peu à peu ses caractéristiques propres, elle devint tellement odieuse, que je l’ai quittée sur un claquement de porte, décidée à ne jamais la revoir, sans savoir encore ce que j’allais découvrir sur son compte dès les semaines qui suivirent.

Pour conclure ce compte rendu résumé de mes aventures avec la reptilienne, je précise qu’à l’heure actuelle je suis libérée de son emprise, ainsi que mon âme jumelle bien sûr, le travail décrit dans la section VITRIOL relate certains épisodes du travail de récupération de mon ADN mêlé au sien et la libération d’autres systèmes d’emprise. Le travail se poursuit en ce moment sur les ersatz de la machinerie de la Matrice globale programmée à l’origine pour nous emprisonner dans une activité mécanique, mentale et émotionnelle. Ce qui fut réparé est un énorme handicap en moins, mais il reste à éliminer les effets des mécanismes internes du bien nommé « inconscient collectif ».

A ce propos, un nouvel article vient d’être publié le 17 février 2014, dans la section V.I.T.R.I.O.L., Le Récit (14), article décrivant les symptômes qui se sont manifestés durant les deux dernières années, mis en parallèle avec certaines données alchimiques tel le symbolisme du griffon, ainsi que des observations sur les effets produits sur l’inconscient collectif, et sur les raisons pour lesquelles cet inconscient collectif doit être traversé en vue de la libération définitive.

Je profite du renouvellement de cet article d’introduction à mon blog, pour informer les lecteurs et les correspondants que je suis très peu disponible en ce moment en raison de l’effort soutenu que me demande l’écriture d’un livre. Ce livre reprendra évidemment les données déjà disponibles sur le blog, tout en révélant des détails plus personnels et plus intimes, ce qui pourra éventuellement venir en aide aux couples d’âmes jumelles dans ce chemin compliqué qui consiste à se diriger vers la fusion définitive.

En effet, peu après avoir compris de quoi il s’agissait lors de ma rencontre avec mon âme jumelle, et vu les phénomènes physiques ahurissants qui s’en sont suivis, telle l’entrée dans la « Roue » (voir l’article sur ce sujet), j’ai questionné les guides sur les raisons d’un tel bouleversement et de tels phénomènes, si durs à vivre car accompagnés d’une souffrance dont je ne relate quasi rien en ces pages, les guides m’ont répondu que j’étais appelée à « ouvrir la voie » des âmes jumelles et partant à participer à l’ouverture du « grand portail », s’agissant du portail de la « Roue » bien entendu, mais ce portail s’étend tout autant dans l’espace extérieur qu’intérieur. En effet, à partir du moment où la 1D a été « craquée » des guides d’autres dimensions ont pu pénétrer notre champ de réalité, par l’extérieur tout autant que par l’intérieur. Ce fut une grande manifestation de joie que j’ai également relatée dans la section VITRIOL. Par la suite j’ai assisté à un défilé d’âmes jumelles qui me contactaient après leur rencontre, comme quoi j’ai été confortée dans mon « rôle » et suis dans l’obligation de l’assumer.

Et donc en raison de l’écriture de ce livre – qui est en voie d’achèvement, mais dont j’ignore encore quand il sera finalisé -, je me permets d’avertir que les données ici présentes sont protégées par la législation sur les droits d’auteur. Il s’agit non seulement d’une protection des droits de l’auteur d’une oeuvre littéraire, mais également et surtout d’une protection contre les interprétations diverses plus ou moins hasardeuses que ces textes pourraient occasionner, cela notamment par respect pour les guides qui m’ont procuré tellement d’aide et qui m’ont expressément demandé de témoigner afin que la vérité soit publiée.

Les copies des articles entiers sont autorisés à condition que la source du présent blog soit clairement indiquée en début ou en fin de copie sur les sites qui les relayent

Je me mettrai à la recherche de formes d’édition lorsque la rédaction sera terminée. En attendant je suis ouverte aux éventuelles propositions de la part d’éditeurs qui liraient ces lignes.

J’avertirai évidemment lorsque l’ouvrage sera disponible au moyen d’une annonce sur ce blog, les intéressés peuvent m’écrire s’ils souhaitent être avertis personnellement via leur email.

Bonne lecture si vous êtes un nouveau lecteur et bonne continuation aux autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



maman89 |
*~~ Lili ~~* |
blogdavid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog info
| Amour de la sagesse
| Le Blog de Yann